Relever aujourd’hui les défis de demain

Le filet de fumée gris dessinait une longue arabesque au-dessus des toits. Un incendie quelque part. Devant la fenêtre percée d’un carton courait la voie aérienne, une rame à l’arrêt. Ses flancs souillés de graffitis et piqués de rouille. A l’intérieur on distinguait encore quelques reliefs d’ossements humains. Assis pour toujours dans leurs vêtements rapiécés. Ils avaient toujours été là. Quand elle était petite elle leur avait même donné des prénoms. Hector, Juanita, James, Bob, le Dormeur, parce qu’il avait le crâne posé contre la vitre comme s’il dormait. Et puis le Dormeur était tombé en poussière, et ses centres d’intérêts s’étaient déplacés vers les êtres vivants. Les garçons essentiellement. Il n’y en avait pas beaucoup à Dowtown, plus. La plus part partaient travailler pour la Compagnie et vivaient là-bas, sur site à creuser des trous toute l’année, tous les jours sauf le dimanche. Il parait qu’il fallait ça pour que la centrale puisse continuer à fonctionner. Et sans elle plus de saucisse, de pizza, de yaourt, de médicament, de lumières au loin. Grand-père il disait qu’avant, la nuit, le jour, toute la ville était allumée, du courant vingt-quatre heures sur vingt quatre. Il disait aussi que dans le temps la neige était blanche et la pluie coulait non filtré, mais ça elle y croyait moins. Faute de mieux elle s’était fait dépuceler par son cousin Wallace. Un inceste aux yeux des lois de Dowtown. Ni l’un ni l’autre n’avait jamais cafté et ça s’était arrêté à la première fois. Aucun des deux n’avait envie de se faire expulser de Dowtown, vivre dans le Wild comme on disait. Elle avait aussi fréquenté Jab, parce qu’il était un peu voyou sur les bords, qu’il faisait de la contrebande et qu’il portait un blouson de cuir. Et tant pis s’il avait un œil plus bas que l’autre et une main difforme. Beaucoup de gens naissaient comme ça de nos jours. Puis il y avait eu l’expérience Lola. Passionnel, déchirant, et finalement inutile. Lola était partie tenter sa chance à l’est avec un groupe de colons. Elle n’avait plus jamais eu de ses nouvelles. Aujourd’hui elle était retournée vivre avec les siens dans le vieil immeuble où elle était née. Mais sa vie c’était à Near North qu’elle la faisait. Toutes les vieilles tours, les vieux buildings qui partaient en débris et dans lesquels elle récupérait la ferraille, le verre, le plastique quand elle en trouvait, du bois parfois. Elle n’était pas la seule à venir faire la collecte par ici au péril de sa vie mais elle était une des meilleures. Le fer elle le vendait au kilo à la Compagnie, le plastique aussi, le reste elle le ramenait au marché de Dowtown. Pour transporter tout ça elle avait Bull, son tracteur rouge griffé de rouille et de tags avec sa carriole et son moteur à l’éthanol, l’alcool de betterave exactement, qu’on faisait pousser dans les champs d’Old Town. De l’espèce qu’on ne pouvait pas manger, parfois tellement grosse qu’une seule suffisait à faire l’alambic. Bull ne roulait pas vite et il puait le vieil alcoolo mais il était bien pratique et surtout il était précieux. Des moteurs encore en état de fonctionnement il y en avait plus beaucoup de nos jours. Et ceux qui savaient les réparer non plus. Grand-père lui avait appris. Grand-père était de la génération des survivants, ceux qui avaient vu leur monde s’effondrer morceau par morceau sans que personne n’y puisse plus rien. Ceux à qui on avait dit et répété que c’était la crise, la fin des retraites, des aides sociales, de la santé et de l’école pour tous, et qu’il était temps de relever aujourd’hui les défis de demain. Sauf qu’il n’y avait pas eu de demain. Il lui avait aussi raconté que les gens de cette époque là savaient beaucoup de chose, sur leurs vedettes préférés, la présence ou non de gluten dans leurs aliments, comment programmer leur téléphone ou la situation politique dans tel pays. A ce moment là ils avaient un truc qu’ils appelaient internet, une espèce de grand réseau mondial où tout le monde pouvait parler à tout le monde et savoir par exemple quelle température il faisait à Paris à telle heure ou comment préparer une bombe facilement. Elle n’avait jamais compris ça. Puisque tout le monde pouvait à parler à tout le monde pourquoi personne ne s’était entendu pour arrêter de transformer les océans en poubelle et certain pays en cimetière ? Grand-père n’avait pas su répondre à ça. Et au moment où les choses avaient commencé à aller vraiment mal les gens s’étaient rendu compte qu’ils ne savaient en réalité pas grand-chose. Les supermarchés n’apprennent pas à survivre dans le Wild, et tous les manuels de survie au monde ne pourront jamais vous apprendre non plus à endurer les privations. Pour certain cela avait été plus facile que d’autres. Dans le monde de ce temps là, d’après Grand-père, la vie n’était forcément facile pour tous, surtout si on n’était pas né dans le bon pays. Un peu comme pour ceux aujourd’hui qui ne vivaient pas à Dowtown ou à Central. Souvent ce fut les plus durs, les plus méchants qui survécurent, ceux qui avaient le plus de moyens aussi. Mais pas toujours. Les malins, les débrouillards, ceux qui avaient quelques talents utiles pour la communauté et qui étaient prêt à les mettre en commun. Les autres, tous ceux qui avaient passé leur vie à imiter leur parent en fondant une famille, en s’accrochant coûte que coûte à leur travail en redoutant ce qu’ils appelaient le chômage, en économisant pour la retraite. Tous ceux avec des cartes fidélités plein les poches, bloquant leur samedi soir pour voir leur émission préférée et passant ce même samedi dans une galerie marchande à rêvasser d’acheter des choses dont ils n’avaient pas besoin. Tous ceux là avaient irrémédiablement disparus comme un poids mort dès les premières années ou s’étaient accrochés à la traine des autres, grossissant les rangs des bandes armées ou servant de bétail humain à ces mêmes bandes. Grand-père lui avait survécu, fondé une famille au milieu du chaos. Y avait perdu trois enfants et une épouse, puis avait rencontré Grand-mère et eu Pa’ et tante Anna. Accroché à l’existence comme un cancrelat. C’était de famille. Elle entra dans la cuisine. Pa’ était penché au-dessus d’un manuel d’électronique, ses grosses lunettes à double foyer sur le nez. Il avait déjà trente six ans, il ne voyait plus très bien. Mais elle ne comprendrait jamais pourquoi il continuait à s’emmerder à lire ces livres de techniques inutiles aujourd’hui. A croire qu’il pourrait résoudre les problèmes de tout le monde avec ses inventions. Depuis qu’elle était petite il était comme ça. Toujours une nouvelle idée, un énième bricolage. Il avait remonté un frigo une fois et cherché à faire de l’électricité avec un vélo. Mais à quoi bon chercher à avoir un frigo quand il faisait moins vingt-cinq six mois de l’année ? Pour la saison sèche peut-être ? Les chasseurs avaient déjà salés la viande depuis un moment et les autres savaient bien qu’il y avait assez de conservateur dans les saucisses et les pizzas pour durer cent ans même en plein cagnard radioactif. Au bout d’un moment tout le monde en avait eu marre de faire du vélo pour un frigo presque toujours vide, même lui. Une autre fois ça avait été une pompe à essence. Pour une raison ou une autre il s’était persuadé que la cuve était encore pleine. Quatre ans qu’il avait passé à la remettre en route cette pompe. Et bien entendu la cuve était vide depuis des décennies. Grand-père disait qu’il avait la nostalgie d’une époque qu’il n’avait pas connu, que c’était sa manière de s’accrocher à l’espoir que les choses redeviendraient un jour comme en ce temps là. Une époque que même lui n’avait pas connue. Quand tout le monde avait des frigos et qu’il y avait des avions dans le ciel. Elle n’avait jamais rien vu voler dans le ciel à part les corbeaux et les buses. Une fois Pa’ l’avait bien emmené à l’aéroport voir ces fameux avions mais elle n’avait jamais réussi à imaginer ces gros machins en fer flotter dans le ciel et encore moins elle voyageant dedans. Grand-père était assis en face de lui recroquevillé sur sa tasse de jus de baie. Une large croute violacée courait depuis sa nuque jusqu’à l’arrière de son crâne dégarni et squameux, la peau jaunâtre qui collait à ses os, les muscles désormais flasques. Il n’avait plus d’ongles à une main, l’œil droit aveugle et le gauche voilé d’une cataracte laiteuse, le monde était un flou de couleurs indécises pour lui. La respiration sifflante et difficile, presque sourd, il continuait pourtant à s’accrocher. Elle jeta un coup d’œil à la tasse, il avait bavé dedans, regarda son père un rien exaspérée et prit la tasse pour aller la vider. Puis elle prit l’outre en peau suspendu au crochet au-dessus de ce qui avait été un évier et lui resservit une tasse. Pa’ disait qu’il avait été trop exposé depuis trop longtemps. A tout, la radioactivité, le plomb dans l’air, le polonium dans les cigarettes, toutes les saloperies et les chimies qui avaient eu la peau de leur monde d’une manière ou d’une autre. Quand les centrales avaient cessé de fonctionner, le pétrole à devenir un problème majeur, quand assurer la sécurité d’une usine commença à coûter plus cher qu’à la faire tourner coûte que coûte. Elle se sentait privilégiée de ne pas avoir connu ce temps là. Au moins aujourd’hui les choses étaient claires, simples. Le monde était parti en couille et fallait seulement faire avec. Grand-mère avait tenu moins longtemps que lui. Mais sûrement morte des mêmes causes qui l’enverraient dans le trou. Et tante Anna elle n’avait simplement pas pu faire avec. Un jour, après avoir passé une semaine sans manger, elle s’était pendue tout simplement. Beaucoup de gens le faisaient. Se pendre ou se jeter d’une tour. Souvent elle trouvait de vieux cadavres désarticulés dans les ruines de Near North. Surtout à la saison sèche, elle ignorait pourquoi. Comme si sortir soudain de six mois d’obscurité et de froid les rendaient fous.

 

Near North était une forêt de ruines plus ou moins hautes, cavées, trouées, criblées, lézardées, debout sur des tonnes de gravas, de déchets et de carcasses dispersées où apparaissait ça et là des ossements humains ou non. Bull cahotait en rouspétant des crachats de fumée noire et alcoolisée, roues en fer oblige. On utilisait encore quelques pneus mais ceux qui n’étaient pas à la Compagnie valait au moins trois cochons, et des sains s’il vous plait. Pas dans ses moyens ni ceux de personne de sa connaissance. Même Jab n’avait jamais réussi à toucher un cochon d’élevage de sa vie. Faut dire que toutes les fermes étaient du côté de Little Sicily, à côté de Central et qu’elles appartenaient toutes à des gars de la Compagnie. Elle choisissait toujours les ruines les plus hautes, que les étages soient encore là ou non. Pratiquement personne ne le faisait, trop de risque. Et à l’époque des pillards, eh bien par principe les pillards vont au plus pressé. Pendant longtemps les étages étaient restés inviolés. Il y avait les vents tournants, les mouettes ou les corbeaux parfois quand ils devenaient fous, et les tempêtes de verre surtout. Mélange de poussière radioactive, de verre, d’amiante, de limaille de fer résiduel, de plastique brûlée. On les appelait ainsi parce que prit dedans, à moins d’être entièrement couvert d’une quadruple couche de vêtements épais ou d’être dans un abris hermétique on avait aucune chance d’y survivre. Les tempêtes de verre vous arrachaient déjà la première couche de vêtement dans les premières secondes où on était prit dedans. A terre, le seul moyen d’y survivre sans abris proche c’était d’espérer s’enterrer assez vite pour ne pas finir écorché vif. Là-haut, et bien il fallait de la chance, une bonne mémoire de la topographie des lieux et surtout l‘agilité d’un singe. Aussi loin qu’elle s’en souvenait elle avait toujours adoré grimper. Et plus c’était haut, plus ça semblait impossible, plus ça lui plaisait. Elle avait commencé par les vieux immeubles de trois étages de Dowtown avant d’escalader les vieilles tours relais du côté de Far North. Maman n’arrêtait pas de lui faire la vie à cause de ça. Que si elle se cassait quelque chose il n’y aurait personne pour la réparer, qu’elle tomberait malade ou pire serait handicapée à vie. Maman pensait comme Pa’, au temps d’avant où on allait voir un docteur pour vous réparer. C’est sûr que c’était pas avec les médicaments de la Compagnie qu’elle pourrait soigner une jambe ou un dos cassé. Mais c’était comme ça, ils ne comprenaient simplement pas que pour elle et ceux de son âge seul le moment immédiat comptait. Les hommes mouraient autour de quarante cinq ans, les femmes un peu moins surtout si elles avaient eu des grossesses, les enfants morts en bas âge se comptaient par centaine. A ses yeux comme à ceux de sa génération, ils étaient des survivants, nés sur un caprice du hasard, un malentendu, ils ne feraient pas de vieux os alors autant faire ce qui leur plaisait et advienne que pourra. A force de trainer dans les ruines elle était devenue une sorte d’experte en construction. Capable de déceler quelle poutrelle pouvait céder ou sur quel corniche elle pourrait s’appuyer, si la finition avait été bien faite, si on n’avait pas abusé sur le sable dans le ciment. Les vieux buildings, ceux avec le plus de ferraille et de façade tarabiscotée, n’était pas forcément ceux qui avait résisté le mieux, pas tous en tout cas, mais c’était les plus solides. Les autres, ceux essentiellement en verre et acier, gisaient pour la plus part nus au milieu des décombres comme des ossements de géant piqué de rouille dressé vers le ciel. D’autres s’étaient lentement effondré à force d’être cannibalisé. D’autre encore attendait de le faire et devenait si dangereux dans l’intervalle que dans le milieu des Manges Béton on les appelait des cimetières. Il y avait deux classes de Mangeurs, ceux qui comme elle grimpaient dans les cimes et les étages et les autres, ceux qui ramassaient ce qu’ils trouvaient pas terre. Les premiers considéraient les seconds comme des lâches et des usurpateurs, les seconds voyaient les premiers comme des fous. Parfois ils se faisaient la guerre. A coup de barre de fer, de lame de frein aiguisée, de câble. Pour une chaise encore en état ou un kilo de bois. Elle avait une longue cicatrice qui courait sur son avant-bras pour en témoigner. Elle entra dans le hall d’immeuble et admira le haut plafond sur lequel une vieille fresque composée de bonhommes roses avec des ailes se disputait l’espace avec des graffitis de gang. Le plafond était crevé, elle apercevait les étages au-dessus. Une partie avait été ravagé par le feu, une vieille monture de lit calcinée dépassait d’un plancher troué, elle continua son chemin jusqu’aux ascenseurs. Les portes avaient été arrachée depuis longtemps, les cages démontées de A à Z mais personne n’avait essayé d’avoir la peau des câbles. Des mètres et des mètres de câbles d’acier rouillé suspendu dans l’obscurité. Personne ne savait à quoi ils étaient raccroché, personne n’avait jamais été assez fou pour aller vérifier. Elle sorti sa lampe à huile des replis de sa besace et fit claquer deux silex l’un contre l’autre. C’était un peu risqué de faire ça, après toutes ces années des poches de gaz de ville s’étaient formées ça et là, et on ne pouvait même pas les exploiter, seulement espérer qu’elles ne vous pètent pas à la face, mais  ça ne l’effrayait pas. Elle hasarda sa lampe dans la cage et regarda au-dessus d’elle le câble s’enfoncer dans les ténèbres. Impossible de voir quoique ce soit d’ici. Elle sorti une corde en nylon qu’elle avait tressé elle-même et la lança sur la boucle du câble à deux mètres de son crâne. Elle rejoignit les deux extrémités de la corde et fit un nœud coulant qu’elle serra. Quand elle entendit un bruit derrière elle. Instinctivement elle se retourna et porta la main sur le manche de son poignard. Une lame de frein aiguisée emmanchée dans du bois poli et taillé pour ses doigts. Un cadeau de Pa’. Elle ne vit rien, c’était peut-être une bête. Encore fallait-il savoir laquelle. Les mutations ne touchaient pas seulement les hommes et les animaux aussi devenaient fous. Une fois pendant la saison froide un troupeau de rennes s’étaient égaré en ville. Tous à moitié malades, tarés, et fous. Ils avaient tué deux enfants et un chien avant que les hommes ne réussissent à les chasser. Soudain elle entendit des pas sur sa droite, il y avait quelqu’un dans le building avec elle. Elle se tassa sur elle-même, le poignard en garde et avança à pas de chat. Ce n’était peut-être qu’un Mange Béton comme elle mais ça pouvait être autre chose. Une fois dans les ruines du côté du Loop elle avait vu un monstre. La taille et la corpulence d’un ours, avec un visage difforme, simiesque, et couvert d’une fourrure éparse. Impossible de dire ce que c’était mais ça lui avait fichu une frousse de tous les diables. Est-ce que les monstres existaient dans le temps ? Quand cette ville en était encore une ? Autour d’elle tout n’était plus que silence. La main toujours nouée autour de la garde elle s’aventura dans la direction où elle avait entendu les pas. Ce fut aussi bref qu’inattendu, surgissant de l’intérieur d’un mur dans une mauvaise imitation de sa propre tenue. Plusieurs couches de lambeau de tissus, de cuir de cartons maintenus ensemble par réseau de ficelles et de gaine de fil électrique évidée. Il avait la barbe et les cheveux qui formaient comme une seule crinière gluante de crasse, les yeux jaunes et injectés, les ongles longs, craquelés et noircis. Un rictus mauvais déformait son visage et laissait voir des chicots pourris par la glace noire et la sous alimentation. Un Rat, c’est comme ça qu’on les appelait. Rendu à l’état sauvage, qui vivait de charogne et zonait dans toute la ville. Elle brandit la lame devant elle.

  • Vas-y mon gros, je ne te veux pas de mal, dit-elle en espérant que c’était aussi son cas.

Il grogna quelque chose d’inintelligible en faisant de grand geste comme pour la chasser de sa vue. Mais comme elle ne semblait pas vouloir bouger il reparti dans la faille dans le mur en grondant comme un chat en colère. Elle se détendit légèrement mais elle ne se sentait plus de s’occuper du câble, qui sait ce qu’il pourrait faire pendant qu’elle était occupée dans la cage. Elle pouvait essayer de le chasser comme les autres Manges Béton le faisaient parfois en y mettant le feu en général. C’était des Rats après tout, des nuisibles qui venaient à Dowtown voler et piller n’importe quoi, plein de maladies et toutes ces choses là. Souvent dans l’attirail d’un Mange Béton on trouvait une bouteille d’alcool de pomme de terre bouchonnée avec un chiffon. Ce n’était pas toujours efficace, l’alcool ne prenait pas forcément feu comme on voulait mais ça le faisait assez sur un Rat. Mais elle ne se sentait pas de faire une chose pareil, nuisible ou pas c’était un humain comme elle, il avait probablement aussi peur qu’elle et d’ailleurs elle n’avait même pas de bouteille dans son sac. Elle repartit avec sa corde et sa lampe à huile. Il y avait une autre rue deux rues plus haut qu’elle voulait explorer de toute façon.

 

Il n’y avait pas que les Rats et les animaux fous dont il fallait se méfier, il y avait aussi les chiens sauvages, les loups et les ours qui venaient parfois à la saison sèche quand le gibier venait à manquer. Les enfants étaient le plus en danger dans ces cas là. Mais quand vous vous retrouviez face à une meute de chiens bâtards, couverts de cicatrices, écumant, grondant, le poil hérissé à vrai dire n’importe qui l’était. Quand ceux de la Compagnie en avait eu marre d’entendre leurs employés se plaindre de morsure et d’attaque nocturne, ils avaient sorti dont on ne sait où des fusils de chasse et des cartouches neuves. Les fusils étaient sous la garde des responsables de Dowtown, les munitions strictement rationnées. Jerry, le gérant du supermarché, le gardait toujours près de lui. Plus pour impressionner les gamins du quartier que tenir à distance les animaux sauvages. C’est qu’ils étaient tous assez sauvages les mômes d’aujourd’hui, même à ses yeux à elle.

  • Salut Jerry, alors quoi de neuf aujourd’hui ?
  • On a touché des saucisses au fromage !
  • C’est quoi ça le fomage ?
  • Fromage, insista-t-il, c’est européen dans le temps on en fabriquait des tonnes, c’est fait à partir de lait de vache ou de chèvre.
  • Je sais pas ce que c’est une chèvre mais la dernière fois que j’ai vu une vache elle avait deux têtes.

Jerry haussa les épaules.

  • J’imagine que ça n’empêche pas de donner du lait.

Il leva le nez par-dessus son comptoir et jeta un œil dans la besace de la jeune fille.

  • Alors qu’est-ce t’as pour moi aujourd’hui la gamine ?
  • Eh je suis plus une gamine j’ai quatorze ans et demi ! Protesta-t-elle.
  • Ouais, ouais, d’accord, et moi j’en aurais bientôt quarante trois, alors pour moi t’es une gamine.

Elle arrondit les yeux.

  • T’es si vieux que ça !?

Il éclata de rire dévoilant des dents à peu près saines. Jerry n’aurait jamais eu la mauvaise idée de manger de la glace noire ou de boire de l’eau non filtrée et question nourriture, il était bien placé à la tête du garde-manger du quartier.

  • Montre moi plutôt ce que tu as trouvé.
  • Bof, pas grand-chose…

Elle sorti un gobelet en plastique ébréché, une cuillère tordue et noircie, un pot en verre plein de mousse bizarre.

  • Et ça, je sais pas ce que c’est, ajouta-t-elle en posant un petit appareil métallique avec trois gros boutons sur le côté. C’est de l‘électrique de toute façon sert plus à rien.
  • Attends, attends, fit Jerry avec un soudain air de possédé.
  • Qu’est-ce qui t’arrives ?

Il retourna la pièce et vérifia du doigt l’emplacement des piles.

  • Oui, oui c’est ça, attends ! j’y crois pas !

Il se mit à farfouiller dans les tiroirs près de la caisse avant de sortir, triomphant un genre de plaquette en plastique et un paquet d’aluminium. Elle n’y comprenait rien. Il appuya sur un des boutons mais il avait l’air coincé. Pas de drame, il sortit un tournevis qu’il avait fait lui-même et décoinça le bouton, actionnant un clapet dans le boitier.

  • Qu’est-ce que c’est que ce truc ?
  • Une vieille invention du vingtième siècle, attends tu vas voir, si ça marche c’est magique.

Il décortiqua le paquet d’aluminium dévoilant une paire de piles. Bon Dieu, ce genre de truc ça valait deux cochons au moins ! Où est-ce qu’il les avait trouvé ce salaud ? Pendant un instant elle pensa à son fusil et se demanda s’il aurait le temps de l’atteindre. Puis elle se rappela qu’elle l’aimait bien et qu’il avait été toujours coulant avec elle. Il frotta la rouille sur les contacteurs du bout de ses ongles durs et installa les piles. Il appuya sur un autre bouton, à l’intérieur du boitier des bitoniaux en plastique se mirent à tourner sur eux-mêmes.

  • Génial !
  • Ca marche ?
  • On dirait.

Il arrêta la machine, installa à l’intérieur sa plaquette et remit en route.

  • Et voila ! S’exclama-t-il avec un large sourire.
  • Et alors ?

Il s’agita à nouveau.

  • Oh oui attends j’ai oublié l’essentiel !
  • Mais ça sert à quoi ?

Il fouilla dans ses tiroirs à nouveau.

  • C’est un Walkman, ça sert à jouer de la musique.
  • De la musique ? Tu veux dire comme des tambours ? Y’a pas de tambours là-dedans ? Non ? Si ?
  • Non pas comme des tambours, de la vraie musique… attends…

Il émergea soudain du dernier tiroir, un des fils en plastique dans la main avec des embouts blancs.

  • Tiens, met ça dans tes oreilles, dit-il en lui tendant les embouts.

Elle obéit, il planta l’extrémité du fil dans le Walkman et soudain…

 

Georgia, Georgia

The whole day through

(the whole day through)

Just and old sweet song

Keeps Georgia on my mind.

(keeps Georgia on my mind.)

 

La voix était comme un miel chaud et salvateur qui lui rentrait dans la poitrine et l’esprit, une caresse cuivrée, un vent inconnu et parfumé, la mélodie était une épousailles, une envolée de sentiments comme elle n’en avait jamais connu, une réconciliation avec un temps qui lui était inconnu. Un temps mystérieux et stupide où l’humanité avait passé des siècles à tout casser, tout exploiter, sans réfléchir ni au lendemain, ni aux conséquences. Et d’un coup elle se dit que ça avait été peut-être aussi une époque un peu merveilleuse si on avait été capable de faire des musiques semblables, des appareils de ce genre. Soudain il la sorti de sa rêverie en la secouant par l’épaule. Elle leva les yeux et compris. Elle arracha le casque de ses oreilles et entendit la cloche qui sonnait avec vigueur. Pas besoin qu’il lui dise quoi faire, elle se précipita vers le rideau de fer au dehors, le temps de les apercevoir qui déboulaient par toutes les rues. Bon Dieu ils étaient des dizaines ! Ils se donnaient des noms et des figures différentes selon le clan auquel ils appartenaient. Les Clowns de la Mort se peinturluraient le visage en blanc et rouge, les Héritiers étaient équipés de casque de guerres oubliées et d’épais vêtements en cuir d’homme, les Fantômes de l’Est étaient entièrement vêtus de noir et portaient parfois des masques à tête de mort. Mais à Dowtown et ailleurs on les appelait plus simplement les sauvages, ceux qui vivaient dans le Wild, dégénérés, à demi fous, organisés, armés, véhiculés et chasseurs d’hommes. Ils se déplaçaient à cheval ou juché sur des assemblages hétéroclites d’engins du passé couplé avec des moteurs à l’éthanol, parfois des roues, des chenilles ou des skis. Comment avaient-ils réussi à passer cette fois ? Un large fossé plein d’une forêt de pics enlaçait tout l’ouest du quartier, plus deux rangées de barbelé et les chiens, les guetteurs. L’est était impraticable à la saison de l’entre-deux, à cause des marais, le nord également parce que la Compagnie y siégeait. Quand au sud… si le sud était tombé ce n’était pas bon signe, deux des plus grosses mines de charbon se trouvaient là-bas. Elle tira violemment sur le volet qui claqua contre le béton au même moment où retentissaient les premiers hurlements. Jerry s’était emparé du fusil et regardait à travers le grillage qui couvrait la lucarne derrière le comptoir.

  • Quel clan ? Demanda-t-elle.

Jerry était gris.

  • Je ne sais pas, on dirait qu’il y en a plusieurs.

De tous c’était les Héritiers qui la terrorisaient sans doute le plus, parce qu’ils avaient enlevé sa mère et tué un de ses petits frères. Elle les avait vu faire, lui fracasser le crâne contre un mur. Il y a des images comme ça que même une gamine comme elle ne pouvait pas oublier. Quelque chose grésillait par-dessous les cris et les détonations au loin, elle reconnu la chanson, le Walkman continuait de tourner. Ce supplément d’âme. Elle avait presque envie de pleurer maintenant. Les barbares avaient d’autres projets. Le grillage devant la lucarne éclata emportant avec lui des pans de béton et la tête de Jerry dans une salve de flammes, d’acier et de purée de cervelle qui traversa tout le supermarché projeté par une roquette de 40 mm. Elle happa un peu de l’air brûlant qui avait envahie la pièce et attrapa le fusil. Jamais dans sa vie elle n’avait croisé rien de tel, elle ignorait même ce qu’était qu’une roquette et la plus violente explosion à laquelle elle avait jamais assisté c’était quand son père avait essayé de remettre en marche une vieille voiture avec du gaz de ville. Il avait failli en mourir d’ailleurs ce jour là. Elle était sourde, acouphènes en stéréo, mais peu importe, elle attrapa au passage le Walkman et fila  à l’arrière du magasin avant que ça ne pète de nouveau. Que savait-elle d’autre à part survivre après tout ? Elle était à mi chemin entre les rayons de yaourts de gelée parfumée quand une autre roquette atteint le volet, l’arrachant et le tordant comme du papier aluminium. Poussée par le souffle elle roula contre un étalage de saucisse grillagé. Ca sentait le roussi, la tête qui tournait, envie de vomir, de crier, les oreilles sourdes, le dos qui brûlait. Elle se redressa tant bien que mal, sentit les flammes contre sa peau, ses cheveux qui fumaient. Elle leva les yeux sur la porte de secours, sa seule chance. Elle entendait derrière elle des cris de joie, des coups de feu, des explosions. Merde, jamais ils avaient été aussi armés ! Où ils avaient trouvé tout ça ? Elle se jeta sur la porte et se roula immédiatement dans la poussière qui couvrait l’arrière-cour. Puis, se redressant, hasarda un œil sur la rue. C’était pire qu’elle ne pensait, il en avait partout, armés jusqu’aux dents, de trucs qu’elle n’avait jamais vu de sa vie. Là-bas ils faisaient déjà monter les gens dans leurs cages roulantes. Que faisaient-ils de ceux qu’ils emmenaient ? Tout ce qu’elle en savait c’était par la rumeur, et la rumeur était indécise. Certain disaient qu’ils les mangeaient, d’autres qu’ils en faisaient des esclaves, d’autres encore qu’il faisait un peu des deux et commerce tant de leur viande que de leur force de travail. Quoiqu’il en soit, une fois qu’ils vous attrapaient jamais on ne revenait.

  • Eh toi ! Viens un peu par là !

Elle fit volte face le fusil braqué sur le type qui était en train de grimper la palissade. Aucune idée de son clan mais l’arme qui dépassait de son dos, elle savait ce que ça voulait dire. Elle tira sans réfléchir. La moitié du crâne s’ouvrit et se referma comme une bouche qui appel, giclant un cerveau presque entier. Elle détala aussi tôt entre les deux immeubles devant elle. Derrière elle ça criait, un fusil claqua, la balle ricocha sur un des immeubles, des éclats de ciments rebondissant contre sa nuque. Courir, courir plus vite. Soudain un véhicule lui barra la route, pare-brise grillagé, moteur à nu, carrosserie noire et poussière, roues authentiques, pare-chocs forgés, son cœur bondit dans sa poitrine. Elle était foutue ! Elle braqua son arme en désespoir de cause quand la portière s’ouvrit.

  • Si tu veux vivre, monte !

Barbu avec le crâne presque ras à l’exception d’une fine natte, un genre de croix tatoué sur le cou. Comment lui faire confiance ? Une autre balle claqua derrière elle, puis une autre devant qui fit un cratère dans le goudron. Une arme surgit dans sa main, un pistolet à ce qu’elle en savait, elle n’eut pas l’occasion de répliquer qu’il tirait quatre fois sans la toucher. Elle se retourna interloquée et vit le type dans l’allée.

  • Monte bordel !

Elle obéit sans réfléchir.

 

La voiture bondit sur ce qui restait du highway qui avait un temps couru jusqu’à Central. L’air puait le bois brûlé, les vapeurs d’alcool, le plastique fondu et le cochon fumé. Des explosions retentissaient encore dans leur dos. Flammes dans le rétroviseur extérieur.

  • Salut moi c’est Albert, lui dit-il sur un ton civil, la main tendue vers elle. Qu’est-ce qu’il voulait avec sa main ?

Il se marra.

  • Comme le soda ?

Elle haussa les épaules, elle ne savait pas de quoi il parlait.

  • Non mais sérieux t’as pas un vrai prénom ? Genre pas de surnom de zonarde de ville ?
  • D’une je suis pas une zonarde, de deux ça te regarde pas. C’est comme ça que tout le monde m’appel, c’est tout. Et range ta main

Il n’avait pas l’air d’en revenir.

  • Cocacola hein !? Et comment on dit merci dans ton bled ?
  • Merci pourquoi ?
  • Pour t’avoir sauver le cul.
  • Putain !

Le hurlement l’alerta juste à temps pour faire une embardé et heurter le Rat sur le côté. L’autre projeté sur les reliefs d’une barrière de sécurité, désarticulé à l’arrivée.

  • Arrête de parler et mets nous à l’abri ! .

Albert lui jeta un long coup d’œil songeur mais ne dit rien. Le véhicule continua de filer à travers un cahot de gravas jusqu’à un tronçon d’avenue au bord de laquelle se dressaient des fantômes de magasin et des lampadaires rouillés, avachis comme des vieux arbres. Une vieille enseigne surplombait un immeuble, elle se demanda ce que signifiait Toyota. Les vieux parfois disaient des mots qu’elle ne comprenait pas, comme girafe ou espoir, elle en avait tiré l’idée que le vocabulaire dans le temps n’était pas le même qu’aujourd’hui. Après tout c’était logique, plein de choses avaient disparues qu’ils étaient encore capable de nommer. Un jour ça ne serait plus le cas. Un jour, ses enfants, si elle en avait, ne sauraient même pas ce qui avait été détruit, était mort, et comme ils ne pourraient pas le nommer non plus, ils vivraient avec leur présent, comme neuf et sans regret. Mais est-ce que c’était si bien que ça ? Elle serra les doigts autour du boitier du Walkman enfoui sous ses couches de vêtements. Cette découverte qu’elle venait de faire, la vraie musique, est-ce que c’était si bien que ça que ses enfants un jour ignoreraient totalement qu’une telle chose avait existé ? Qu’ils n’écouteraient jamais de musique, ne lirait plus, seulement chasser et se reproduire. Elle avait envie d’écouter la chanson mais elle se méfiait de lui. Elle lui demanda où ils allaient.

  • A Central où veux tu qu’on aille ?
  • C’est pas la bonne direction.
  • Parce que pour le moment on va juste se planquer.

Elle lui jeta un coup d’œil de biais, elle remarqua les fines ridules qui partaient du coin de son œil et la cicatrice blanchâtre qui lui entamait le front.

  • D’où tu sors d’abord ? Comme t’as fait pour passer ?

Il haussa les épaules.

  • Ces furieux là, plus de muscle que de cervelle. Ils ont arraché vos barbelés et posé des ponts sur vos fossés mais ils ont tout laissé derrière.
  • Où ça ?
  • Du côté de Goose Island.
  • C’est où ça ?
  • Tu connais pas ? T’es sûr que t’habite cette ville ?

Ca la vexa, elle cria presque ;

  • Et toi tu vivais où ? Première fois que je te vois !
  • Normal, j’étais à l’est.
  • A l’est ?
  • Washington, Pittsburg, New York…

Un nomade. On en voyait parfois qui passait par Dowtown, pour se ravitailler en général. Elle n’avait jamais bien compris ce besoin de toujours bouger, traverser le Wild, prendre le risque de se faire tuer au hasard d’une route. On était bien plus fort groupé en théorie…mais après ce qu’elle venait de voir elle commençait à saisir l’intérêt. Groupés ou non les sédentaires étaient vulnérables contre les raids.

  • Washington ? Pittsburg ?
  • Tu connais pas ?
  • Washington c’était la capitale du pays !
  • La capitale ? Pays ? C’est quoi ?

Il ricana.

  • Tu sais vraiment rien toi hein !?

Il vira sur la gauche dans une rue défoncée. Elle serra les dents.

  • J’en sais assez pour survivre dans cette merde !
  • J’ai vu ça…

Elle se roula en boule autour de son fusil.

  • Ouais bin je sais peut-être pas ce que c’est la capitale et je sais pas quoi mais moi cette ville je la connais, j’y suis née !
  • Et alors ?
  • Alors par là il y a plein de Rats c’est dangereux.
  • T’inquiète…. Tiens, je parie que tu peux pas me dire le nom de cette ville.
  • Ici ?
  • Ici ? Ici c’est the Loop, c’est comme ça que tout le monde l‘appel.
  • Ah, ah non c’est pas ça le nom de la ville Cocacola !

Elle retourna un regard de défit.

  • Ah ouais et c’est quoi alors ?
  • Pfff n’importe quoi !

Le nom lui évoquait pourtant quelque chose, peut-être que Grand-père l’avait mentionné, ou Pa’ mais plutôt se faire arracher les dents qui lui restait que de l’admettre. Il rigola à nouveau.

  • Ah sacrée toi !

Il porta la main à sa crinière et lui gratta la tête. Elle se dégagea aussi tôt.

  • Eh pas de ça !
  • Du calme, du calme gamine, t’as l’âge d’être ma petite-fille.

Qu’est-ce ça pouvait lui faire ? Il recommençait elle le coupait.

  • Tu me touches pas c’est tout !
  • Okay, okay, comme tu veux.

Il entra à l’intérieur d’un bâtiment encore quasiment debout, passa les reliefs d’une barrière arrachée et descendit jusqu’au premier sous-sol. Le pinceau des phares ébloui le parking déjà occupé par trois voitures cannibalisées jusqu’à la carcasse. Dans l’une d’elle se tenait un squelette avec un trou dans la tête. Il arrêta la voiture et éteignit les phares. Obscurité, silence, elle senti son cœur battre plus fort, sa main glissa vers la queue de détente, il alluma le plafonnier et sortit une cigarette.

  • Tu fumes ?

Elle fit signe que non. Jab faisait contrebande de cigarettes, elle n’avait jamais su où il les trouvait mais elle avait essayé et ça ne lui avait pas plus, pire elle trouvait que ça puait.

  • La fenêtre, on peut l’ouvrir ?
  • Si t’arrives à la casser…

Elle se pinça le nez.

  • Putain ça pue et en plus ça sert à rien.

Il cracha une bouffée en direction du plafond. Nuage de coton gris se déroulant sur la tôle avant de s’évaporer en miasmes industrielles.

  • Si on faisait toujours des trucs qui sert…

Il consulta la vieille montre à aiguille qu’il avait autour du poignet.

  • En plus c’est mauvais pour la santé ! Ajouta-t-elle.
  • Tu veux dire en plus de la glace, de l’eau, de la neige noire, des tempêtes de verre, de la radioactivité, des sauvages, des Rats, des chiens errants ? des ours mutants ?

Elle détestait comment il arrivait à lui clouer le bec comme ça.

  • On va attendre la nuit, je pense pas qu’ils vont pousser jusqu’ici mais on sait jamais, ça sera plus sûr après.

Il éteignit le plafonnier, la braise de sa cigarette fit rougeoyer son profil et cette croix qu’il avait dans le cou. Elle n’en avait jamais vu de comme ça, deux branches cassés se croisant. Ses pensées s’envolèrent soudain vers Grand-père et Pa’, Jab, son cousin, ils devaient être tous être morts ou enchainés quelque part à l’heure actuelle. Encore trop sidérée pour ressentir du chagrin, de la peur ou de la colère. Juste de l’incompréhension. En l’espace d’un instant ou presque tout son monde s’était effondré. Dowtown sous les flammes et les sauvages partout. En instant elle avait perdu la moitié de ses repères et l’obscurité lui ferait peut-être bientôt perdre la notion de l‘espace et du temps. Elle voulu ouvrir la portière quand elle senti sa main se poser sur sa cuisse.

  • Je t’ais déjà dit de pas me toucher !
  • Allez recommence pas ma petite !

Elle aperçu le reflet rose orange dans ses yeux, l’expression qu’il avait dans le regard. Elle saisi le fusil quand il lui cracha sa cigarette à la figure. Par réflexe elle leva la main pour se protéger, il en profita pour la frapper en plein dans la mâchoire. Sonnée elle senti qu’il lui arrachait le fusil de la main. Elle essaya de se débattre, ll la frappa à nouveau et à nouveau encore, jusqu’à ce que ses lèvres éclatent, son nez pisse le sang, sa mâchoire craque. Elle ne senti bientôt plus rien. Juste dans un coin de sa tête, une sensation cotonneuse d’être palpé, ses vêtements mis en lambeaux, l’air contre sa peau nue, ses fesses, son sexe écartelé…. Elle ne bougeait plus, repliée contre la porte, les fesses presque en l’air sur lesquelles battaient ses couilles. Elle avait les yeux ouverts, l’odeur de tabac et de sueur, son souffle tiède, elle se concentrait sur ça, détachée du bas de son corps. Il la relâcha pour l’attraper par les cheveux et lui fourrer son membre aqueux au fond de la gorge. Elle entendit un cliquetis métallique, senti le canon de son arme se poser contre l’articulation de l’épaule.

  • Suce et pas de conneries, une balle dans l’épaule ça fait pas du bien.

Elle obéit, il ne lui laissait pas le choix de toute façon à la tenir par les cheveux et lui imposer le va et viens. Une de ses mains était appuyée contre le tapis de sol rapiécé. Elle sentit le contact de l’acier contre son poignet, déplaça sa main tout en le laissant faire, Du métal et du bois, le manche de son couteau.

 

  • C’est à toi que tu dis ? C’est quoi ces conneries ?

Central était ceinturé de croisillons de béton hauts comme des voitures, de miradors armés, de barbelés rasoir, d’une rangée de mines et ça et là des nids à mitrailleuse calibre 20. Au-delà on apercevait les tours de verre et d’acier éclaboussés de la lumière de quelques fenêtres, comme un ciel étoilé qu’on pourrait toucher du doigt. Mais apparemment ça ne serait pas aussi simple que ça. Les deux gardes tournaient autour de la voiture en balançant leur matraque au bout de leur poignet. Ils portaient des cottes grises et des casquettes estampillées d’un C argenté. L’un d’eux avait un gros revolver nickelé à la hanche. L’autre se pencha et regarda derrière le siège conducteur.

  • Hydrogène, commenta-t-il.
  • Hydrogène ?
  • Ouaip !

Le premier fronça les sourcils.

  • Dis donc toi, où est ce que tu as appris à monter des compresseurs à hydrogène ? Et d’abord où tu les as trouvé ?

Elle jeta un coup derrière elle, quatre bombonnes blanches alignées. Elle ne savait même pas ce que c’était de l’hydrogène mais ça devait expliquer pourquoi elle roulait aussi vite. Et nerveuse avec ça. Pour elle qui n’avait jamais conduit que son tracteur manœuvrer hors du garage lui avait prit une bonne demie heure et pas sans rayer la carrosserie.

  • Euh… c’est mon père il est très bricoleur !
  • Ton père hein ? Et très voyageur on dirait aussi. La dernière réserve de gaz de ce genre c’était au Canada qu’elle était à ce qu’on dit.

Encore un mot dont elle n’avait jamais entendu parler mais elle n’en montra rien.

  • Ouais bin à c’que disait mon père on est un con.

Le gars avec le révolver tira une lampe torche de sa poche et lui mit la lumière en pleine figure, l’obligeant à fermer les yeux.

  • T’es un petit malin toi hein ? T’es arrivé quoi ?

Elle avait la moitié du visage enflé, les lèvres fendues et tuméfiées, un œil presque fermé qui pleurait, et des traces de sang séché jusque dans les cheveux.

  • Un Rat qui m’a attaqué.
  • Sacré rat hein…. Et c’est quand que t’arrêtes de te foutre de notre gueule ? Sorts de là !

Elle avait le sentiment que si elle obéissait, jamais elle ne pourrait repartir. Il balaya l’habitacle avec le faisceau de sa torche, aperçu des traces suspectes jusqu’au plafond.

  • Bordel, il s’est passé quoi dans cette bagnole ?

Il croisa son regard plein de défit et frappa violemment sur le grillage de protection.

  • Sorts de là je t’ai dis !

Il y a des conséquences à s’en prendre à une Mange Béton, tous les Rats savaient ça, tous ceux qui traitaient avec eux également. Aussi sauvages que les chiens errants qu’ils combattaient, aussi durs que les murs qu’ils grattaient, telle était leur réputation et la raison pour laquelle personne ne les aimaient beaucoup. Utiles, assez fous ou stupides pour s’aventurer partout du moment qu’il y avait de quoi ramasser de la bonne came. Mais infréquentables. Albert ou quelque fut son nom l’avait appris à ses dépends. Et il avait souffert. Elle hésita encore quelques instants avant d’obéir le dos voutée la mine basse et méfiante.  Il l’écarta de la voiture du bout de sa matraque avant de s’installer à sa place.

  • Ouais ça c’est de la caisse ! Gloussa-t-il en posant les mains sur le volant.
  • Vous feriez mieux de prévenir vos chefs, maugréa-t-elle, les sauvages sont à Near North !

En ressortant du parking elle avait d’abord pensé se trouver un nouvel abri dans un quartier qu’elle connaissait comme sa poche. Jusqu’à ce qu’elle les aperçoit occupés à monter un barrage à un croisement. Elle avait fait tout le voyage jusqu’ici en écoutant la chanson, ça lui avait tenu chaud, lui avait fait un peu oublié son odeur de tabac et de sexe. Georgia on my mind….

  • Tu veux peut-être nous expliquer notre boulot !? Aboya l’autre.

Elle soupira, elle n’était pas exactement en position de leur tenir tête et elle le savait.

  • Non je suis juste venu demander asile, vous avez pas le droit de pas me laisser passer c’est la loi !

Personne ne l’avait écrite cette loi et elle posait occasionnellement problème mais tous y obéissaient. Parfois la solidarité c’est tout ce qui restait pour survivre un jour de plus.

  • Si tu passes faudra bosser !
  • Ca me fait pas peur !
  • T’as déjà extrait du charbon ?
  • Et du sel ?
  • Non plus.

Les deux gardes échangèrent un regard et soupirèrent de concert.

  • En tout cas la voiture elle rentre pas.
  • Eh mais vous avez pas le droit !
  • J’ai tous les droits ! Beugla celui au pistolet en penchant son visage bosselé sur elle. Elle rentre pas !
  • Y’a quatre bombonnes d’hydrogène liquide là-dedans, tu veux peut-être qu’on prenne le risque que ça pète ?

Elle le regarda avec un air hésitant, il en savait sûrement plus qu’elle à ce sujet, et elle était certaine qu’elle ne la reverrait jamais si elle la laissait là. Mais que pouvait-elle faire ?

  • Impossible ! C’est du solide !

Ultime et vaine tentative.

  • T’es sourd toi ? Si tu veux rentrer, tu rentres sans elle, sinon barre toi avant qu’on se fâche !

Encore une chance de faire marche arrière. Un regard sur le siège baquet, un autre vers les buildings scintillants. Qu’est-ce qu’elle allait faire ? Elle ne connaissait et n’avait jamais rien connu d’autre que Dowtown et ses environs. Le Wild ? Elle l’avait copieusement évité jusqu’à ce jour. Seule la ville, le gris du béton, la présence des immeubles comme des fortins du passé savaient la rassurer. Devenir nomade ? Comme l’autre ? Et devenir fou comme lui ? Et sinon pour aller où ? Elle avait pensé aux deux seules villes dont elle avait entendu parler, New York parce que c’était par là bas qu’était parti Lola. Mais c’était à l’est, et l’est était désormais aux mains des sauvages. Et Los Angeles, qu’elle aurait été incapable de situer sur une carte. Elle adressa un coup d’œil misérable au garde.

  • Okay, elle est à vous.

Il lui retourna un sourire de bulldog l’air de dire que même si elle avait essayé de repartir il ne lui aurait pas laissé le choix. Son collègue ouvrit sa cotte et en sorti un petit appareil avec une antenne.

 

Ca faisait maintenant trois mois et quatre jours qu’elle était là. Comme chaque année la saison de l’entre-deux s’était conclu par d’interminables averses noires, et comme chaque année elle avait duré moins longtemps que la précédente. Le froid était revenu. Mordant, implacable, qui brûlait et coupait la peau à nu, s’insinuait la nuit dans les épaisseurs de tissu au point de l’insomnie. Garder les yeux fermés et sentir tout son corps grelotter. Alors elle essayait de penser à quelque chose de chaud, douillet, confortable. Les bras de sa mère, le gros matelas puant dans sa chambre et tous les cartons et les couvertures dessus, un feu, un incendie, la saison sèche….et le froid lui mordait la nuque comme un chien de glace. Elle n’avait jamais su grand-chose de la Compagnie. Grand-père lui avait expliqué que les fondateurs avaient à une époque été à la tête d’une grande banque et d’un important groupement d’affaire. Mais comme elle ignorait ce qu’était qu’une banque ou un groupement d’affaire sa seule référence restait ce qui en ressortait. Des saucisses parfumées, des pizzas avec de la pâte imitation fromage, de la purée de tomate et des bouts de cochons. Des pots de gelée colorée et des pilules jaunes ou lanches. Du courant au loin, des gars qui partaient dans les mines et s’installaient là-bas. Le pouvoir, la civilisation ou son relief, le moyen de subsistance de centaine de personnes. En somme pour elle comme un genre de centre du monde. Plus jeune, en admirant les lumières au loin, elle s’imaginait un monde de confort, de gens souriants et bien nourris, comme sur ces vieux catalogues gondolés qu’on retrouvait des fois dans les décombres, ces lambeaux d’affiche que Grand-père appelait des réclames. Un univers auquel elle n’aurait jamais accès, sans doute, mais qui avait le mérite d’exister. Comme un genre d’espoir que tout n’était pas plié, qu’on pouvait encore peut-être encore s’en sortir.  Peut-être qu’au fond elle était comme son père, à s’accrocher à un passé qu’elle n’avait jamais connu en espérant son retour. Un espoir qui s’était dilué dans le froid glacial de la carrière de sel, dans les étroits dortoirs puants, pleins de puces, de cafards et de rats dans lesquels femmes et hommes étaient entassés par sexe et par équipes de travail. Au fond de son écuelle, invariablement remplie, trois fois par jour d’un remugle grisâtre dans lequel parfois flottait de minuscule bout de gras. Au goût de chlore de l’eau filtré, aux gueulantes des contremaitres, à la dureté des matraques quand on n’obéissait pas assez vite à un garde. Quand ils l’avaient dépouillé de son Walkman… Puis un jour elle avait compris la supercherie. Compris ce qui était arrivé à son quartier, Grand-père, Pa’ et tous les autres. Et pourquoi. Elle l’avait reconnu tout de suite à son grand nez plongeant et sa mâchoire lourde. Entrant avec les hommes du baraquement six. Le regard vide, la peau grise. Il semblait avoir prit dix ans. Elle sorti immédiatement du rang et l’interpella, mais Wallace continua son chemin. Les gardes soufflaient dans leur sifflet, deux d’entres eux venaient à sa rencontre mais peu importe, elle bouscula les rangs jusqu’à son cousin.

  • Wallace, tu me reconnais !? C’est moi Cocacola !

Il lui adressa un regard perdu.

  • Cocacola ! Wallace, ta cousine Hope !

Elle détestait son vrai prénom, celui que maman lui avait choisi, elle l’avait toujours trouvé tarte, plat, Hope ! Comme Taupe ! Alors que Cocacola ça sonnait bien, exotique, un peu mystérieux.

  • Gnâââ ! Lâcha Wallace en ouvrant grand une bouche vide.

Ils lui avaient arraché toutes les dents et la langue. Après quoi ils l’avaient revendu comme esclave à la Compagnie. Plus tard elle réalisa qu’il n’était pas le seul ancien de Dowtown. Le seule esclave. Voilà pourquoi les sauvages étaient si bien armés, comment ils étaient parvenus jusqu’à eux sans alerter personne. La Compagnie les avait aidés. La Compagnie avait besoin de main d’œuvre corvéable jusqu’à la mort si besoin. Rien ne devait arrêter sa marche. Chaque début de semaine les équipes étaient réunies et des quotas fixés. Ceux qui les respectaient voir les dépassaient recevaient des plaquettes d’or qu’ils étaient autorisé à dépenser au dispensaire en provisions, boissons, alcool, tabac parfois un peu de cannabis. Les autres vivaient l’enfer. Les cris, les coups, les menaces de privation, pire d’être jeté dehors. Non, il n’y avait décidément plus rien dans ce monde. Plus rien à espérer, rien en quoi croire. La prison ou la barbarie rien de plus. Elle tremblait, le ventre contracté les bras croisés sous la tête, fixant le sommier au-dessus de sa tête. Ses dents castagnaient toute seules. Elle pouvait toujours partir pensait-elle, mais pour aller où ? Quoi faire ? Sans véhicule ? Pour devenir un Rat à son tour ? Jamais de la vie ! Et puis soudain la tête à l’envers d’une fille lui fit face. Un peu plus âgée qu’elle, les cheveux taillée au couteau, la bouille ronde et de grands yeux noirs et pétillants qui la regardaient avec attention.

  • Salut moi c’est Ford.
  • Cocacola, répondit-elle après une hésitation.
  • Comme la boisson ?

Elle haussa les épaules, elle ne savait pas.

  • Moi j’avais pas de nom alors j’ai pris celui d’une enseigne.
  • Tes parents t’ont pas donné de nom ?
  • Je me souviens même pas d’eux.

Elle descendit de son lit.

  • Dis tu veux pas qu’on dorme ensemble, j’ai peur toute seule là-haut.

Cocacola l’inspecta quelques instants avant de lui faire de la place. A deux elles auraient aussi plus chaud.

  • T’es nouvelle ? Première fois que je te vois.
  • Non, avant j’étais là-haut.
  • Là-haut ?
  • Dans les tours !
  • Oh, je savais pas qu’on avait droit.
  • Quand tu fais le service si.
  • Le service ?
  • Oui quand tu les sers quoi, les patrons là-haut.
  • Ah…. Et pourquoi t’es là maintenant ?
  • Pff j’ai pas voulu et j’ai tapé un gars….
  • T’as pas voulu quoi ?

Elle fit un signe obscène, Cocacola pensa au fou dans sa voiture. Parfois elle avait peur que ça se reproduise, le regard de certain garde, d’autres travailleurs. Elle avait réussi à planquer un bout de verre au cas où, bricolé dans un manche plastique. Elles devinrent rapidement amies et un peu plus, et comme le camp n’était pas seulement dirigé par des brutes et des imbéciles, on les mit ensemble à travailler sur la chaine de triage. Ce n’était pas un boulot très dur ou compliqué, trier les blocs de sel par taille et au moins elles étaient à peu près à l’abri du froid. Mais ça vous esquintait les mains et la poussière vous brûlait le nez et les bronches tellement parfois qu’il fallait passer dix minutes à se rincer et boire pour respirer normalement à nouveau. Le soir elle lui racontait comment c’était dans les tours, la musique, les beaux meubles, les beaux habits, la chaleur, la nourriture en abondance. Ca semblait si incroyable que parfois elle la soupçonnait d’embellir les choses. Mais ça faisait rêver et c’était déjà bien. Elle se demandait si dans le temps les gens rêvaient aussi de chose qu’ils n’auraient jamais vu qu’ils avaient déjà tout. Ford lui dit que oui, qu’avant les gens étaient pareils que maintenant qu’ils aient tout ou pas, sauf qu’ils mourraient beaucoup plus vite aujourd’hui. Elle le savait parce que les maitres lui avaient un peu raconté le passé, un très vieux monsieur surtout, le directeur de la Compagnie. Parfois il était gentil, il lui disait d’arrêter de travailler, ouvrait un livre du passé, un livre d’histoire comme il disait, et il lui racontait le monde d’avant. Les guerres, les gens connus, les villes et les pays… Elle ne savait pas non plus si tout était vrai mais c’était de rudement bonnes histoires.

 

Laquelle des deux parla en premier d’aller tenter sa chance ailleurs ? De voler tout ce qu’elles pourraient voler d’utile et s’enfuir loin de ce mouroir où les uns et les autres tombaient comme des mouches ? Sans doute l’idée leur vint en même temps. Au fil de leur amitié, de la confiance qu’elles reprenaient en elles-mêmes et en leur avenir, et de ceux qui s’effondraient d’épuisement ou crachant leur sang à cause du sel dans leurs poumons. Pendant trois semaines elles s’organisèrent, chapardant tout ce qu’elles pouvaient, risquant maintes fois de se faire prendre, jouant de toutes les astuces qu’elles connaissaient. Avant d’échouer ici Ford avec vécu avec une petite communauté dans le Wilde comme il en existait encore. Souvent des nomades-chasseurs qui allaient d’un coin à l’autre du continent. Elle n’était pas la dernière pour savoir voler une cuillère au nez et à la barbe des gardes, ou du sel, ou de la corde. Fuir en soi fut la partie la plus facile, deux fois par semaine une carriole à vapeur venait chercher les déchets cumulés par les prisonniers, vider les latrines, ramasser ce qui ne servait plus, avait été cassé. Elles se cachèrent à l’intérieur d’une montagne de merde et débris divers, respirant avec une paille, le visage couvert de tissu jusqu’à ce que la cargaison soit larguée à Little Sicily à l’usage des fermes sous cloche qu’on avait construit là. L’idéal aurait été de pouvoir voler quelques légumes, un peu de lait, histoire de savoir quel goût ça avait, mais les serres étaient trop sérieusement gardées et Little Sicily sillonné de patrouille du soir au matin. Tout juste parvinrent-elles à filer avant qu’ils n’entament la nouvelle cargaison. Mais le plus difficile ce fut de rester en vie après. Si Ford savait comment fabriquer un collet ou attraper un rat, fabriquer un feu avec à peu près n’importe quoi, ou une corde avec des herbes sauvages, elle ne connaissait rien aux dangers de la ville. Elle ne connaissait pas les pièges à homme que d’autres hommes façonnaient pour se nourrir. Ne savait pas repérer une faille dans un mur, n’avait jamais croisé de Rat, prenait un plancher un plâtre pour un sol en terre, n’avait jamais été forcé de marcher pied nu sur du verre. Et si au contraire Cocacola en connaissait tous les risques et les avantages, elle n’avait jamais été vraiment livrée seule à elle-même, et encore moins avec une blessée. Ford se cassa la jambe et le poignet quelques semaines après leur départ du camp. Il pleuvait ce jour là et le monde n’était plus qu’une vaste patinoire remplie de piège mortel. Poursuivie par un Rat qu’elle avait dérangé dans son logement elle ne se contenta pas de glisser et de tordre la cheville, elle tomba de tout son poids sur une fine plaque de contreplaqué qu’on avait tendu au-dessus d’une fosse remplie de tessons de bouteille. Ford eu de la chance dans son infortune, la plaque résista et s’interposa entre elle et le verre mais en essayant de se retenir elle fini par se blesser. L’os du poignet sorti, le tibia rompu, ses hurlements alertèrent aussi bien les chasseurs que sa compagne. Ils étaient deux, avec de courtes piques arrachées à des grilles de jardin, maigres, vêtus de peau de renne avec des espèces de chapeau à fourrure sur la tête et des bottes en peau d’homme. Ils tournaient autour de la fosse en baragouinant un sabir qu’elle ne connaissait pas. Semblaient se disputer pour savoir qui allait descendre l’achever. Ignorant la silhouette qui les contournait silencieusement et sans les quitter du regard. Cocacola avait quelque chose du jaguar dans ces moments là. Elle sauta sur le dos du premier et l’égorgea avant qu’il n’ait le temps de se secouer les épaules. L’autre tenta aussi tôt de bondir sur elle, mais la jeune fille esquiva, sauta à pied joint sur un mur et se jeta sur son crâne y plantant le poignard rouillé qu’elle avait découvert dans les décombres, un trésor qu’elle bichonnait comme une mère. Ford continuait de hurler et de pleurer incapable de s’arrêter, tant de douleur que de peur quand elle vit le sourire de sa compagne se pencher au-dessus de la fosse.

  • Calme-toi bébé, je suis là.

 

La pluie continuait de battre. Noire, crasseuse, gluante. Ruisselant dans les ravines creusées dans la glace, mâchant la neige au point d’une bouillie noirâtre, épaisse, qui n’alourdissait pas seulement vos pas mais aveuglait la route. Dégoulinant en torrent ou en ruisseau des gouttières rescapées, des buildings ruinés, bouillonnant des égouts et des bouches de métro. Une semaine qu’il pleuvait ainsi sans discontinuer comme si le ciel se purgeait d’un mauvais rêve. Elle leur avait trouvé un abri au deuxième étage d’une tour, dans les restes de ce qui avait été un hôtel de luxe il y avait même encore de large pan de moquette encore collée, chaude et isolante et un lustre cannibalisé qui la fascinait. Elle avait réduit la fracture du poignet avec les moyens du bord et lui avait fabriqué des attèles. Mais son bras ne cessait de gonfler et il commençait à sentir mauvais. Elle savait ce que ça voulait dire, elle avait déjà vu ça, mais ne savait pas le soigner. Elle avait peur pour elle. Ford dormait en travers ses jambes les joues creusées, le teint cireux, les yeux cernés. Cocacola avait bien essayé de chasser dans l’hôtel mais à part un rat malade, et un chat sur trois pattes, les autres animaux se terraient à cause de la pluie. Quatre jours qu’elles suçaient leurs ossements débiles et buvaient de l’eau noire parfaitement conscientes pourtant qu’elles étaient en train de se tuer à petit feu. Mais quel choix avaient-elles ? Elle n’en pouvait plus. Elle pleurait en silence. Elle avait même cassé son poignard en chassant. Elle n’avait plus rien, s’était battu jusqu’au bout et pour quoi ? Pour finir pas crever de faim en regardant son amour mourir lentement. Et avant ça sans doute deviendrait-elle folle. C’était ça sa vie, ça la seule issue que les générations passées lui avaient léguées. Ca servait à quoi maintenant toutes les choses que Grand-père lui avait appris, toutes les lectures de Pa’ ? Même ça avait servit à quoi de survivre jusqu’ici à par prolonger indéfiniment une agonie promise ? Elle aurait dû faire comme tante Anna et depuis longtemps, mais c’est ce qu’elle ferait après avoir achevé les souffrances de Ford. Quand la pluie cesserait, quand elle aurait retrouvé un peu de force et de courage d’en finir. Elle pleurait, effondrée en elle-même si profondément qu’elle n’entendait plus la pluie, le vent, les bruits de la ville dégoulinante, les yeux voilés de larmes, la vue diluée dans le chagrin. Pourtant quand la boule de neige noire s’écrasa devant elle, elle sursauta, les lèvres tremblantes, l’air perdue et chercha autour d’elle. Elle vit leurs silhouettes se détacher sur le fond sombre d’une fenêtre crevée. Ils étaient trois, deux massifs et un plus petit, elle ne voyait pas leur visage mais sentait leur odeur. Puissante, musquée, inconnue. Ce n’était pas une odeur d’homme pourtant ils se tenaient debout et l’observaient du fond de la pièce. Elle gronda qu’ils n’approchent pas, elle était armée. Pour toute réponse l’un d’eux renifla. Elle jeta un coup d’œil à sa compagne elle dormait toujours. Elle tendit la main et chercha une arme, n’importe quoi pour se défendre mais tout ce qu’elle trouva c’était un morceau de ciment détaché du mur. Elle leur jeta l’entendit qui tombait sur le sol puis quelques secondes plus tard il atterrissait devant ses pieds.

  • ALLEZ-VOUS EN OU JE VOUS TUE ! Hurla-t-elle la voix éraillée par la fatigue et le chagrin.

Ford entre-ouvrit les yeux, la chercha du regard puis demanda ce qui se passait. Ils avançaient vers elles maintenant, se balançant sur leurs jambes en gloussant. Cocacola était terrifiée, probablement des Rats ou des mangeurs d’hommes et Ford le senti. Elle se redressa péniblement et plissa des yeux.

  • Mais c’est quoi ça ? demanda-t-elle sur le ton de la lassitude.

Ca apparu dans un rayon de lune. Couvert de poil, le visage noir et ruisselant avec un visage comme elles n’en avait jamais vu. Le nez plat, la bouche et les arcades sourcilières proéminentes avec des bras disproportionnés et des pattes courtes. Des monstres ! Des mutants ! Ca ne pouvait être que ça. Les deux autres apparurent à leur tour l’un des deux était d’un roux sale, l’autre semblait si puissant et musclé qu’on aurait dit qu’il avait passé sa vie à soulever des poids en mangeant dix hommes par jour, celui se tenait sur quatre pattes. Les deux gamines hurlèrent de peur.

  • Ook ? Fit une des créatures avant de s’approcher en tendant la main ouverte vers elles.

La créature les regardait avec attention et douceur, les deux autres en retrait qui observaient. Elles tremblaient de peur, impuissantes, mais cette main et cette expression sentait comme une invitation, quelques chose de primal, instinctif qui obligea Cocacola à tendre la main à son tour et sentir le contact froid de ses doigts. La créature retira lentement sa main et s’approcha d’elles. Ford se mit à crier de terreur quand elle se pencha sur son bras pour le renifler.

  • Le laisse pas me manger ! Le laisse pas me manger !
  • Ook, déclara la créature d’un ton ferme avant de s’éloigner en se balançant sur ses jambes.

Ook, répéta-t-elle avec la même conviction, puis elle arracha un morceau de moquette comme s’il ne s’était s’agit que de papier et sembla donner des ordres aux autres par geste et bruit de gorge. Le plus gros sorti de la pièce pour revenir quelques minutes plus tard avec des morceaux de bois tandis que le roux farfouillait plus loin et ramenait des lambeaux de tissus et des bouts de fils électriques. Ca prit un certain temps et ce fut l’objet de quelques disputes qui firent rire les gamines mais au bout d’un moment Cocacola compris qu’ils étaient en train de fabriquer un genre de brancard, alors elle les aida à terminer. Ce fut le roux qui se chargea de transporter Ford sur son brancard d’infortune, d’une seule main. Elles ne savaient pas où ils les conduisaient, les mutants s’étaient contenté de leur faire signe de les suivre et le plus roux avait embarqué le brancard et son amie comme un sac à main. La marche dura plusieurs jours, sous la pluie, puis à travers la neige qui peu à peu s’éclaircissait. Ils traversèrent la ville, suivirent une autoroute brisée jusqu’au relief d’une forêt brûlée par le givre et au-delà. De temps à autre, la nuit ou le jour, ils se reposaient, l’un des trois partait chasser et revenait avec des mulots, des écureuils. Impossible de les cuire par ce temps et sans un véritable abri, alors elles mangèrent la chair crue en dépit de la nausée. Ils mangèrent également de la mousse et des champignons. Un jour l’un des mutants arracha de l’écorce d’un résineux, le mâcha longuement avant d’appliquer la pâte sur le poignet de Ford. La fièvre tomba peu à peu, la puanteur disparue. Parfois au loin ils croisaient des groupes d’humains, des sauvages généralement, ils les évitaient, passant parfois par les arbres. Cocacola ne se senti pas dépaysé, les arbres c’était comme les tours bien que souvent plus sûr et solide. Mais leurs compagnon étaient plus doués qu’elle à passer de branche en branche, ils pouvaient utiliser leurs pieds pour s’agripper, forcément plus simple. Au-delà de la forêt le paysage devenait montagneux et la neige continuait à s’éclaircir au point de prendre des teintes perlées comme elles n’en n’avaient jamais vu. La bande fini par arriver à l’orée d’une caverne. Au début c’était comme s’il n’y avait rien. Un sol irrégulier dans un espace nocturne où seul le son de leurs pas clapotait en écho. Puis peu à peu elle commença à apercevoir de la lumière qui dansait entre les dents des stalagmites, stalactites, chaude et rousse. Et à mesure qu’ils s’en approchaient les rochers s’habillaient de lichens d’un vert moiré, de champignons jaunes, suintant de chaleur à la faveur d’une rivière qu’elle pouvait entendre grouiller sous ses pas. Tout au bout il y avait une forêt. Mais pas une forêt brûlée par le froid ou la sécheresse comme elles en avaient vu depuis qu’elles étaient enfant, une forêt magique. Une forêt pleine d’un camaïeux de vert qui embrassait le visage d’une puissante et mystérieuse odeur sauvage presque sexuelle. Eclairée depuis les confins d’un tunnel moussu par ne mince ouverture dans la roche à travers laquelle on apercevait le ciel argenté de l’hiver. Une forêt pleine de bruit, de chants, caquètements, gloussements, interjections incompréhensibles, de vie. Tellement que sur le moment son estomac se noua, ses pas ralentirent, le souffle court ; Appréhendant ce miracle comme elle l’aurait fait d’un village de sauvage. Le chef de la bande la poussa gentiment en avant de la tête. Elle se laissa faire, puis enfin elle les vit. Des dizaines, peut-être des centaines de mutants, tous différents. Certain roux ou très musclés et sur quatre pattes, comme les deux avec eux, d’autre comme le chef, d’autre encore avec des bras immenses, noirs, blancs, verts, avec collerette ou sans, minuscule ou grand. Ce n‘était pas des mutants, elle le comprit enfin, c’était des animaux. Elle ne savait pas quel genre d’animaux mais des animaux qui leur ressemblait. Incroyable !  Ils s’avancèrent avec eux dans la forêt sous la curiosité des autres jusqu’à une clairière où était assemblés quelques grands musclés et un roux visiblement âgé et chenu avec le regard le plus doux qu’elle n’ai jamais vu depuis que sa mère l’avait porté dans ses bras, enfant. Il s’avança en se balançant, examina Ford, fit une grimace puis un bruit de bouche et quelques signes mystérieux du bout de ses longs bras. Les grands musclés s’approchèrent et emportèrent la jeune fille avec eux. Ni l’une ni l’autre n’avaient plus peur, le vieux roux la regarda et fit à nouveau ses signes bizarres avec les mains cherchant visiblement quelque chose, une étincelle dans son regard, mais Cocacola ne comprenait pas. Alors il s’éloigna pesamment avant de s’en retourner en trainant un vieux livre déchiré à la couverture presque entièrement arrachée. Et lui jeta devant elle, Cocacola l’ouvrit et comprit. Les signes correspondaient à des mots, des lettres, un langage.

 

Cela faisait deux ans aujourd’hui qu’elles vivaient ici. Ford s’était remise de ses blessures même si elle avait toujours gardé une faiblesse dans son bras qui lui interdisait les cimes. Elle restait souvent en bas avec les autres à s’occuper des enfants des guenons, jouer à cache-cache avec les jeunes gorilles. Autant de mots que Hope avait appris à mesure de ses progrès en langage des signes. Kalima, la femelle orang-outan qui le lui avait appris ne connaissait pas l’inventaire complet des noms qu’avaient donné les hommes aux espèces. Elle en avait inventé d’autres Grand Bras, Col Rouge, Cul Arc-en-ciel, Canine… et aussi pour les oiseaux, les papillons, les rongeurs, les différents insectes qui peuplaient la forêt. Et dans la foulée avait choisi de reprendre son nom de baptême, comme réconciliée. Kalima lui avait raconté son histoire, à elle et aux autres. Comment les humains lui avaient appris le langage des signes et comment elle était parvenue à le transmettre à quelques uns. De ce zoo d’où certain s’étaient échappé, ou de laboratoires. Leur instinct, leur sens de l’auto préservation et la chance avait fait le reste. Ils s’étaient reproduit, cette forêt était un miracle climatique, cette caverne un abri sans pareil. Car il y avait différentes routes, un labyrinthe de pierre et toutes ne menaient pas vers la félicité. Hope était penché sur sa feuille de parchemin, du papier séché au soleil et ciré d’une fine couche de cire d’abeille. Elle avait appris à fabriquer de l’encre à force d’observation, faisant comme son père avant elle, cherchant et réfléchissant. Elle racontait leur histoire à elles et à eux. Jour après jour, feuille après feuille, et parfois le soir lisait pour les autres, les petits, les femelles, les grands dans les arbres. Parfois elle accompagnait ses mots en signes pour ceux qui étaient initiés. Elle n’était pas certaine de savoir pourquoi elle le faisait. Peut-être parce que Kalima lui avait transmit quelque chose. Parfois son auditoire était toute ouïe et regard, d’autre fois s’en fichait ou presque. Kalima elle, était toujours présente, satisfaite, comme si elle avait espéré ce moment depuis longtemps. Hope leva les yeux de sa feuille, un oiseau rouge volait au-dessus des arbres, ses plumes irisées par un rayon du ciel au loin. Peut-être qu’un jour elle aurait envie de reprendre sa propre route, retourner dehors, mais pour le moment elle n’en voyait pas l’intérêt. Peut-être qu’un jour elle aurait envie de fonder une famille à son tour, comme Kalima et les autres. Qu’elle irait se chercher un homme à son goût et pas trop taré. Mais qu’est-ce qui se passerait après ? Quand ses enfants auraient grandi ? Et que leurs enfants grandiraient à leur tour. Que feraient-ils de cet endroit ? Que feraient-ils du monde qu’il restait dehors ? Ils recommenceraient comme avant à tout saccager ? Qui sait, peut-être pas. Peut-être qu’elle saurait les éduquer, transmettre, qu’elle saurait leur faire voir les choses, observer, sentir, goûter à leur présent au lieu de vouloir toujours plus sans jamais savoir vraiment quoi. Qui sait ?.

Elle regarda le tas de feuilles séchées à côté d’elle et eut une idée.

 

 

 

 

Furia Corolis 1.

Forêt primaire et carnivore, odeur de fruit pourri, quarante-deux degrés à l’ombre, hydrométrie trente-sept pourcent, des perles de sueur grosses comme des ongles qui roulent sur les éclats zèbres du camouflage, les pieds qui s’enfoncent dans la mousse spongieuse et jaune, entre les racines monstres des arbres cathédrales, les cuisses flagellées par les herbes éléphant coupantes et bleutées, le poids du paquetage et des armes, les kilomètres depuis le point de chute, le muscle chaud et souple, méthacaïne et barre énergisante Slurp, le petit déjeuner des champions. Groupe d’Assaut Aéroporté Thor, 11ème Bataillon, unité de reconnaissance Zulu Bravo. Plongée en forêt profonde, mission d’observation. Drone K90 relâché dans les airs, quadrillage du secteur, relais rétinien par lentille sensible, quatre objectifs se déplacent vers l’est, hachette, sarbacane, arc et flèches, machette, probablement des chasseurs. D’autres drones ont déjà inspecté la planète, des modèles C130, observation et analyse, leur rapport expédié au vaisseau-mère et réexaminé par des exobiologistes. Evaluation des civilisations en présence, leur avancement technologique et selon eux, pour reprendre l’expression du chef d’unité, le lieutenant Coldwater, Corolis ça va être du beurre. Pastille de sel, sangsues grosses comme des doigts, la boue argileuse, orange uranium, les semelles qui sucent le sol, et ça et là, au hasard de la canopée, les pointes cinglantes et acérées d’un soleil blafard. Elles dansent sur les feuilles tranchantes des fougères géantes, le lit épais et pourrissant qui tapisse en ruisseaux la forêt de couleurs flamboyantes, les replis noueux des arbres-monstres qui se dressent devant eux comme une armée de géants attendant leur heure, éclaboussent en constellation les rivières de champignons et de plantes grasses, de bouquets de fleurs puantes et vénéneuses comme des cobras qui coulent tout du long jusqu’au fleuve, quinze kilomètres plus au nord. Corolis, satellite de Z141, une chiure de mouche sur la carte stellaire, un détail dans le paysage des objectifs militaires de l’Empire. Même pas deux minutes au flash-info. Mais la planète doit tomber quand même. On a découvert des gisements sur Z141, baryum, titanium, pétrole, Corolis servira de base arrière. Toute la question reste à savoir si les autochtones poseront problème ou collaboreront. La mission de reconnaissance doit en partie répondre à cette question. Signe, poing levé, stop, tout le monde accroupi, arme en position. Le sergent-chef Tokarev fait glisser le mitrailleur GM80 de ses épaules noueuses et rondes, les lourdes batteries en cartouchières qui ballent contre ses seins. Silence. Rien. Puis, imperceptiblement, des pas, deux êtres qui portent ce qui ressemble à un cochon sauvage. Des homidés, deux bras, deux jambes, une tête, mais beaucoup plus grands, entre deux mètres cinquante et trois, avec des membres longs et fins qu’on devine puissants et une queue courte qui leur sort du pagne comme une chose un peu obscène. Ils ont les yeux larges et jaunes avec des pupilles comme celle des chats et la peau sombre. L’unité les laisse passer, transmission directe des images au commandement perché dans l’espace. Ceux-là on les aura pas au corps à corps, pense Coldwater avant de reprendre la marche. Ils cheminent d’un pas assuré à travers la forêt, des ombres, grimpent une colline bouleversée de rochers moussus avant de parvenir sur un plateau recouvert de fleurs rouges et jaunes au parfum poivré et semé de quelques arbres jeunes au tronc pâle. La fosse s’ouvre sous les pieds de Tokarev sans énergie, un glissement de terrain qui la prend de cours. Ils la voient se faire engloutir par la terre puis elle pousse un hurlement. Coldwater se précipite. Elle se tortille, la jambe et l’épaules transpercées au milieu d’une forêt de pals enduits d’excrément. Ses hommes sont déjà en position quand c’est au tour du 1er classe Kruger de se prendre le cou dans un collet suspendu au-dessus de lui dans les branches touffues. L’attaque suit, brutale. Nuage mortel de carreaux d’arbalètes, de lances, flèches et aiguillons à sarbacane. Les armures tiennent le coup sauf pour le caporal Woerth qui est épinglé comme un insecte contre un tronc d’arbre par une lourde lance, et c’est l’attaque au corps à corps. Sauvage, à coups de hache, de gourdin long, de machette, de pic. Ils sont entrainés, bien armés mais ils arrivent de partout, géants, féroces, affamés. Huit minutes de combat, quinze morts, et deux prisonniers dont Coldwater. Ils les ramènent au village où ils les égorgent, dépècent et cuisinent avec des épices et des bananes-songes, enfin ils les dégustent pour moitié, réservant le reste dans des cruches de sel. Dix minutes plus tard une escadrille de bombardiers-robots Hitler surgissent des soutes du vaisseau-mère, les ailes chargées de méta-bombe, napalm V8 High Power, et vitrifient la jungle et le village, réduisent le fleuve à un torrent de flammes rugissantes sur cent kilomètres, retournent la terre comme une main géante, la forêt carbonisée de la canopée à la quatrième couche de sédiment. La minute suivante, des transports de troupe Zeus crachent sur ce monde brûlé des grappes de méchas pilotés par des Légions Noires burinés aux plus grandes conquêtes de l’Empire. Ils avancent vers la partie encore boisée, les collines, en ravageant tout ce qu’ils trouvent sur leur chemin. Cette fois pas question de piège à homme ou de corps à corps, les méchas sont aussi hauts que les autochtones, pèsent une tonne et surtout sont équipés d’un arsenal digne d’un bataillon au complet. Le secteur Delta a été rasé au napalm, la zone Charlie est sous contrôle alors que l’après-midi commence à tomber. Des pelleteuses et des bulldozers sont parachutés pour creuser des fosses et pousser les cadavres dedans, aplatir les villages sur pilotis et commencer la création d’un astroport de campagne. Vers onze heures du soir, heure locale, deux sentinelles sont attaquées par un groupe d’autochtones. Ils blessent une des sentinelles et laissent trois d’entre eux à terre. Un quart d’heure plus tard, nouvelle attaque au nord de la base de fortune. Cette fois ils parviennent à tuer deux soldats. Ils se sont contentés de les provoquer, les deux ont essayé de les poursuivre sans réaliser qu’ils ont déplacé les mines dans la direction du camp. La déflagration alerte tout le monde Et ainsi de suite jusqu’à le commandant Rockatanski, le chef de la base Charlie commande un raid aérien. Le jour en pleine nuit. Bombe au phosphore et napalm. Au matin il ne trouve pas le moindre cadavre sinon celui de quelques animaux grillés. L’astroport est construit dans la journée, les attaques continuent sporadiques. Cette fois le commandant envoie des unités de combat dans ce qui reste de la forêt. Elles reviennent bredouilles, même pas une échauffourée Une seule unité mécha manque à l’appel, impossible qu’elle ait été balayée par ces primitifs avec leurs lances et leurs flèches. Drone K90 et C130, nouvel analyse, secteur Charlie Delta. On retrouve l’engin à cent cinquante kilomètres de la zone quadrillée, englué dans un marais où on le regarde sombrer lentement sans pouvoir récupérer sa boîte noire. Pas de trace de son occupant jusqu’au lendemain. Le ciel est couleur plomb, les soldats sont nerveux, il a plu durant la nuit et la matinée, la base Charlie est un cloaque dans lequel ils pataugent tous, les bulldozers manœuvrent pour désengluer les plaques d’acier de la piste quand soudain un cri déchire l’air. Une masse grise et ailée au crâne et au bec effilé, de grands yeux aveugles et sombres, l’oiseau hurle comme un singe. Sur son dos juché un autochtone qui jette des choses par-dessus bord. Des choses sanguinolentes, une tête, un bras, un tronc, sur les hommes ahuris. Puis l’oiseau repart, sitôt prit en chasse par deux Raptors. La poursuite s’engage dans une vallée encaissée, le vol de la bête est lourd mais son cavalier connait chaque relief, profite de plus petite couche d’air chaud et soudain un essaim de carreaux d’arbalètes accueille les chasseurs. Une piqûre de moustique sur la peau d’un éléphant, un des Raptor balance une bombe SK pour Serial Killer. L’engin relâche un nuage de phosphore blanc suivi de volées de micro mines qui éclatent dans les branches des arbres géants. Grossière erreur. La sève chargée d’octane s’embrase comme un cyclone de flamme qui happe les deux chasseurs. Ce jour-là l’Hyper Maréchal Klantz apprend que les résidents de Corolis sont prêts à l’ultime sacrifice pour défendre leur terre. La nouvelle n’est pas bonne. Son budget pour pacifier la planète est calculé selon un ratio coût/bénéfice par les compagnies minières autorisées par l’Empire à exploiter Z141, et il sait déjà qu’il va exploser son enveloppe budgétaire s’il veut venir à bout de toute la planète. Un changement de stratégie s’impose.

 

Le prince Volodys faisait face à l’horizon immaculé de l’Océan des Eternités., sa pipe sculptée entre ses dents acérées, il tripotait un crâne-dé taillé dans une tête de singe-pouce. Derrière lui sir Borgeille se tenait un genou à terre, sa tête légèrement inclinée vers le sol, comme il convenait devant un prince de sang. Le clan de Fleuh a pris des initiatives qu’il n’assume pas et me demande aujourd’hui d’en supporter les conséquences. Les Fleuh sont fidèles alliés de votre Maison, leur plus fidèles, ils protègent la Forêt Sacrée. Les envahisseurs d’un autre temps la découvriront tôt ou tard vous venez de leur donnez en pâture ! Borgeille grogna de satisfaction, que nenni, Urun a sondé l’esprit de leurs machines, ils ne savent que la géante. Qu’ont-ils l’intention d’y faire ? Manger la terre. Le prince tira sur sa pipe d’une longue inspiration vénéneuse. Dans son esprit se dessinait des plans dans des plans. Les envahisseurs d’un autre temps étaient donc ignorants, voilà qui devenait intéressant… Que dit votre chamale ? Que nous ne vaincrons pas sans l’aide des Maisons. Et que disent mes cousins ? Borgeille réprima un juron, une bulle mentale violette qui disparue dans un fondu enchainé de paysages d’océans et de montagnes. De nous débrouiller seul, grogna-t-il d’une voix de gorge. Le prince sursauta légèrement, il usait si peu de sa propre voix. Et je suis tenté de vous répondre la même chose… dites à Urun que je vais réfléchir. Le temps presse messire. Préférez-vous que je ne réfléchisse point ? Borgeille ne sut quoi répondre, il était moins homme d’esprit que d’action. Urun l’avait bien choisi, un autre que lui aurait essayé de jouer au plus fin, celui-ci s’était laissé lire comme un enfant. Allez… il fit un signe de la main, à pas menus les esclaves s’approchèrent et le firent disparaître sous un châle de feuilles tressé de fils d’or. Borgeille se redressa, la tête toujours inclinée et quitta la cabine à reculons.

 

Les exobiologistes de l’Empire ne sont plus complètement humains. Ils présentent les traits caractéristiques d’un front bulbeux, les narines rongées par les vapeurs d’arbonate dont ils se gavent pour améliorer les performances de leurs lobes préfrontaux, avec des yeux globuleux et laiteux. Ils ne regardent plus les écrans tridi, ils fondent littéralement à l’intérieur de l’IA et communiquent avec elle par voie mentale. Leur péché mignon la marque de cigarette Atlas à l’arbonate, une réunion d’exo est toujours très enfumée. Assis en rond dans une salle de réunion du vaisseau-mère Napoléon, dans les circonvolutions des calculateurs, palpant les données de leurs doigts mentaux fins et soyeux, ils cherchent compulsivement où ils ont failli. Deux continents, trois océans, une poignée d’îles et d’îlots vers l’ouest, trois fleuves géants, des zones montagneuses avec un pic à 8753 mètres, codé Relief Bravo 8, et la jungle. La jungle et rien d’autre. Avec en son cœur des tribus primitives prêtes à tout et visiblement bien organisées. Mais maintenant on sait que les C130 ont mal interprété certains sites, certaines observations et les ont transmis de façon erronée. Les exobiologistes fouillent dans les archives de la terre, organisation féodale, navire marchand, libre-échange, analyse des idiomes, recommandation d’expédier unité Lumière Noire en prévision émissaire. Trois heures plus tard, le haut commandement suit la recommandation. Des soutes du Napoléon se détachent un appareil furtif de poche. A son bord deux jaggernauts coulés dans des combinaisons Ghost et une sonde Lord. L’appareil entre dans l’atmosphère de Corolis et survole la forêt jusqu’à la côte, parfaitement invisible même des drones qui surveillent le secteur. Il fait nuit noire, les jaggernauts sautent avec la sonde et l’appareil repart. L’eau est tiède, ils nagent jusqu’à quai pendant que la sonde plane au-dessus d’eux avant de les dépasser et de se positionner quelque part dans le ciel. Parvenus sur la terre ferme d’une cité lacustre ils branchent leur combinaison et se mêlent à la foule d’une démarche de chat. Ils passent devant des étals de poissons et de viandes, d’épices. Ils enregistrent tout, langues, échanges, odeurs, disposition des rues et des canaux qui court entre les habitations, visages, tenues vestimentaires. Six mille téra octets de mémoire vive, transmission au vaisseau-mère à travers la sonde. Rapport ultra confidentiel, vision restreinte, exo de catégorie un et deux uniquement, bureau des directeurs. Lumière Noire dépend du renseignement impérial, l’Hyper Maréchal ne plaisante pas avec son usage mais l’heure est grave pour sa carrière et il le sait. L’Empire est l’Empire, il tolère mal l’échec. Les jaggernauts sont des clones mimétiques, ils peuvent prendre à peu près n’importe quel aspect physique bipède ou quadrupède. Une heure après leur arrivée, ils sont visibles, haut de trois mètres et portent des tuniques aux reflets vert sombre. Ils les ont volés, la mimétique ils se sont arrangés dans une ruelle à l’abri des regards, et ils parlent déjà couramment la langue locale. Ils ont été cultivés en cuve, élevés et dressés dès leur plus jeune âge par des maîtres jaggernauts, greffés avec des nano puces, réajustés à mesure de leur croissance. Mais on leur a laissé une partie de leurs émotions, de leurs sentiments. Après des centaines d’essais on a enfin compris qu’on ne fabrique pas d’arme humaine sans humanité. On leur en a laissé vingt pour cent. Ce sont des monstres, ils en ont parfaitement conscience et ça leur plaît. On ne leur a pas donné de nom, seulement des numéros de série A1804 et A2547, alors ils se sont baptisés eux-mêmes, Nirvana et Prana. Des noms dont ils ne comprennent pas le sens mais qui les fait rêver, vingt pour cent de rêve. Bientôt ils logent dans une pension de famille les pieds dans l’eau et poursuivent leur observation. La nuit ils sortent sous leur aspect physique normal, au couvert de leur combinaison spéciale. Les forces en place, les embarcations, la technologie. Bas moyen-âge peut-être, et une poignée d’hommes en arme et entrainés, chargés de maintenir l’ordre. Ils notent les mœurs aussi. Exécutions publiques, esclavage, cannibalisme institutionnalisé. Ce n’est pas la première fois que l’Empire se heurte à ce genre de civilisation, le cannibalisme est étrangement répandu dans l’univers connu. Quatrième jour d’observation, un navire accoste, une grande voile rouge marquée d’un sceau, un buffle à longue corne dans un cercle noir. La poupe est sculptée du même bestiau, les cornes majestueuses hérissées de chaque côté, chamarrées de pierres violettes et roses sang. Les jaggernauts font leur rapport. Nirvana, sans qu’il ne sache trop pourquoi, a un mauvais pressentiment, Prana est confiant. L’émissaire arrive par térajet spécial, toujours depuis le Napoléon. Discrètement, en silence. Un modèle Tristar, cyborg dernière génération, fibre scaline, tissu plastomère, muqueuse invitation, etc…Un deux faces comme dit Prana, mi ange mi démon. Il se présente le lendemain à quai et demande à rencontrer le propriétaire du navire. Il a appris l’idiome local à travers les rapports des jaggernauts, il en connait déjà toutes les subtilités.

 

Qui le mande ? L’envahisseur d’un autre temps se tenait en bas du bastingage, sir Borgeille le regardait depuis le pont supérieur dans sa côte de cuir, un espadon fourré dans son dos, lame nue. Sir Castor, je suis envoyé par monseigneur l’Hyper Maréchal Klantz, je dois m’entretenir avec une autorité. Et qui te dis qu’il y a autorité ici ? Lança le quartier-maître. La majesté de votre monture messire, retoqua le cyborg avec esprit. Je ne suis pas sire ! Et encore moins le tient ! Il suffit Droh, coupa sir Borgeille. Tu lui veux quoi étranger ? Négocier. Borgeille le considéra de tout son haut, ses yeux irisés de vert, signe qu’il était un Enfant de la Forêt Sacrée. Il n’est pas là. Alors conduisez-moi à lui. Dis donc maraud pour qui tu nous prends !? Tonna le quartier-maître. C’est dans notre intérêt à tous j’en ai peur, répondit l’envahisseur d’un autre temps en levant un doigt vers le ciel. Il y eu un bruit, comme un grondement, ils levèrent tous la tête sauf l’émissaire. Des monstres à ailes d’acier, en escadrille qui se dévoilaient du ciel comme par magie, sir Borgeille en comptait une douzaine. Négocier vous dites ? Si vous me conduisez à votre maître et seulement si. Je n’ai point de maître, le reprit sèchement Borgeille, et s’il refuse de négocier ? Alors que le meilleur gagne…

 

Le prince autochtone est immense, pas loin de quatre mètres, qui apparaît entouré de servantes plus petites d’une tête et qui le recouvrent d’un châle de feuilles nouées alors qu’ils entrent au son d’une cloche de cristal. Celui qui a accompagné l’émissaire l’oblige d’une main puissante à s’agenouiller, ne le regarde pas maraud ! Ordonne-t-il alors que les servantes dévoilent leur maître vêtu d’une tunique de lin blanc rehaussée de brocards aux reflets émeraude. Le prince fait un signe de la main nonchalant qui invite l’émissaire à parler. Celui-ci se présente à nouveau, Sir Castor, représentant de l’Hyper Maréchal Klantz, maître du ciel. Le titre fait sourire le prince, laissant apparaître une rangée de dents aiguisées. Nul n’est seigneur de ce qui ne peut se gouverner, répond-t-il en pensée. L’émissaire lui répond du tac au tac sur le même mode. Pourtant en ce moment si. Le prince ne fait même pas mine de regarder vers le ciel. Il le reçoit dans une vaste bâtisse sur pilotis au bout d’une colline tortueuse qui domine toute la baie. Couvrir notre ciel d’acier n’est pas le gouverner, fait-il remarquer. Il n’a pas tort, d’ailleurs personne n’est venu négocier la paix du ciel, seulement la paix. Le prince demande ce qu’il a y gagner. L’autre sait que suggérer une nouvelle fois la menace ne rime à rien. Le prince est confiant, il ne le craint pas, bombardier ou pas. Il sait qu’il est plus dangereux encore qu’il ne le semble mais il ignore pourquoi. Le cyborg garde ses pensées par devers lui, conscient que la créature peut les percevoir. Il lui demande ce qu’il désire. Trente millions de taels or, deux milles têtes de bétail des forêts et la tête de son cousin le prince Yeho. L’émissaire ne comprend pas l’expression bétail des forêts. Le prince sourit, carnassier et fait signe vers une de ses servantes. L’émissaire est directement relié au vaisseau-mère, il obtient l’aval du commandement. L’argent réclamé ne représente qu’un million de crédits impériaux, le reste ne sera qu’une formalité pense-t-on. L’émissaire, sa mission terminée, quitte Corolis en laissant Prana et Nirvana derrière lui. Mais les deux jaggernauts disparaissent sans laisser de trace le lendemain. On lance discrètement des recherches pendant qu’ailleurs on remplit sa part du contrat. Les deux milles têtes sont vite rassemblées à coups de raids dans les villages le long du fleuve Payoktl, et puis c’est au tour du prince Yeho qui évince plusieurs assassins avant que Klantz décide d’une approche plus directe en envoyant les Légions Noires le déloger de la forteresse où il s’est réfugié dans le secteur Zebra Prime. Mais on ne retrouve jamais les jaggernauts. Une fois le contrat rempli les attaques cessent bientôt dans toutes les zones déjà occupées, et le premier astroport de campagne achevé. Des bulldozers géants se sont mis au travail et repoussent les collines, déboisent, retournent jusqu’au moindre caillou, creusent des fosses géantes des futurs structures qui arrivent en pièces détachées. Les locaux observent mais se tiennent à distance, les villages migrent vers le sud et l’est, les patrouilles ne trouvent rien derrière. Dans les camps l’ambiance est à l’ennui. Il ne se passe plus rien sinon la longue litanie des tâches quotidiennes. Les machines descendues des confins s’occupent d’à peu près tout concernant les travaux, et ceux-ci avancent de jour en jour. Des hommes qui s’ennuient c’est des hommes qu’on doit occuper, l’Empire y pourvoit, fête, musique, alcool, drogue douce, prostituées, la police militaire à de quoi faire. Pendant ce temps les exobiologistes, aidés des rapports des émissaires détricotent l’écheveau des intrigues qui occupent cette pauvre civilisation. Le prince Volodys est le chef de la Maison des Lykt, son cousin défunt était celle des Yolm, et enfin son autre cousin et le chef des Cortell. Tous sont sous la tutelle du roi Thonr’ de la Maison des Squael et dont les titres sont Fils de la Forêt Sacrée et Grand Bâton des 5 clans que sont les Fleuh, les Shyrt, les Homs, les Owst et les Zentl. Bien qu’à ce jour on n’a identifié formellement qu’un seul clan, celui auquel s’est heurté l’Empire. Les autopsies pratiquées sur les cadavres ramassés au cours des différents combats ont révélé que les autochtones partagent leurs chromosomes à soixante-huit pourcent avec les arbres-monstres qu’ils appellent ayoba, et à quatre-vingt-dix-huit pourcent avec les mantes géantes qu’on finit par découvrir pour la première fois dans le secteur Bravo. Des monstres organisés et intelligents qui attaquent sans vergogne bases et patrouilles, les bombardiers Hitler repartent en mission. Mais le jour les mantes se terrent dans des galeries souterraines. On expédie des unités de choc Tempête, la pointe d’acier des Légions Noires comme on dit. Les hommes choisis pour ce travail sont petits, râblés ou fins, et peu équipés, les galeries sont étroites. Une enfilade de boyaux ouvrant sur de vastes salles parfois grouillantes. Le caporal Santis recule discrètement et jette dans la cavité une grenade à billes. L’explosion est sèche et sourde et lui arrache des sifflements aux oreilles. Il ouvre une des pochettes qu’il a à la hanche et s’empare d’une poignée de nano drones A150 qu’il jette par le trou. L’air est rare ici, il porte un masque respiratoire en silicone vert olive, la chaleur est suffocante. Les drones se dispersent dans les boyaux comme des mouches alors qu’il entend des stridulations se rapprocher.Son lecteur rétinien s’affole, bon Dieu ils sont des centaines ! Il recule précipitamment en jetant une nouvelle grenade quand ses camarades au dehors l’entendent gueuler de douleur et de terreur. Le sergent Finch ordonne de vitrifier le trou. Ses hommes renversent un cylindre de gélinite-propane à l’intérieur avant de jeter une grenade à retardement. Ils courent encore se mettre à l’abri quand le bidon implose, soulevant à la chaîne des monceaux de terre jusqu’aux arbres, creusant des galeries dans les galeries, mettant à jour, éventrant la surface de la forêt sur cent mètres dans un grondement de tonnerre. Les mantes qui émergent titubantes grésillent sous les flammes, leur stridulation comme des cris insensés qui vrillent leurs oreilles. Finch rassemble ses hommes, personne n’est blessé terminons le travail. Ils achèvent les survivants puis repartent. Unité Tempête ou pas, le nettoyage s’avère long et difficile. Les attaques sont sporadiques, individuelles ou coordonnées et bientôt le haut commandement s’inquiète du non avancement des travaux. Les excavations sur Z141 doivent commencer dans un mois, bientôt des centaines de cargos passeront par Corolis et ça devra se dérouler en toute sécurité. La toute-puissance de l’Empire repose sur la confiance que lui accordent les grandes compagnies. La sécurité est son crédit. Les exobiologistes proposent qu’on introduise un agent pathogène, on a assez de données sur les mantes pour en fabriquer un. Le ciel est dégagé, la jungle moutonne voluptueusement d’un nuancier de verts sombres, les K90 volètent entre les branches moussues marquant les zones où ils repèrent des monstres fourmillant sous terre. Dans son cocon technologique, une station de commande depuis la base Bravo, le pilote du bombardier-robot vérifie le nanomètre sur le côté de son lecteur rétinien. Il sirote un Pepsicoke d’un air un peu distrait, soulève le clapet au-dessus du bouton de mise à feu et attend le signale de concordance des drones. Calcul croisé de la zone la plus propice, signal, il appuie sur le bouton. La bombe de trois cent kilos traverse le ciel à cinq cent cinquante kilomètres heure et s’écrase inerte dans deux mètres de terre avant d’éclater. L’onde de choc soulève la jungle dans un rayon d’un kilomètre, projetant un nuage toxique qui se répand mollement dans l’atmosphère, la terre, les racines, les cours d’eau, l’organisme des animaux à sang chaud ou à sang froid comme celui des mantes qu’il tue, une par une. Mais pas seulement, il tue les poissons, les bêtes, et des centaines d’arbres qui deviennent peu à peu livides comme de la viande à cadavre avant de se craqueler et de tomber en poussière, recrachant des spores. L’effet n’est pas immédiat et quand ça commence personne ne fait le rapport. La zone Delta a été dûment ravagée, dans quinze jours elle doit accueillir des colons, des mineurs. Sur Z141, l’atmosphère et les vents faramineux empêche toute installation rentable. Les machines travaillent d’arrache-pied, les hommes s’ennuient, jusqu’à ce matin fatal où une querelle se débrouille à coups de grenade à main. Puis c’est un caporal dans le secteur Golf, le long du delta de Pakti où se jette le fleuve Payoklt, qui sans raison vide son chargeur sur ses camarades. Et ainsi de suite dix-sept incidents dans quatre secteurs avec presque immanquablement des morts à la clef. L’autopsie des soldats révèle que leur cerveau est comme rongé par un genre de champignon. Les exo qui ont suggéré la bombe toxique sont mortifiés, et on ne comprend même pas ce qui s’est passé, le rapport de cause à effet avec les arbres parce qu’on a parfaitement oublié d’étudier le biotope alors que les locaux eux ne semblent même pas affectés. On finit par trouver un nom à cette maladie Syndrome de Démence Rapide et en attendant on fait évacuer des secteurs entiers, laissant la place aux seules machines.

 

La chamale royale se tenait assise en tailleur, son corps scarifié sous ses hardes de cuir luisait à la lune. Le roi se tenait sur son trône de campagne, une demi-racine d’ayoba sculptée en forme d’arbre de vie et frappée des armoiries de la Maison des Squael, la lune d’opale et le serpent d’argent. Il considérait songeur les deux cousins Volodys et Totl. A quoi jouez-vous donc mes princes ? Totl s’avança le premier. Il s’est servi des envahisseurs d’un autre temps pour éliminer Yeho, et par sa faute les Zentl envahissent l’ouest ! Le roi interrogea Volodys du regard mais il savait déjà la réponse muette qu’il lui tendait. Allons, lança-t-il à Totl que n’as-tu prêté main forte à ton presque frère, depuis quand la chauve-souris a peur du buffle ? Ce n’était pas une question et tous trois savaient que le roi avait raison, Totl ne craignait pas Volodys, lui aussi avait la protection d’Urun, lui aussi pouvait lever cent mille guerriers s’il voulait. Mais les Zentl… les Zentl vont où bon leur semble, coupa son cousin, Yeho devait disparaître, son sacrifice nous a ouvert les portes du nord et nous conduisent vers celles de la victoire ! Quelle victoire quilahi ? Je ne vois aucune victoire, jappa la chamale d’une voix gutturale. Quilahi, petit garçon non-fait. Tu as autorisé les envahisseurs d’un autre temps à s’installer sur les terres des Fleuh de quel droit !? Du droit qu’ils ont ma protection et que se sont mes terres ! Les envahisseurs d’un autre temps ignorent tout de la Forêt Sacrée, Urun et les Enfants ne craignent rien. Ils s’enfoncent déjà dans leurs propres sables. Le roi se tourna vers son voisin, Totl c’est pour ça que tu as choisi son parti ? Mais je n’ai pas… Assez ! La vérité maintenant je te l’ordonne ! Totl regarda son cousin à la dérobée, un demi sourire furtif comme les ailes de la chauve-souris, l’emblème sa maison et la marque de fabrique de son masque d’enfant. A peine treize ans et déjà toute la malice et la cruauté des Cordell mariée à l’intelligence des Squael. Yeho était le plus faible de nous trois, avoua-t-il mais Tazo avait promis que les Zentl ne viendraient pas ! Comment promettre ce qu’on ne peut même pas prédire quihali caqueta la vieille de cette voix qui lui claquait au visage comme les lanières de cuir de ses hardes puantes. Je ne pouvais pas prédire oui, reconnut-il humblement mais je sais comment les envahisseurs d’un autre temps pensent, nous les avons sondés. Leurs pensées sont petites, leur monde est plein de métal, de rêve de gloire et de trou ! Thonr’ ne put s’empêcher de pouffer, la chamale avait fait à peu près le même constat quoique sans humour. Et ces deux espions que tu as pris, qu’en as-tu fait ? Nous les avons interrogés, ce sont des monstres sans père ni mère, nous nous en sommes débarrassés. Sans père ni mère dis-tu ? Ils cultivent leurs guerriers comme des champignons, ne respectent aucun des cycles sacrés, méprisent la k’hana Bien, coupa sa majesté, H’u pense à peu près la même chose que toi mais je suppose que tu n’as pas négocié avec eux pour qu’ils ravagent tes propres terres. Quel est ton plan exactement ? Le prince dévoila ses belles dents en un sourire qui n’avait rien de chaleureux et dit d’une voix froide, la pourriture.