La liberté c’est l’esclavage

En 1998 le Conseil National du Patronat Français a disparu. Il a fait place au Mouvement des Entreprises de France. Fonctionnellement rien à changé. C’est très exactement la même chose. A quelques détails prêts, la désignation. On ne se méfie jamais assez des mots qu’on nous met dans la tête. George Orwell nous avait pourtant prévenus au sujet de la novlangue mais personne ne lit plus George Orwell sauf si Netflix en fait une série en s’inspirant d’une iconographie stalinienne, j’y reviendrais.

« Conseil National du Patronat » avait le mérite de désigner une hiérarchie. Un groupe représentatif de patrons français, constitué à la demande du gouvernement. En 46, un an après sa création, le CNPF a élargi cette représentativité en signant une convention avec le conseil interfédéral du commerce. Cette convention donnera naissance au Conseil National du Commerce qui regroupe une trentaine de fédérations professionnelles. Les grands patrons français parleraient désormais au nom de tous les patrons, petits ou moyens. Reste que la terminologie désignait spécifiquement qui décidait. Une terminologie définie, compréhensible par tous et qui alimentait à loisir les mouvements de gauche. Et ça c’était quand même emmerdant. Le gauchiste pouvait désigner son ennemi, l’identifier et donc le combattre. Heureusement Ernest Antoine Seillière est arrivé et a trouvé la solution… Le Medef, le Mouvement des Entreprise de France… Il n’y avait plus de patron, il y avait des entreprises, plus de conseil national mais un mouvement. Un grand élan commun et confraternel. Et la gauche française s’est retrouvée privée de hiérarchie désignée, d’ennemi identifiable. A bas les patrons ! C’est simple, c’est facile à hurler et ça situe tout de suite. Mais à bas les entreprises de France ça fait de vous l’ennemi désigné de tout le monde ! C’est un non sens.

Dans les années 60 le mot qui revenait le plus souvent dans les bouquins de management c’était le mot hiérarchie. Ce mot avait défini le taylorisme, le fordisme, il indiquait une structure pyramidale et un mode de fonctionnement. Et puis est arrivé le toyotisme. Il s’agissait dès lors de faire adhérer l’employé aux « valeurs » de l’entreprise, il a cessé d’être un ouvrier pour devenir « acteur » de son outil de production. Pour être plus clair on l’a fait participer à sa mise en servage. La hiérarchie n’a aucunement disparu, en fait elle s’est même renforcée, mais on n’en parle plus. On ne parle plus des ordres de la direction. Le mot qui revient le plus souvent dans les livres de management moderne c’est celui de projet. On peut désobéir à un ordre, on ne désobéit pas à un projet, on en discute…

Glissement sémantique du capitalisme

D’ailleurs ce mot de projet a envahi notre propre champ lexical. C’est normal, c’était le but. On parle de projet de vie, comme si vivre n’était pas un projet en soi. On parle de mise en place d’un projet de réinsertion et plus mise en place de mesure de réinsertion. Parce que non seulement un projet ça peut échouer mais que « mesure » ça contraint le patronat et l’état à mettre en place une mécanique et un cadre juridique. Et ce n’est plus le seul mot qu’on essaye de faire disparaitre ou qui a disparu pour lisser le discours du capital et retirer à ses adversaires les mots pour le désigner. Vous n’avez pas remarqué par exemple que le mot « chômeur » est associé de plus en plus au langage trivial tandis que les médias préféreront celui de « demandeur d’emploi ». Pourquoi demandeur ? Si ça se trouve le monsieur ou la dame qui a payé des cotisations pour ce droit légitime n’a pas envie de réclamer un emploi. Il ne demande rien. D’ailleurs pourquoi « demander » ? Je ne demande jamais un emploi, je réponds à une offre. Et cette offre ne correspond pas à mes besoins mais à celui d’une entreprise. C’est elle qui est demandeuse en réalité, pas moi, On ne m’offre rien, c’est moi qui offre. J’offre mon intelligence, mes bras contre un salaire qui ne correspond à rien sinon une convention collective. Une hiérarchisation des salaires décidée non pas par un mouvement d’entreprise mes doigts mais par une négociation entre les patrons et ceux qui me représentent en théorie, les syndicats.

Prenons deux cuisiniers, des chefs de parti, l’un et l’autre touche un salaire sensiblement identique qui correspond à une convention. Le premier n’a aucun diplôme, il pratique son métier d’une manière approximative mais il a été désigné chef de cuisine. Le second est diplômé, il pratique son métier comme il l’a appris à l’école mais la hiérarchie a décidé qu’il serait en dessous du premier. Pourquoi ? Comment est-ce possible ? Parce que la hiérarchie est injuste ? Non, parce que l’on ne parle plus de métier mais de compétences. Une compétence désigne une aptitude. Par exemple je suis compétent pour me gratter l’oreille. Un métier désigne un apprentissage, un savoir-faire, et je n’ai besoin d’aucun savoir-faire pour me gratter l’oreille. Vous saisissez la nuance ? « à compétence égale, on engagera le moins cher »…. Vous comprenez le sens de cette phrase maintenant ? La seule compétence égale que j’ai avec mon voisin payé moins cher c’est qu’on peut tous les deux se gratter les couilles. En revanche saura-t-il aussi bien travailler que moi ? Pas sûr.

Mais je ne devrais pas utiliser le mot travail. Le travail a disparu, aujourd’hui je remplis un emploi, je suis un employé ou un « demandeur » d’emploi…. Le tout sur un « marché » de l’emploi.  Un emploi c’est un contrat entre un employeur et un employé dans le but de la réalisation d’un travail. Rien de plus : un contrat. Votre CDD, votre CDI, c’est ça l’emploi la nature de votre contrat qui défini le cadre d’une tâche a effectuer pour un montant x. Un travail engage en revanche une production, un outil de production et un savoir-faire. Engage surtout un travailleur. Autre mot qui a disparu du champ lexical. Maintenant on préfère parler de salarié. Non pas désigner une personne dans un contexte, le travail, mais par le moyen de paiement. Bah oui il faut bien rappeler ce que vous risquez si vous voulez rompre les termes de votre emploi. Si vous voulez revoir même votre emploi, votre contrat. Bref si vous ordonnez un mouvement social. D’ailleurs on a fait mieux, on a répété à l’envie que le mot travail désignait un objet de torture. Etymologie du superficiel, alors qu’une étude linguistique plus poussée montre que le mot serait plus proche de la notion de voyage, de traverser, d’aller vers un but  nécessitant de surmonter des résistances. Et on a d’autant propagé ce concept que l’idée est de faire totalement disparaitre le travail. Au bénéfice d’un contrat, et un contrat ça peut se rompre.

Guerre culturelle

Quand George Orwell écrivit 1984 il avait en tête de dénoncer le totalitarisme dans son ensemble. Le totalitarisme et comment notamment il travesti les mots, l’histoire et défini les termes de ce qui est vrai ou non. Pourtant toutes les adaptations du roman reposent leur iconographie, leur univers sur le seul totalitarisme soviétique. Ce n’est pas le moins du monde un hasard. La première adaptation cinématographique a bénéficié des fonds secret du programme culturel de la CIA. En 1984, il y eu une nouvelle adaptation avec John Hurt, je ne sais pas pour la CIA mais je peux d’autant en parler que je suis allé voir le film à mon retour d’URSS. Et à nouveau le film s’inspirait du totalitarisme soviétique. Et si vous voulez vous en convaincre, comparez maintenant l’iconographie d’un autre film, Brazil. Brazil dénonce également le totalitarisme, mais le totalitarisme dans son ensemble, le totalitarisme désidéologisé. Le nôtre, celui que nous vivons aujourd’hui, et son iconographie emprunte cette fois non pas à l’ère soviétique…. Mais à l’Angleterre de Thatcher. Reste qu’aujourd’hui, dans l’imaginaire collectif, 1984 est associé à l’ère stalinienne, c’était le but. Et ailleurs c’était le monde « libre » comme le savent bien les opposants à Pinochet…

Depuis les années 50 le capitalisme est engagé dans une guerre culturelle et sémantique. Aujourd’hui il joue sur les termes de la perception. Par exemple on parle à l’envie de « créateur de richesse » Or d’une part le mot « créateur » est emprunté au champ du sacré puisqu’il désigne quelqu’un qui tire quelque chose du néant, par exemple Dieu. Et richesse implique une notion d’abondance. On est donc même plus dans le registre de l’entreprise mais celui de Midas. Un créateur d’abondance. Mais quelle abondance exactement ? Une abondance d’outils de production, de produits, de bienfaits quelconques ? Ou de Porsche dans le garage ? Les patrons ne créer pas de la richesse il fabrique de la valeur. Ah oui mais vous me direz mais si ils créent de la richesse parce que ça fait plein de sous ! Mais où est-ce que vous avez vu que d’avoir plein de sous impliquait de la richesse ? Vous n’avez jamais entendu parler des mots dévaluation ou inflation ? En 1933 en Allemagne il fallait plein de sous pour s’acheter un pain, une brouette complète. De plus, un patron ne tire pas quelque chose du néant, ce n’est pas lui qui créer, ce sont ses employés, ce sont les travailleurs, fort d’un savoir faire qui, dans le cadre d’un contrat, réalisent quelque chose. Le patron lui dirige. Ce n’est pas sortir quelque chose du néant que de diriger. Diriger étymologiquement ça veut juste dire mettre en ordre, ranger, hiérarchiser. Le fouet dirige, l’esclave produit de la richesse. Et celui qui tient le fouet décide de sa valeur.

De la valeur du produit, mais également du travail et à forcerie du travailleur. C’est pour ça qu’il n’y pas non plus de « marché » de l’emploi. Un marché se défini par une offre par rapport à une demande. dont les prix sont indexés sur les coûts et les outils de production.  Les entreprises ont des besoins. Les contrats de travail sont une demande indexés sur ces seuls besoin auquel on répond par l’offre d’un savoir faire lui-même indexé sur la notion subjective et fausse de « compétence ». Ainsi on pourra dire à tel jeune diplômé qu’il est trop jeune et à un autre qu’il n’a pas les diplôme requis. Son savoir faire réel ou supposé n’intervient nulle part et un contrat de travail n’implique nullement le coût de production mais la valeur que l’on souhaite en tirer.

Dans cette guerre culturelle le terme d’ouvrier a disparu du lexique médiatique. Il a tellement disparu des bouches qu’il a fini par disparaitre des esprits, et la plus part des français pensent que la population ouvrière est en train de rejoindre celle des agriculteurs. Or les ouvriers représentent quand même 20,4% des travailleurs, Troisième force en termes de catégorie sociaux-professionnelle. Mais ils disparaissent des esprits de sortes que la question ouvrière qui avait animé tout le XXème siècle soit remplacé par « la question de l’emploi ». la question autour non plus d’un métier, d’un savoir faire, d’une condition sociale, mais autour d’un contrat, d’une compétence, d’un projet de vie. Mieux encore, on a délibérément entretenue la confusion entre petit et grand patron avec le terme entrepreneur. Un entrepreneur créer et dirige une entreprise, il peut s’agir de fabrication de barbe à papa ou d’ordinateur portable. Ce n’est pas le même domaine, ni les mêmes contraintes, ni le même niveau de financement mais cette confusion lexicale permet de faire croire que si. Ainsi on va entendre machin ronchonner qu’on n’aime pas les patrons en France, et que si on veut savoir comment c’est trop dur on a qu’à créer une entreprise. Et Macron de pouvoir entretenir la confusion en faisant marcher la fibre de l’épicier, déclarant en 2012, que la vie d’un entrepreneur était plus dur qu’un salarié parce que lui il pouvait tout perdre. Le petit patron qui galère pour se payer son premier salaire ne peut qu’adhérer à cette notion totalement fausse.

D’une part, un salarié peut également tout perdre du jour au lendemain comme le savent les ouvriers de Mital, Carrefour, Bernard Arnaud, du Pas-de-Calais, de la plaine Saint Denis et tous les endroits où le chômage a fait des ravages. D’autres part quand machin ne vend pas son prototypes d’épluche patate, il en est de sa poche, Serge Dassault lui peut compter sur l’état c’est-à-dire nos impôts pour réparer ses erreurs industrielles. Le CICE n’était pas destiné à aider les petites entreprises mais le CAC40 qui s’en est servit pour reverser des primes et des dividendes. Une confusion qui tend à vouloir faire croire que les petits patrons sont des dirigeants comme les autres alors qu’en réalité ce sont des ouvriers, le bas de l’échelle et qu’il n’y a pas le moindre rapport entre le patron d’une usine de papier et Bolloré.

Croyez-moi, mon père était un petit patron. Il n’a jamais dépassé le stade de deux employés, il a travaillé toute sa vie plus de dix heures par jour avec quelques unes des plus grosses entreprises au monde, et il a fini ruiné. Il n’a pas fini ruiné en raison de son incompétence mais en raison d’un marché qui l’a éjecté du circuit. Cargill, un de ses plus gros clients a pu absorber le choc pétrolier en raison de sa taille, mon père lui se l’est prit en pleine figure et ne s’en est jamais complètement remis. Et ainsi on parlera de Mouvement des Entreprise Françaises, entretenant une confusion qui ne profitera qu’aux milliardaires de ce pays.

Le fascisme libéral.

« La baisse des charges sociales nous fera gagner en compétitivité ». Cette phrase type nous l’avons tous entendu 2000 fois, sous cette forme ou une autre. Et même parfois, pour ajouter de l’angoisse à la peur, on précise, « nous n’avons plus le droit à l’erreur en ces temps de mondialisation. » Déjà, ne plus avoir droit à l’erreur ça s’appelle le fascisme. Ensuite il ne s’agit pas de charge, mais de cotisation, et des cotisations qui profite à tout le monde, même à l’entreprise. Un ouvrier se blesse, ses frais d’hospitalisation sont à la fois payés par l’état, l’ouvrier et l’entreprise. Chacun met un peu la main à la poche. L’ouvrier peut se soigner, l’entreprise est couverte et l’état n’a plus à sa seule charge le personnel soignant. Et le tout forme un contrat social. De plus cela repose sur un postulat qui n’a aucun lieu d’être. Monsieur Durant, fabriquant de montre à Roubaix n’est pas en concurrence avec monsieur Wong, fabriquant de montre à Hong Kong, ils sont tous les deux en concurrence avec Sony qui fabrique notamment des montres. Là effectivement il y a une compétition. Et une compétition parfaitement déloyale puisque ont l’expose à un marché globale. Et quand je parle de marché globale, je ne parle pas de marché international, je parle d’entreprise globale qui non seulement n’ont aucun mal à concurrencer une PME mais mieux peut absorber la dites PME, la démanteler, faire une plus-value sur ce démantèlement et ainsi éliminer physiquement la concurrence. Alors de quoi on parle ? Prenons deux marques, X et Y. Toutes les deux appartiennent à une holding différente, rentrent-elles en concurrence ? Pas le moins du monde, même si elles vendent des produits similaires. La concurrence, la seule, elle est exercé au sein même des entreprises, entre les employés afin d’augmenter la valeur de l’entreprise. On licencie par exemple deux milles personnes et on obtient avec moins de monde exactement la même production, voir plus. La valeur de l’entreprise a augmenté, les employés sont pressurisés, mais on préfère le mot « optimisation du temps de travail ». Et ainsi 2,3 millions de personnes dans le monde peuvent mourir par an en raison de leur seul travail.

Mais ça ne suffisait pas. Les grands patrons ont parfaitement compris que le révisionnisme lexical ne pouvait pas se limiter au seul monde du travail. Tous les mots qui fâchent ont été repassés à la moulinette de la novlangue libérale. On ne dit pas les pauvres, on parle des « défavorisés ». D’un côté on définie un individu par un statut économique sur lequel on peut rattacher un certain nombre de raisons structurelles. De l’autre le mec a pas eu de bol. On ne parle plus de réfugiés, mais de migrants. On ne parle plus d’individus cherchant un abri pour des raisons objectives, on parle des cigognes. Comme si les gus sur le bateau avaient vocation à ne faire que migrer, passer d’une région à l’autre sans s’arrêter, jamais. Le riche migre au Touquet pour la fin de ses vacances. Le pauvre lui essaye de s’installer quelque part. Et le plus beaux, c’est qu’à l’intérieur même de cette population, puisqu’ils ne font que « migrer », le réactionnaire pourra faire un distingo entre le « migrant » économique et celui qui tente d’échapper à la guerre. Le migrant qui ne trouve pas de boulot chez lui, sûrement parce qu’il est trop feignasse, alors il vient piquer celui des français. Et le migrant opprimé qui ferait mieux de rester chez lui et de résister sur place… comme De Gaulle par exemple. On ne parle plus d’indigent mais de Sans Domicile Fixe ou de Mal Logé quand on loge chez les autres. La question n’est plus sociale ni économique, elle est rattaché à la valeur locative. Et c’est tellement vrai que lorsque moi-même je racontais que SDF je logeais à l’hôtel au mois, quelqu’un m’expliqua que je n’étais pas SDF puisque je ne dormais pas dans la rue. D’ailleurs ça veut dire quoi « mal logé ? ». Actuellement je ne loge pas chez les autres mais je suis affreusement mal logé. Le loyer coûte un œil, mon bac de douche est trop bas, il fait plus chaud dedans que dehors en été, et plus froid en hiver. Je tourne à l’électricité, ce qui du coup me coûte une blinde pour me chauffer, et en plus c’est minuscule ! Alors que quand j’étais officiellement « mal logé », je vivais chez ma mère dans une maison de 150m² avec jardin, je ne payais pas de loyer, et je bénéficiais du confort d’installations luxueuses dans lesquels je n’avais pas investi un centime !

Pourquoi pensez-vous qu’on ne parle plus de femmes de ménage mais de technicien de surface ? L’un désignait une tâche, le ménage, donc un  travail, un savoir faire, l’autre définie un périmètre et suggère une technique sans la définir. Et qui plus un périmètre sans limite. Une surface pouvant aussi bien désigner une fenêtre qu’un terrain de foot. Et mieux encore, aujourd’hui, la même femme de ménage, qui fait exactement le même travail, sera un agent technique. Là on est allé encore plus loin puisqu’on ne fixe plus du tout de périmètre et donc de limite à la fonction. Une fonction parfaitement abstraite. Un agent n’est pas une personne c’est une entité, une entité qui a une action déterminante, et apparemment employant une technique. Laquelle ? A quel usage ? On sait pas. Si mon poing partait, par exemple, dans la face de Macron, mon poing serait une entité avec une action déterminante, employant une technique, par exemple la boxe anglaise. Et voilà la dame du ménage et mon poing rendu à égalité.

Il en ira de même avec les syndicats, qui cessent de l’être pour devenir « partenaires sociaux ».  Or un syndicat est là pour défendre les travailleurs, pas devenir le partenaire du patron. Seulement cette désignation permet d’éliminer ce vilain mot de « syndicat » pour figurer une complicité, une entente dans le plan de licenciement. Et d’un coup le défenseur des travailleurs devient le complice du patron. Et dans cette même logique de dénaturation, de déshumanisation, toute idée remettant en question ce constat, pour peu qu’elle soit étayée par un discours et émise par une personne vivant dans une condition sociale favorable sera qualifié d’idée de « bobo ». Littéralement un bourgeois bohème. A savoir un bourgeois avec des idées bohèmes, sous entendu il ne connait pas « les réalités sociales ». Et tant pis si la réalité est une affaire de perception et de subjectivité, tant pis si choisir de venir en aide à un réfugié et non à un « migrant » n’a rien d’une idée bohème mais d’une position humaniste. D’ailleurs qu’est-ce que ça veut dire « connaitre les réalités sociales ? » Zola ne connaissait pas la réalité ouvrière, il constatait la situation sociale du monde ouvrier, il l’observait. Marx aussi était un bourgeois, il a pourtant parfaitement démonté le mécanisme du capitalisme. Hugo était fondamentalement bourgeois et bohème par obligation est-ce que ça devait lui interdire de réfléchir et d’écrire sur la condition sociale des ouvriers ? Mais déshumanisez l’ennemi idéologique dans l’intervention de trois minutes d’un réactionnaire comme Zemmour, associez ça au mouvement de 68, et de 68 seulement, et une position politique s’inscrivant dans une tradition humaniste devient une tocade de gamin. Une tocade de gamin, nous dit le même Zemmour, qui a totalement dénaturé la société, mieux qui a fait des immigrés le « peuple révolutionnaire de l’extrême gauche ». Glissement sémantique une nouvelle fois puisque les immigrés ne sont pas devenu « le peuple révolutionnaire » d’une cause, ils ont simplement remplis les usines au côté de l’ouvrier français. Et que faisait cette gauche là, depuis toujours, défendre les intérêts des ouvriers, des travailleurs en générale indifféremment de leur origine géographique. La capitalisme verrouille le discours, et charge ses chiens de garde d’en interdire l’accès.

Et le client devient consommateur. Il n’est plus une entité avec des besoins et des exigences spécifiques, c’est juste un veau a qui on donne son foin, une mâchoire et système digestif. La compétence permet de faire d’un savoir-faire, un apprentissage, une marchandise. Une entreprise américaine peut pucer ses employés comme des animaux de compagnie. Mais heureusement, n’oubliez pas : « le travail rend libre »

Publicités

Les portes de la gloire ou comment je serais tondu à la révolution

Victime que nous sommes de l’agressivité marchande et implicitement de nos propres compulsions, nous rejetons en permanence et en bloc la publicité et ce que nous assimilons comme son univers, notamment décrit par le très démagogique 99 Francs, du non moins très démagogique Frédéric Beigbéder, notre wanna be Bret Easton Ellis local.

 En effet, un Français passe 3h47 devant la télévision, soit à l’échelle d’une année 59 jours non-stop, et les études démontrent que tout support confondu, nous voyons en moyenne 3000 annonces publicitaires par jour. Et les trois-quarts du temps sans même nous en rendre compte. Car il n’y a pas que les quatre par trois ou le spot télé. Cela va du simple logo à la station-service, au dépliant qu’on feuillette distraitement en attendant un rendez-vous, en passant par le kakémono en librairie ou à l’affichette dans la vitrine de l’agence de voyages. Sans compter le passage au supermarché, les talk-show, le placement produit dans un film où une série, et, c’est nouveau, la publicité déguisé aux 20h. Où sous couvert de parler de « tendance » David Pujadas nous ventera tel ou tel produit. En terme technique, cela s’appelle un infomercial ou publireportage, c’est strictement encadré par la loi, doit être signalé par une mention, et donc dans le cadre du 20h c’est parfaitement illégal. Mais passons…

 

Je vends donc je suis.

Passons parce qu’en réalité, la publicité a envahi tout le champ du sociétal au point de borner jusqu’à notre façon de penser, d’accepter ou de rejeter tel ou tel discours. Et ceci notamment grâce aux réseaux sociaux, aux médias citoyens, aux blogs et à cette perception que nous a donnée le marketing et la publicité de ce qui était bien ou mal, recevable ou non. Nous sommes devenu à la fois produit, agence publicitaire et instrument de mesure de notre propre promotion. Les pages Facebook, pensées pour notre mise en valeur avec l’usage d’une bichromie neutre, sont les vitrines de nos egos. Les blogs proposent des statistiques nous permettant de juger le flux que générèrent la propagation de nos idées, images et écrits. La course aux clics et aux « like » une logique identique à la question de l’audimat. Pour un résultat en réalité pauvre qui ne propose rien de plus qu’une mise en concurrence des individualités. Une course en sac vaine d’où émergent parfois quelques élus, laissant croire à tous les autres que tout n’est qu’affaire de spectaculaire. Et de là une expression désormais commune de « putaclic ». Et telle chaine Youtube de proposer, par exemple, un zapping avec en vignette une fille à forte poitrine.

Mais il serait injuste de n’attribuer cette évolution des mentalités qu’aux seuls réseaux sociaux. Le libéralisme économique a fait de l’économie notre église moderne. Depuis environs quarante ans, il a imposé son langage au talent, réduit la poésie au ratio du nombre, l’art, la culture, et à forcerie les idées aux seules règles de la statistique. Avant ou après nous avoir entamés sur la qualité d’un film ou d’un album, on nous souligne le chiffre des ventes, nombre d’entrées. Pour nous préciser un péril, on nous sort telle ou telle courbe, pourcentage, « réalité » chiffrée. Plus rien n’est s’il n’est pas passé sous l’œil vigilant du comptable. Or comme disait Audiard le langage des chiffres à ceci de commun avec celui des fleurs qu’on lui fait dire ce que l’on veut. Nous voyons peut-être trois mille pubs par jour, nous n’en sommes pas forcément la cible. Vous perdez peut-être votre temps devant la télévision, vous ne prenez pas forcément pour argent comptant ce qui y est dit ou vendu, et à raison. Et le neuromarketing a beau tout faire pour passer pour une science, imagerie clinique et IRM à l’appui, en réalité vous êtes bien moins victimes de la publicité que vous ne le pensez vous-même. Et ce, pour tout un tas de raison, et pas forcément des moins triviales. Croyez-en un ancien pubard.

Rien foutre, un bon projet de vie…

Je dois confesser que je n’ai jamais eu beaucoup d’ambition en terme formel de projet de vie. Ou disons plutôt qu’elle sortait du champ classique des ambitions communes, et que ne proposait certainement pas notre très normatif système scolaire. Et comme bien des enfants, j’ai fait les frais des seules aspirations de mes parents. Je suis naturellement créatif et j’avais un petit talent pour le dessin. Ayant raté mon bac en dépit des efforts de mes géniteurs à faire de moi un membre de l’élite de la nation à coup de collèges privés, je fus orienté vers une école de graphisme réputée, et bien entendu privée. Une école pour jeunes gens bien nés et très ambitieux, tous lancés dans une compétition féroce, d’où je ressortais naturellement perdant au bout de deux ans. Je sais dessiner, peindre, j’ai travaillé énormément à cette seule fin, mais ça ne m’intéresse pas plus que ça. Moi ce que je voulais, c’était écrire, et si possible en faire un métier. Quand, suite à cette première école, j’ai échoué dans une autre qui se proposait de nous initier à la publicité. Ça semblait un moyen de bien gagner sa vie sans se fouler, ce qui me convenait parfaitement. Du moins, c’est ce que je croyais.

 Comme je préférais largement être celui qui pense les publicités que celui qui les exécute et que je voulais écrire donc, j’ai très vite abandonné mon métier initial de graphiste pour celui de concepteur-rédacteur. J’ai constitué un dossier de fausses pubs et j’ai démarché les agences au culot. Il y avait aussi ce vague espoir, fantasme courant alors chez les jeunes publicitaires, de passer de la pub au cinéma, comme Chatiliez ou Ridley Scott, c’est dire si je rêvais en dur. Car en réalité si les deux mondes se côtoient, c’est tout à fait fortuitement et dans un cadre autrement plus prestigieux que celui dans lequel j’évoluerais. Mais pour commencer, il allait falloir faire avec deux choses, l’écriture publicitaire et la starification.

 
Il y a un monde entre avoir un talent d’écriture et savoir écrire. Entre l’expression libre et l’écrit en terme technique. Un monde entre développer une idée en cinq feuillets et la résumer en une phrase. Or, si je n‘avais pas de mal avec le tempo, la rythmique, qui me permettait notamment de faire rapidement des spots radio, écrire une accroche ou une signature en veillant à n‘avoir qu’une seule idée directrice c’était une autre paire de manche. De plus, l’expression publicitaire en soit, à savoir transformer une proposition commerciale en terme créatif, requiert non seulement une certaine culture dans ce seule domaine, mais également le sens de la formule. Sens qui est peut-être la seule forme d’art qu’on peut retenir de ce métier. Qu’il s’agisse de comprendre qu’une affiche est avant tout une tâche et qu’un slogan tient plus souvent de la punch line, une économie de mot et d’idée.

 Comme les agences de pub sont quasiment exclusivement peuplées de membre de la classe moyenne et supérieure, et qu’une certaine mentalité bourgeoise et conventionnelle y règne. Que les créatifs font appel à des métiers d’art, ils sont perçus le plus souvent comme des sortes d’artistes avec toute la mythologie afférente. De la rock star à la starlette, des caprices insensés au label « génie » attribué à toute occasion. Là-dessus, du reste le film de Kounen sur l’ouvrage de Beigbéder, décrit assez bien le comportement des créatifs et de leur entourage commercial, du moins dans les grandes agences, mais j’y reviendrais. Ainsi, du jour au lendemain, parce que j’avais écrit un texte pour une grande cause (l’exercice le plus facile de la profession) qui avait marqué les esprits, j’étais à mon tour instantanément starifié. Et je n’ai pas aimé du tout. A la toute petite échelle de ce microcosme, j’ai pu toucher à cette vérité intangible de la vie de vedette dites par la pimpante Britney Spears dans sa chanson Piece of me. Entre ceux qui imaginent que vous êtes désormais capable de prouesses surnuméraires. Ou la fille qui vous invite chez elle pour vous parler de votre seule capacité d’écriture, sans une seconde s’intéresser à l’individu, on cesse très vite de s’appartenir. Mieux, on devient la chose des uns et des autres. Car dans leur grande majorité les agences de pub sont la proie d’une guerre plus ou moins ouverte entre commerciaux et créatifs. Et c’est notamment une des raisons pour laquelle vous n’êtes pas autant victime des publicitaires qu’on veut bien l’admettre. Non pas que ce conflit paralyse les agences qu’il leur fait faire de dramatiques erreurs de communication. Comme ce cas d’école connu de tout le métier où Jacques Séguéla convaincu tout le monde que de louer un porte-avions pour y faire décoller une GTI boosterait les ventes de Citroën. Spot qui fut un gouffre financier pour un résultat absolument nul. Et à terme conduira une des rares agences encore indépendante en France à finir dans le portefeuille d’Havas. Et l’un dans l’autre, starlette vous-même attaché comme assistant à une vedette intraitable, vous finissez par vous faire virer au moment où la guerre est telle que la direction décide de se purger des créatifs problématiques. Car si la partie commerciale ne connait pas son bonheur dans la relative stabilité professionnel dont elle jouit, pour les créatifs c’est le grand turn-over. D’autant qu’il est de bon ton d’être passé par telle ou telle agence, d’avoir été sous les ordres de tel directeur de création. Que la pub fonctionne au bouche à oreille.

Rien foutre c’est pas un projet de vie.

Je n’ai d’autant pas eu de chance que j’arrivais alors que l’âge d’or de la publicité en France était en train de se refermer. Si les créatifs des années 70 et 80 venaient de tous les horizons, de la littérature à la vente en gros, très vite le métier a pratiqué l’endogamie. De plus, fort des très nombreux excès commis par des publicitaires comme Jacques Séguéla ou Daniel Robert, la loi Sapin rentra en jeu. Interdisant aux agences d’être à la fois prescripteur d’achat d’espace et pourvoyeur de ces mêmes espaces. Les obligeant à se séparer de leur centrale d’achat, pour le plus grand bonheur de groupe comme Havas, à qui le cadeau était en réalité destiné, et mettant sur le carreau 3 500 personnes dans une indifférence générale. Mais après tout, j’avais choisi de faire le deuxième métier le plus détesté des Français après celui de banquier. Finalement à coup de stage gratuit et d’incruste au sein des agences, j’ai fini par passer de Mc Cann Erickson à RSCG et accessoirement à commencer à apprendre mon métier du strict point de vue technique.

Le battage est tel dans les grosses agences que vous vous retrouvez vite à devoir enchaîner les annonces-presses avec des défis impossibles notamment imposé par les contraintes budgétaires. Comme par exemple devoir vanter la qualité des freins ABS et les capacités d’un coffre arrière, le tout avec une photo de la banque d’image du constructeur représentant des bagages dans un coffre. Bien entendu en une seule phrase, et sur une ligne. A force votre esprit devient comme la clayette de l’imprimeur où mentalement, vous déplacez les mots, reconstruisez les phrases, comme dans une sorte de calcul mental avec des lettres. Mais restait que j‘avais un gros problème. Non seulement, je ne voyais pas la finalité de tout ça, le sentiment sérieux que je brassais de l’air pour un peu plus qu’un smic, mais en plus, starification aidant les créatifs de ces grosses agences se comportaient comme des gamins capricieux et grossiers. Agressant physiquement tel commercial « pour rire » à coup de parapluie, ou inondant RSCG au cours d’une mémorable bataille à coup de pistolet à eau. Balançant leur bouteille par-dessus les murs de l’ancien hôpital anglais où siégeait Mc Cann, ou humiliant et insultant tel commercial junior. Sans compter cet insupportable complexe artistique dont Beigbéder, encore lui, s’est fait le chantre, qui rendait les créatifs ingérables quand les commerciaux réclamaient moins de créativité et plus d’efficacité marchande. Sans compter les salaires stratosphériques accordés à certain et qui n’était justifié par absolument rien. Après tout, on vendait des yaourts, on ne lançait pas des fusées. Je ne me reconnaissais pas dans ce comportement. Et qu’on me propose la place d’un autre au fait qu’il était en perte de vitesse, comme c’est arrivé chez Mc Cann ne pouvait que me faire fuir. J’ai donc fini par quitter la publicité pour rentrer dans le jeu vidéo où j’ai été scénariste.

La publicité ne fait pas vendre, mais elle y contribue.

En France, il y a plusieurs raisons notables qui expliquent pourquoi nous sommes à la fois assailli de pub sans pour autant qu’elles nous atteignent systématiquement au portefeuille. La première, fondamentale à mon sens, c’est que la mécanique du raisonnement français est à la démonstration. Il faut prouver en quelque sorte que tel produit est meilleur que tel autre. Faire preuve de quelque chose qui souvent n’existe simplement pas et qu’on suggéra quand même. Et ne comptez pas sur le Bureau de Vérification de la Publicité pour vous accuser de publicité mensongère. Le BVP est un entre-soi de publicitaires qui propose entre autres l’autodiscipline au sein des agences, autant demander à un tigre de se mettre au régime vegan. Au mieux, le BVP s’en prendra à telle annonce si elle dépasse les règles de la publicité comparative. Dont l’interdiction a notamment été levée à l’initiative du même BVP. Ainsi, on pourra aisément vous expliquer que tel lessive liquide est plus efficace que tel autre en poudre, alors que le processus chimique est exactement le même et qu’on simplement rajouté de l’eau à la poudre. Si la publicité anglaise fait rêver absolument tous les pubards français, et enchante le public en remportant régulièrement des prix, dans les faits, elle séduit peu le consommateur et l’annonceur précisément à cause de ce besoin de démontrer. Une pub pour Tang, boisson sucrée déshydratée, tenta bien une approche par l’absurde dans les années 90, le ratage fut complet. Alors que la pub anglaise pour le même produit et également absurde faisait rire les foules. Et ce qu’on gagne en démonstration, on le perd en efficacité.

 Seconde raison. Si les agences s’intitulent toutes agence conseil en communication, dans les faits le conseil se limite aux propositions des commerciaux et des créatifs en termes d’axe de vente. Et encore, pas toujours, parfois, c’est l’annonceur lui-même qui détermine l’axe, et les agences doivent se contenter d’un boulot d’exécutant. De même, elles sont trop heureuses de répondre aux demandes d’un annonceur au sujet de tel support, comme par exemple de produire un spot télé. Quasiment jamais elles n’interrogeront la pertinence de la démarche. Quand bien même par exemple du marketing direct (votre boite aux lettres) serait plus efficace et économique que trente secondes après le 20h. Les marques aiment le prestige, les responsables commerciaux ont peu sinon aucune culture en matière de communication et ça donne parfois lieu à des situations parfaitement absurdes pour ne pas dire scandaleuses. Quand La Poste a modernisé ses bureaux en installant notamment des machines, elle a voulu communiquer sur le sujet. Cinq films sur le mode de la bande-annonce ont été tournés pour un montant d’un peu plus de 150.000 euros… Qui ne sont jamais sorti parce que l’annonceur avait soudain décidé que ça ne valait pas le coup. Toujours La Poste, prêt à proposer un nouveau produit bancaire, s’était lancé dans un énorme achat d’espace. Pour réaliser tardivement que le produit faisait une concurrence déloyale aux autres banques. Du coup, il sera enterré et il fallut rentabiliser au mieux cet achat. Et en lieu et place, voilà l’agence de devoir faire la promotion du nouveau poids autorisé pour Colissimo, et le lancement des enveloppes à case. Ma directrice artistique ayant trouvé très rigolo de se servir de mon nom pour figurer une adresse, pendant un mois complet la France entière a pu le voir étalé sur les flancs de bus, dans les bureaux de poste, en affiche ou affichette…. Pour la plus grande fierté de ma mère….

Troisième raison, l’inculture des commerciaux, qu’ils soient chez l’annonceur ou en agence. Si par exemple, la culture graphique est forte en Espagne ou au Japon, en France, elle est pauvre et invariablement, les mêmes mises en pages, code couleurs sont répétés sans la moindre audace. Et il en va de même pour l’écrit. Je me souviens par exemple dans un spot radio avoir préféré évoquer Saint Jacques de Compostelle plutôt que Lourdes pour parler d’un miracle commercial. On m’a soutenue que cette ville n’existait simplement pas… Une inculture qui se complète parfaitement avec le faible intérêt que portent la plupart des créatifs à la stratégie, qui est pourtant un des ressorts essentiels d’une pub efficace. Car une pub efficace se définie par sa pertinence et non pas par sa créativité. Une réalité qu’ont souvent du mal a intégrer les juniors du métier, mais pas seulement, et qui est régulièrement motif de grosse colère. Ce qui m’amène à la quatrième raison, le défaut stratégique.

Ce défaut de stratégie peut aussi bien venir de l’annonceur lui-même que de l’agence. Quant au milieu des années 90 les constructeurs ont voulu lancer les premiers portables tels que nous les connaissons aujourd’hui avec caméra et écran couleurs, le four a été mémorable. En 99 il n’y avait que trois millions de Français qui possédaient un accès à internet, les commerciaux ont quand même insisté pour que nous communiquions sur la notion de portail. Vocabulaire informatique aujourd’hui d’usage courant, mais qui obligeait alors à faire œuvre de pédagogie ce qui est l’antithèse d’une bonne pub, et nous n’avons pas gagné le budget. Et telle créative renommée, et douée en stratégie, de proposer un axe pour Volvo qui aura finalement 10 ans d’avance sur tout ce qui se faisait l’époque. Stratégie qu’elle défendit becs et ongles et en pure perte. Dix ans d’avance en publicité, c’est dix ans de trop. Au résultat, une division s’est opérée au sein du budget entre créatif et commerciaux. Ces derniers étant eux en retard de cinq ans, le budget échu à une autre agence. Et comme c’était le plus gros, l’entreprise finie à son tour par se faire racheter par un groupe. La plupart des créatifs s’envisageant d’abord comme des sortes d’artistes incompris, le plus souvent, ils ont la stratégie en horreur. Du coup, on se retrouve avec une pub vachement rigolote et créative qui ne vend strictement rien.

D’ailleurs, les pubs ne sont pas faites réellement pour vendre, mais pour instiller un besoin, une envie qui se concrétisera éventuellement par un acte d’achat. Mais elles peuvent également êtes faites pour la seule image de la marque. Quand le personnage de Mamie Nova, créée dans les années 60, a commencé à faire de l’ombre à Andros, propriétaire du produit, celui-ci a procédé peu à peu à son effacement physique. Jusqu’à l’erreur fatale du « ma mamie préférée, elle est dans le frigidaire » qui a été violemment rejeté par le public et a valu le licenciement de toute l’équipe marketing. Au final, la mamie a gagné, si son nom n’est plus mentionné dans les spots, sa silhouette estampille tous les pots de yaourt. En réalité, la pub ne fait vendre que s’il y a déjà intention d’achat, d’où la nécessité toujours renouvelée de créer du besoin. Et de se trouver avec un produit qui ne correspond à aucune nécessité objective comme de payer un portable 700 euros, mais seulement à une envie. Envie qu’on aura instillé de cent manières différentes. Mieux, on fera d’un spot un produit en lui-même et vous voilà à être vous-même prescripteur d’une pub virale parce qu’elle est originale ou drôle. 

La pub, c’est bon pour l’emploi

J’ai fini par retourner dans la publicité à la faveur d’une annonce pour un poste en Martinique et cela a notablement changé ma vision du métier. Terminé, les budgets méga important, les staffs de commerciaux des annonceurs que je ne voyais jamais, d’être l’assistant ou le junior d’untel ou untel et la seule nécessité de créer du besoin. Cette fois, j’aurais les patrons des entreprises en direct, mes propres budgets, pas ou prou de commerciaux pour vendre des projets que je vendais très bien moi-même. Et loin d’avoir une liberté totale –notamment sur l’usage du créole- j’aurais une latitude suffisante pour dégager des stratégies, proposer des approches atypiques de ce qui se faisait alors –dont l’usage du créole, que je ne parle pas, mais que je faisais traduire. Mon patron était un type jeune, ambitieux, qui avait des choses à prouver auprès du groupe auquel son agence appartenait, et avec qui je m’entendais bien. Du moins jusqu’à ce qu’on aborde les clauses de mon contrat à propos des promesses faites sur mon salaire, mais c’est un autre sujet. Pour situer, l’entreprise en Martinique, c’est un minuscule microcosme de labels avec des moyens réduits, pour une population publivore à peine plus importante que celle de Lyon. Le tout aux mains d’une poignée de patrons devant lutté contre une importation massive de marques les plus prestigieuses du monde entier, avec des budgets publicitaires ridicules. Bref, un marché déséquilibré, privé de structure industrielle, à la merci des mouvements sociaux et historiquement centré autour de l’industrie sucrière. Soutenus par le crédit et les aides de la métropole et finalement très peu diversifié. La Martinique souffre de deux maux majeurs, une monoculture de la banane qui n‘autorise pas l’autosuffisance alimentaire et une cooptation des terres et des pouvoirs par une élite à majorité békée. Elle souffre également d’un autre mal, le racisme. Un racisme qui pousse tout à chacun à subdiviser la population en catégories issues de l’esclavage –béké, béké ba feuille, coolie, mulâtre, chabin, etc. Ce qui me valut une première recommandation des métros, ne pas travailler avec les antillais noirs au fait qu’ils étaient feignants. Et qui m’a bien entendu poussé à faire l’exact contraire. Mais surtout, c’est là que j’ai réalisé l’incidence que pouvait réellement avoir la pub avec une économie sur le fil. Car en Martinique, très concrètement une marque en perte de vitesse, c’est une entreprise qui risque de disparaitre. Et c’est autrement plus motivant que les fêtes d’agence ou d’enquiller les annonces presse pour occuper le terrain. Non seulement, on sait pourquoi on travaille, mais on en voit le résultat. Et quand un client vient vous dire que vous avez parfaitement saisi l’essence de son produit, c’est professionnellement autrement plus flatteur que d’être qualifié de génie.

Enfin d’un strict point de vue créatif, considérant les moyens et les compétences en place, on est obligé justement de faire preuve d’imagination et d’originalité pour compenser les carences financières. De s’entourer d’une équipe qui retiendra justement du professionnalisme et non plus du seul carnet mondain, comme à Paris. Quitte à mettre les mains soi-même dans le cambouis quand c’est nécessaire. Il aurait été impensable en métropole que je remonte un film, que je reprenne en main un tournage ou même d’ailleurs que j’approche l’exercice du spot télé, réservé ici à l’aristocratie du métier.

Mais finalement mon patron n’ayant pas tenu ses engagements financiers à mon endroit, vieille manie békée à ce qu’il parait, je repartais en Métropole, déçu, mais beaucoup plus aguerri sur mon travail. Est-ce pour cette raison que dans l’agence suivante, je rentrais huit budgets en à peine six mois ? Probablement. Mais ma plus grande fierté reste et restera le budget de l’Épicier Discount.

La marque était au bord de la disparition pure et simple. Concurrencé par Lidl et d’autres Ed affichait des chiffres dramatiquement à la baisse et le groupe Carrefour était en train d’envisager de la faire disparaitre purement et simplement, avec plan de licenciement à la clef. Comme j’étais moi-même client de la marque, je connaissais d’autant mieux ses problèmes. Et comme le patron de cette division du groupe était assez en panique pour écouter ce que l’on avait à dire, demandeur même d’un nouveau souffle, nous avons pu appuyer enfin à fond sur la pédale « conseil » d’une agence, et être entendu. C’était mon premier budget grande distribution, qui est en soi un exercice casse-gueule du strict point de vue créatif, et sans doute, le plus gros dont je n’ai jamais eu la responsabilité. Fort d’une signature devant s’adresser autant à l’interne qu’à l’externe (« jour après jour Ed fait quelque chose pour vous ») nous avons opéré une petite révolution au sein de la marque. Et puisqu’on abordait le thème « révolutionnaire » pourquoi ne pas s’inspirer du graphisme des affiches de 68. Une idée qui n’a pas été immédiatement facile à faire accepter aux commerciaux, on s’en doute, mais mon directeur artistique était enthousiaste à ce principe, d’autant qu’elle le sortait du ronron habituel de la grande distribution. Du coup des affiches et des affichettes, des catalogues pétant de couleurs et avec cette énergie propre aux tracts revendicatifs, et un relookage complet des magasins, et même de nouvelles possibilités commerciales. Comme le fait de trouver des marques connues dans les rayons désormais rangés, la possibilité de payer avec sa carte bleue. Ma chance étant ici que si j’avais d’exécrable rapport avec quelque créatifs de l’agence à qui je reprochais justement de se prendre pour des artistes, j’en avais d’excellent avec les commerciaux. Ce qui me valut ce compliment inoubliable de la part d’un directeur commercial à un créatif : « c’est ce que j’aime chez toi, tu n‘apportes pas de problème, mais des solutions. ». Je venais en effet de lui pondre en réunion une dizaine de déclinaisons de la signature finalement choisie, avec une argumentation commerciale pour chacune d’elle. Gonflés à bloc et mis en confiance par un créatif qui se souciait de leur prérogative, l’équipe commerciale aurait vendu la lune. De l’importance en agence de privilégier le collectif plutôt que le numéro de diva. Au résultat, la marque a survécu et perdurer jusqu’à ce que Carrefour rachète Penny Market et débaptise Ed pour Dia à partir de 2009. En gros, dix ans de sursis et des centaines d’emplois sauvés.

Intellectuellement, ce que j’aimais le plus avec ce métier, c’est qu’il me confrontait à toutes sortes de problématiques et de domaines que je ne connaissais pas. Un jour, on vend des chariots élévateurs, un autre une marque de jeu vidéo, un autre encore, on fait de la communication interne à l’usage des commerciaux d’un groupe. Notamment à cause de ma maladie, je n’ai jamais franchi ces fameuses portes de la gloire, mais en réalité, j’ai fini par me lasser. Un simple coup d’œil sur nos murs et vos téléviseurs suffit à démontrer de la pauvreté créative de la publicité française. On finit par répéter inlassablement la déclinaison de la même idée d’un produit à un autre. À écrire des choses creuses qui n’ont pas le moindre sens à délayer des idées fortes à force de compromis avec des annonceurs qui n’ont aucun sens de la communication. Ajouter à ça un jargonnage anglicisé de termes marketing veillant à faire passer la pub pour une science exact, et qui change tous les trois ou cinq ans. Reste qu’il me manque ce goût de convaincre quand on croit en quelque chose, et celui de la compétition en terme intellectuel. Quant à savoir si la pub vous oppresse et pousse à l’hyper consommation, j’aurais envie de vous dire, prenez vos responsabilités et apprenez à réfléchir par vous-même, personne ne vous met un pistolet sur la tempe.

Cupidon Must Die

L’injection était insuffisante d’autant qu’elle était éphémère comme un mauvais poème. Il fallait une imagerie, quelques excitants, un stimulus prépondérant comme on disait dans le jargon. Un objet. L’ocytocine avait de nombreuses vertus mais elle ne stabilisait pas sans objet. Il fallait régler la question du manque également, comment gérer si l’objet choisi venait à disparaître pour une raison ou une autre. N’importe quoi pouvait faire l’affaire comme stimulus, selon le profil, on obtenait parfois même des résultats étonnants pour peu que le sujet cristallise. Après bien entendu il y avait le suivi psychologique, mais ça c’était obligatoire aujourd’hui dans les grandes entreprises, et on ne risquait pas grand chose à diriger le sujet, le secret ne risquait pas de se dévoiler de lui-même. Tout ça demandait un travail de précision et une sérieuse analyse, mais les résultats étaient parfaitement probants comme l’avait démontré toutes les études dans le domaine, un employé amoureux en valait deux. Plus productif, plus proactif parce qu’heureux. Pourtant ça n’avait pas commencé simplement, et l’histoire de l’amoremologie démontrait qu’un simple coup de doigt chimique était insuffisant. Etre heureux en termes neurologiques correspondait à quelques équations où l’endomorphine et le système limbique jouaient un grand rôle. En terme amoremologique cela impliquait des données essentielles, le hasard, la peur, le risque, l’action, l’aventure. Le hasard d’une rencontre, le choc qu’elle pouvait provoquer et sa résonnance, puis ses conséquences qui semblaient toujours aussi excitantes. De ce point de vue l’ocytocine naturelle était de meilleure qualité, mais on ne faisait pas toujours ce qu’on voulait.

L’engin reposait sur un coussin de coton.  Pas beaucoup plus gros qu’un moustique, son corps en polymère métallisé qui brillait sous la lampe froide, l’abdomen évidé dans lequel il glissa une fine tige pleine d’un liquide transparent. L’aiguillon à la base se rétracta pour l’injection future, il retourna à son tableau de commande. Huit écrans tridi surgis d’un boîtier disposé sur la table, gain de place dans son placard de 12 mètres carrés plus cuisine. Le bout des doigts recouvert d’une couche de silicone intelligent lui permettait de manipuler librement le drone d’une main tandis que de l’autre il compulsait les cours des RH par compagnies. Ressources Humaines, fallait bien faire avec la viande puisqu’elle existait. La viande, c’est comme ça qu’appelait les employés les formateurs d’Holytech… dégraissage, viande, on en était revenu au basique dans l’entre soi. Ils n’avaient même plus de pudeur. Il s’en foutait, c’était pas son problème, il était juste payé pour. Les gens… les gens étaient intoxiqués à ça, l’adoration. Un peu plus un peu moins… il souffla sur le drone d’un coup de doigt, la foule du dehors apparut sur l’écran 6, un bloc entier, intérieur extérieur, pas de trace de sujet, employé-cible, il continua sa recherche dans les arrondissements suivants, Paris était bien organisé de ce point de vu là. Classe moyenne, classe moyenne plus, etc…Il en repéra un dans le VIIème, un quartier justement romantique. Son visage se distingua d’en une zone verte autour du visage, Alstom, baisse de 2.1 de productivité, niveau cadre sup, estimation RH : coeff 3 dans les prochains mois. Tandis que le drone poursuivait le sujet, il compulsait ses archives. Orientation sexuelle, dernière relation connue, etc… et faisait des déductions. Tout son boulot était là, dans son talent pour les déductions. Restait à trouver le stimulus, la situation exacte, tout ce qui devait avoir l’apparence d’une réalité. Il apparaissait en complémentaire jaune, un genre de halo fabriqué par la machine pour faciliter la reconnaissance, dossier croisé, calcul intrinsèque, vitesse lumière… merde personne dans le secteur et la zone estimé à 20%. 20% de chance de trouver un complémentaire. Il éloigna le drone vers le sud. Un coeff 4 à six heures, limite de se faire virer, limite s’il ne sauvait pas des jobs avec le sien, se dit-il. Le complémentaire se dirigeait justement droit vers lui. Il coordonna le drone et l’engagea en position de tir. Il éclipsa un écran pour  l’autre, le dossier du potentiel, qui engager en premier, qui était le plus susceptible d’aborder l’autre. Vitesse lumière, pilule bleu, pilule jaune, 96h de travail d’affilé et ça serait pire pour les fêtes. Les fêtes faisaient des dépressifs, les dépressifs faisaient de mauvais résultats. Il se roula un joint tout en lâchant le drone sur le sujet B. B s’immobilisa au passage de A. C’était le moment qu’il préférait, quand ils étaient comme des insectes pris dans sa nasse, à se débattre avec la violence de l’émotion, des sentiments. L’instant magique, de grâce. Est-ce que B allait le gâcher ? Non il engageait la conversation et A souriait. Il se roula un joint et lâcha deux nouveaux drones. Plus rien à faire sur celui-ci avant la prochaine heure, parce qu’il y avait le suivi, et ça prenait parfois du temps. Chimie opérative, transfère frontal, système limbique, béta bloquant, Transgène en injection, les mots dansaient sous son front, les dossiers qui revenait par vagues de nuit et de jour. Il portait des lunettes de soleil pour ne pas se brûler les yeux à force de scruter ses écrans. Il alluma son joint. Dehors filtrait la lumière de l’aube. Il avait besoin de se dégourdir les jambes mais il savait qu’il ne le ferait pas. Il gagnait bien trop à fabriquer des couples. Il se leva et alla se faire un café dans une vieille machine à café acheté sur place du genre increvable. Puis il retourna à son travail pendant qu’elle gargouillait son élixir. 96h putain… des fois il se demandait pourquoi il s’infligeait ça. Le fric ? Pas seulement, il le savait. Sa propre misère affective sans doute. Un comble. Il jeta un coup d’œil à l’horloge, 5h58, Une heure d’avance sur le cas Gray, un client allergique à l’ocytocine. Il avait fait produire une synthèse rien que pour lui, des micros injections, bombardement hormonal, guerre biologique à distance et moustique interposé, le futur merveilleux. Le possible, et puisque ça l’était, pourquoi se gêner. Le contrôle absolu, même sur l’amour. Et quand ça s’arrêtait ? Eh bien ce n’était plus son problème, il avait offert un beau voyage, ce que les gens en faisaient…Il se contentait d’injecter de temps à autre jusqu’à extinction de la commande. En général une commande annulée signifiait un licenciement. Ça arrivait évidemment souvent, mais il y avait un tel nombre à gérer… et puis un sou est un sou n’est-ce pas ? Les compagnies ne plaisantaient plus avec les bénéfices de nos jours. Il tira sur son joint et se retourna vers les écrans. Gray dormait chez lui, il lâcha les deux drones, piqué dans son sommeil, inodore, indolore, incolore, et ça le transformait peu à peu. Il repoussa son image d’un coup de doigt et fit monter son dossier relationnel. Un nuage d’individus apparut mais aucun potentiel. Il approfondit la recherche une couche en dessous, les relations indirectes et découvrit ce qu’il cherchait. Restait à organiser une rencontre. Gray t’es fait, se dit-il. Un des écrans se mit à vibrer, une alerte de type 2, Il ouvrit la fenêtre sur un dossier de cadre supérieur en pleine négociation, la négociation se passait mal et l’entreprise estimait que son champion avait besoin d’un boost d’urgence. En général trois injections et une call girl à 500 dollars ça suffisait, la folle aventure coûtait un peu cher si ça durait mais ça valait le coup dans les cas d’alerte 2. Le type 3 était réservé pour ce qu’on appelait les séparations inadéquates dans le langage des RH, autrement dit le patron qui fait des conneries parce que sa femme se barre, ou pire, qui la trompe en tombant amoureux sans l’aide de personne. Dans ce dernier cas en général il ne s’occupait que de l’épouse délaissée, on n’inversait pas des processus utiles à l’entreprise, et une épouse délaissée pouvait compromettre une situation amoureuse prometteuse. Il analysa la situation d’un coup d’œil global, méthode de lecture rapide. Il fixait un point au centre de la page et son cerveau saturé de drogue faisait le reste. Vitesse de la lumière. Ce type se contenterait pas d’une pute à 500 dollars, c’était un romantique. Il détestait les romantiques, ils aimaient les complications. Ils voulaient des explications à tout. Il n’y avait pas toujours d’explication à un coup de cœur, même réciproque, parfois il ou elle s’en allait comme l’impression chimique. La mémoire, la trace et la nostalgie qui en restait c’était l’amputation, le membre fantôme en quelque sorte, l’absence, les romantiques n’acceptaient jamais ça. Compliqué, comme ils disaient sur leurs réseaux sociaux. Il laissa faire le hasard alors. Un coup de doigt et il libérait le drone, il irait où il voulait selon son autonomie de 72h avec pour cible le code 2. Ça ne prit pas vingt secondes en fait. Le type marchait le long d’un parc, le drone le piqua, il s’arrêta net et fixa le parc. Qu’est-ce qu’il faisait ? Il ne bougeait plus, ses codes couleurs indiquaient qu’il était en état d’amour maximum, mais de quoi ? Aucun humain à l’horizon, juste des fleurs et des arbres. Il le vit qui tendait la main vers un buisson de rose, hésita quelques secondes, comme s’il voulait en arracher une, et puis recula, le regard fixe. Bordel, c’était pas censé arriver ça. Mais pourquoi pas après tout, seul le résultat comptait non, se dit-il en reculant sur son fauteuil et en tirant sur son joint. Il songea à un haïku qu’il avait lu une fois.

Le fleuve Shishui du Hunan

Bleu comme le ciel

Au milieu un oiseau aquatique blanc comme neige,

J’aspire à devenir comme lui.

Voilà à quoi il lui faisait penser ce type devant ses roses, un oiseau posé sur un fleuve. C’était étrange cette sensation de perfection, ils se demandaient si tous les amoureux ressentaient ça à un moment donné ou non. Il ne savait pas, ça ne lui était jamais arrivé. Le truc interdit pour lui par contrat. D’ailleurs il s’était piqué tellement de fois avec ces aiguillons que ça ne lui faisait plus rien. Il les regardait se débattre comme des mouches et il se demandait ce qu’ils avaient exactement, ce qu’ils ressentaient. Il aurait bien aimé savoir, rien qu’une fois.

Il y avait pensé souvent. Comment atteindre ce nirvana qu’ils avaient l’air de vivre parfois. Comment contourner le contrat, la biochimie. Faire jouer le hasard. Mais en partant de quel principe de hasard, car il devait bien en avoir plusieurs. C’est le hasard justement, tout peux arriver. Ou rien… La théorie de Murphy qui voulait que les choses ne pouvaient aller que de mal en pis rejoignait celle des peurs, se dont on avait peur se produisait. Avait-il peur de transgresser son contrat, de tomber amoureux à son tour ? Perdre ce qu’il avait, un emploi, un salaire suffisant pour se payer cet appartement minuscule, une place dans la société. Cupidon professionnel. Il détestait ce surnom qu’on leur avait donné, il trouvait ça cheap par rapport au compétence. Il était amoremologue, médecin du cœur si on voulait, mais il ne faisait pas de miracle. Ou bien était-il amerologue ? Ne ressentait-on pas de l’amertume quand ça se terminait ? Ou quand ça ne marchait pas, après tout il y avait une marge d’erreur de 12% ce n’était pas rien. 12% d’exclus. Est-ce qu’il avait peur de ça ? De l’échec ? Non pas lui, il connaissait trop son dossier, sa chimie. Il jeta un coup d’œil à l’écran, le type était parti, il avait laissé sa serviette sur le trottoir. Il ordonna au drone de le chercher, il retrouva courant dans la rue à en perdre haleine. Il était devenu fou peut-être… L’explication vint à la 99ème heure de veille et au 37ème joint. Le type avait quitté son boulot, démission spontanée, en pleine négociation, le client avait l’intention de porter plainte contre sa boîte, meeeerde…Il se leva, il avait les jambes qui tremblaient, se demanda ce qu’il allait faire. Il regarda les écrans désemparés, avant de décider d’aller enfin se reposer un peu dans le tube de sommeil. Un lit vertical en suspension, son corps hors du champ de gravité, il tomba dans le sommeil comme on meurt. Il ne se souvenait jamais de ses rêves. Il savait scientifiquement qu’il en faisait mais le THC les effaçait. A la place il tournoyait parfois des bribes de documentation, des dossiers, des scènes qu’il avait vues, comme cet homme et son rosier. Mais c’était trop bref et confus pour qu’il s’en souvienne beaucoup plus. Il se réveilla avec le sentiment de ne pas avoir assez dormi, il consulta sa montre, merde, il avait été absent du jeu 10h. C’est qu’il n’était pas le seul spécialiste, le seul contractant, une profession d’avenir même. Tueur de cœur, médecin, allez savoir. Qu’est-ce qu’il était le plus approprié comme terme, des fois il se le demandait. A les voir comme ça, ça n’était pas forcément évident. Ses écrans étaient en mode veille, il les secoua d’un coup de doigt. Il remarqua qu’il avait perdu dix contrats depuis l’affaire du rosier. Bordel…. Qu’est-ce qui avait bien pu se passer de si merveilleux dans la poitrine de ce type ? Il voulait savoir. Il voulait absolument. Il pensa aux conséquences. Son contrat n’était pas seulement signé au bas d’une page, il figurait au bas de son compte en banque, sa fiche de location, toute sa vie matérielle, autant dire sa vie tout entière. Tomber amoureux donnait des ailes paraît-il, ce type avait bien quitté son boulot… alors pourquoi pas. Il se prépara un mélange disons frabieux d’ocytocine concentré et de quelques dopants supplémentaires, éphédrine, endornorphine, nitrate d’amyle. Il se l’injecta directement dans le cœur. Le temps de trouver un objet maintenant un sujet, ça montrait doucement. Il connecta son fichier avec celles qu’il appelait sa réserve. Des cas intéressants de femmes, qui lui plaisait et auquel il avait renoncé par contrat. Il fixa son attention sur une série de photos, puis un texte se mit à dérouler, vitesse lumière. Ce fut soudain comme un sentiment de libération si violent qu’il en pleura et puis il en rit. Des soleils se mirent à danser devant ses yeux, il entendait le cri de ses enfants comme des clochettes merveilleuses, il pleura de rire en voyant sa femme dans les rayons qui brassaient à travers les feuilles de l’oranger, des roses rouge explosaient en mille papillons, de subtiles vertèbres d’un chant diagonal, le serpent à plume duveteuse du cœur dans ses boyaux qui montait, battait comme le gnawa, le djinn amghazit, ça tambourinait ça chagrinait, enfin la jouissance, enfin le monde qui s’équilibrait, enfin… enfin il touchait du doigt la vérité, et le monde, tout, lui semblait plus beau, il n’était plus seul. Il fixa son attention sur le nom du sujet, Illiana, il allait l’aimer et elle ne le connaissait même pas, il l’aimait…. Et le dossier indiquait qu’elle était déjà amoureuse, dossier traité le 6 juin 2085. Cela fit comme un silence en lui. Soudain il se sentit abandonné, maudit, tué de l‘intérieur. Fébrilement il recomposa un dossier programmant les candidates potentielles, son cœur s’enflamma à nouveau, elle s’appelait Elizabeth, parlait trois langues avec un accent distingué, prodigieusement intelligente et subtile, il visionna des vidéos, des photos, des fragments de dialogues sur ses réseaux, son cerveau totalement accaparé, son cœur obsédé, brûlé, comme si c’était pire à chaque fois. Il explosa en sanglots et se mit à chanter à tue-tête. « Je t’aime, je t’aiiiime ! » C’était trop violent, trop fort, il fallait qu’il la rejoigne. Il se leva d’un bond de son fauteuil et fonça droit vers sa porte, le cœur à cent à l’heure. Il n’était pas sorti d’ici depuis il ne savait combien de temps, mais ça n’avait aucune importance, il se sentait des ailes.

Il habitait un immeuble tordu avec des couloirs obliques orange et vert comme dans les hôpitaux, quelque part dans un appartement une chatte était en chaleur mais il ne fit pas attention à ses cris, il courait. Il courait à en perdre haleine jusqu’à la sortie.

Des flamboyances vaporeuses de tes charmes guitares

Ton sourire charmeur d’incendiaire tromperie

Ta lumière chaude et douce sous le miel de ta peau.

J’men fout des rimes mon Elisa bête.

Il s’arrêta brusquement à la porte pris d’une peur panique. Peur de se tromper, peur de la rencontrer, peur de l’aimer et pas d’être aimé en retour. Il faudrait, il faudrait pourtant, c’était une question de vie ou de mort, de vie ou de mort… Il resta un moment assis par terre, recroquevillé sur lui-même, avec cette question, cette balance qui oscillait en lui, la vie ou la mort, la réponse à toutes ses questions, ou rien. L’un dans l’autre il pourrait passer à autre chose, une autre page de sa vie, il connaîtrait autre chose que ses quatre murs et ses huit écrans, l’aventure. Enfin. Le grand large. Enfin. L’ailleurs, enfin… en faim….

Je t’inviterais à mon bal, mon astroport

Je te montrerais mes trésors

Je n’inventerais rien ni n’inviterais personne

Nu et délicat, attentif et passionné, je serais comme la soie sur du velours

Puis je m’évaporerais sous ton soleil ou nous pousserons le soyeux dans les vierges pédoncules de nos jouissances.

Alors enfin, enfin seulement, à l’ombre ou dans ta clarté, je serais délivré, Amen, ta fraise.

Il se leva, décidé, ouvrit la porte, mortellement décidé, la franchit et prit la direction du sud. Il était si occupé, si totalement ailleurs qu’il ne remarqua pas le véhicule qui venait à sa rencontre. Une Alpha jet dernière génération, 100 km/h en huit secondes, une tonne et demi de polymère déformable, son corps ne laissa qu’une légère bosse, avant de s’écraser sur la chaussée, comme percuté par un obus. L’amour est déraisonnable et la vie injuste, il mourut sans un mot de fin, ses yeux troubles fixant un point dans le ciel, vitesse de la lumière.