La France est jaune

A l’heure où j’écris Paris crame encore un peu sous la pluie. Un hôtel particulier pillé, des banques saccagées, des voitures de luxe retournées, plus de cent blessés et des forces de l’ordre à cours de gaz lacrymo, épuisées. Il est deux heures du matin et j’ai du mal à dormir. Ce gouvernement d’amateur totalement décalé de la réalité, ce président hors sol aux ordres des 1% qui ne trouve rien de plus que d’agiter ses poings mous et soyeux de banquier pour signifier sa désapprobation de jeune bourgeois. Ces manifestants protégeant la flamme du soldat inconnu pendant qu’autour d’eux on gaze en masse et avant même d’avoir vu le loup, ou cet autre gilet jaune sauvant un CRS du lynchage. Ce ministre de l’intérieur totalement dépassé, incapable de contenir la situation, d’autant incapable qu’il ne la comprend pas parce qu’il n’a pas voulu ou pu souscrire aux rapports alarmants de la DCRI. Quelque chose se fendille dans le joli plan voulu par les 1% et je me remets à espérer. Espérer de ce pays qui depuis quarante ans se fait rouler dans la farine par sa classe politique et par l’Europe marchande sans moufter, bouger plus qu’un cil. Se laissant diviser de tous les côtés, jeunes des quartiers populaires contre classe moyenne, femmes contre hommes, étudiants, personnel hospitalier, avocats contre les différents gouvernements et le reste de la France, syndicats contre syndicats. Tout ça pendant que les locuteurs du pouvoir d’Eric Zemmour à Jean Michel Apathie, en passant par Finkielkraut ou Levy, éditocrates de leur narcissisme, nous expliquent ce que nous devons penser sur un ton docte de professeur des écoles. Et continuent de le faire pendant qu’après la Réunion, on parle déjà de faire venir l’armée au secours des CRS, non sans avoir fait l’erreur magistrale de l’avoir insulté en début de mandat… Non je ne sais pas quoi penser non pas de ce qui se passe, cette insurrection ne cache pas ses intentions et seule la France d’en haut croit encore qu’il s’agit d’un mouvement qui va s’essouffler de lui-même (Noël approche voyons !). Mais de cet amateur qui prétend nous gouverner. Ce méprisant petit homme cintré dans son petit costume de technocrate au bras de sa vieille déboussolée qui pense encore tenir ce pays alors que pas un seul des mots qui soit jusqu’ici sorti de sa bouche n’a su apaiser la situation, bien au contraire. Sans parler du premier ministre, incapable de faire venir à sa table qui que ce soit de représentatif. Tout simplement parce qu’ils n’arrivent ni les uns ni les autres à comprendre qu’on ne veut même pas discuter avec eux, on veut qu’ils partent. Rien de plus. Qu’ils partent tous ! Dehors les clowns !

On ne veut plus de vous, petits autocrates, qui volez dans les ministères les biens de la République. On ne veut plus de vous les professionnels de la politiques, monarchiques petits potentats, si accrochés à leurs divers mandats que lorsque les journalistes viennent vous voir dans vos circonscriptions il est de coutume de dire que l’on vient sur « vos terres ». Dégagez les experts autoproclamés des plateaux des grandes écoutes, les Barbier, Duhamel, Ferry et autre va-nu-pieds des petits salons calfeutrés, l’estomac bien capitonné de petits fours, le cerveau gras de votre suffisance. Barrez-vous les milliardaires qui nous avez vendu à coup de sondages bidons qui l’Europe marchande, qui le roitelet, qui la médiocrité télévisuelle qui les réformes toujours plus restrictives à votre seul bénéfice. Mais avant de partir qu’on ouvre grand les comptes de Bercy parce que c’est par là qu’il va falloir commencer si on veut savoir où est parti et où part tout cet argent que vous nous voler à chaque secondes. Pas question de brûler les archives cette fois, vous ne nous ferez pas deux fois le coup de l’incendie du Crédit Lyonnais. Cassez-vous les syndicalistes aux ordres, les préfets et sous- préfets, généraux de pension qui vivez à nos crochets depuis des lustres. Arrachez-vous les marchands d’armes qui obligez nos armées à survivre avec des bouts de ficelle à coup de rétro commissions pendant qu’on blinde nos ennemis en matériel de pointe et qu’ils répandent la guerre partout où bon leur semble. Foutez le camp les Sarkozy, Le Pen, Wauquiez, Balkany, etc… smala de gangsters, professionnels de l’élection qui se croient systématiquement au-dessus des lois et encore une fois vivent à nos crochets avec ou sans mandat. Oui tirez-vous tous ! Ce n’est pas vous qui faites tourner ce pays, ce n’est pas vous qui retenez les centrales de ne pas péter à force de laisser-aller ministérielle d’une classe politique corrompue à l’os. Ce n’est pas vous qui sauvez des vies, dans les hôpitaux, chez les pompiers, protégez les biens et les personnes le tout aux prix de suicide en chaine. Ce n’est pas vous qui encaissez les marchandises ni les rangez dans les hypermarchés marmoréens des Mulliez et compagnie, ce n’est pas vous qui produisez notre nourriture ni ne la transportez au fin fond d’une France que vous avez mis sous la dépendance de vos autoroutes que nous avons construit avec nos mains et notre argent pour qu’aujourd’hui vous nous les fassiez payer à la gabelle de vos seuls intérêts. Ce n’est pas vous qui construisez à la main et à la machine les prisons dans lesquelles vous enfermez en masse la jeunesse populaire, veillant un peu plus chaque année à restreindre nos libertés au prix d’une sécurité illusoire, 130 morts au Bataclan, et ça par contre c’est bien à vous qu’on le doit. A vous tous ceux du pouvoir et de ses collaborateurs. C’est bien à Bernard Henri Levy et à l’escroc Sarkozy qu’on doit une guerre en Libye. Il n’y aurait jamais eu d’Aquarius, ni de marché aux esclaves aujourd’hui sans ces deux voyous. C’est bien à la politique du même Sarkozy l’Atlantiste aveugle et à celle de Hollande l’adorateur des assassinats ciblés qu’on doit de voir le sang couler sur notre sol, c’est eux qui ont amené la guerre dans notre pays, eux les terroristes, sinon par acte du moins en (in)conscience. Eux qui nous imposé la peur américaine depuis le 11 septembre, envoyé nos soldats dans nos rues comme un vulgaire pays du tiers monde comme pour mieux instiller la peur permanente dans nos veines. Et il était où Vigipirate le 13 novembre 2015, en quoi le dispositif a montré une seconde son efficacité. Ca n’a pas empêché d’imposer depuis l’état d’urgence quasiment constitutionnellement en attendant que Daesh trouve une nouvelle fois une parade ou bien qu’on invente un nouvel attentat pour nous faire rendre le gilet… Et pourquoi pas ? Castaner n’a-t-il pas déjà brandi des menaces imaginaires en espérant que son story telling prenne ? Jusqu’où ce gouvernement de baltringue est-il capable d’aller pour conserver ce pouvoir illégitime qui est le sien. Car comment le qualifier autrement ce pouvoir face à une abstention massive lors des élections, face au rouleau compresseur médiatique qui un an durant s’est ingénié à nous vendre le roitelet comme une nouvelle lessive super moderne. Lui qui ne représente en réalité qu’un vieux monde corrompu. Toujours le même depuis 40 ans.

J’ai 54 ans, je touche l’allocation adulte handicapé, soit 856 euros plus 250 euros d’APL, total 1100 euros auquel il faut déduire 485 euros de loyer, ce qui veut dire qu’en théorie je vis avec 600 euros par mois. J’ai de la chance je n’ai pas d’enfant, seulement deux chats. Hélas je vis dans une passoire thermique et je suis au tout électrique. En hiver ma note d’électricité monte parfois jusqu’à 60 euros mensuel, auquel on ajoutera 40 euros de mutuelle, et l’électricité n’a pas encore été augmentée comme le prévoit ce gouvernement de crevards. Je n’ai pas la télévision et je ne paye pas d’impôt sauf la TVA, je suis fumeur (du moins quand j’ai encore de l’argent) mais à nouveau ce n’est que partie remise puisque ce même gouvernement qui n’en a jamais assez prévoit bientôt de taxer les appareils multimédias, donc mon ordinateur qui est aujourd’hui ma seule source de loisir. Je ne suis pas parti en vacance depuis 1999, date de mon burn-out, j’ai été hospitalisé en psychiatrie dans des conditions souvent effroyables huit fois (je suis bipolaire) et en 20 ans j’ai réussi à me retrouver à la rue trois ans durant alors que j’avais la quarantaine. Depuis 1999 j’ai été successivement sondeur par téléphone, serveur, réceptionniste, j’ai passé un CAP de cuisine, et donc cuisinier trois ans durant avant d’en avoir marre de me faire exploiter pour un salaire à peine plus élevé que mon allocation. J’ai même tenté de monter mon entreprise avant de me faire littéralement racketter par l’URSSAF et le RSI. Tout ça pour dire que je comprends parfaitement les revendications des gilets jaunes et que je les partage d’autant que depuis des années je regarde ce pays se faire enfumer sans réagir, à mon grand désespoir. Un tel désespoir à dire vrai que peu à peu je me suis fermé à ce pays, et j’ai cessé de m’intéresser à ses revendications sachant qu’il s’était laissé, année après année, dépouiller non seulement de tous ses droits mais de tous ses moyens de lutte. Or s’il est parfaitement contreproductif de tout péter il est parfaitement sain et compréhensible de laisser aller sa colère et la colère est immense dans ce pays, plus encore que la dernière manifestation le laisse entendre. D’autant qu’il y a fort à parier que ce qui s’est passé hier ne soit réellement le fait des gilets mais sans doute de casseurs trop contents de profiter de la situation, dont parmi eux probablement des policiers en civil venus jouer les agents provocateurs, comme à chaque manif qui tourne mal. Oui la colère est immense et ce gouvernement fantoche tente de la fractionner en petits morceaux de ressentiments sans conséquence. Ils vont lourdement s’appuyer sur les derniers événements avec BFM TV et son orchestre de propagandistes d’état en soutien musicale. Mais moi tout ce que je souhaite c’est que ça ne change rien et qu’on vire cet amateur qui prétend nous gouverner. C’est à lui qu’on doit le feu ce samedi en réalité, à lui et à lui seul, à lui et à son mépris perpétuellement renouvelé. Comment par exemple en pleine crise on peut penser à faire des dépenses de décorations pour occuper l’ennui de la vieille qu’il a épousé. Comment peut-on ne pas rentrer d’urgence du G20 alors que depuis deux semaines ce pays vrombi de colère. Comment même peut-on laisser un novice comme Castaner occuper le poste qu’il occupe alors qu’il est évident que ce qui brille chez lui ce n’est pas son intelligence mais son opportunisme. Peut-être que ces réponses se trouvaient dans le coffre-fort de Benalla le mignon du roitelet, on ne le saura sans doute jamais puisque sur ce sujet comme des centaines d’autre ce qui caractérise la Macronie c’est l’injustice. La France est jaune Macron, prépare tes bagages.

Colère

La détestation unilatérale des infrastructures chimiques de la langue démolit d’un coup de point, pas d’exclamation, la foule molle des vendredi soirs qui m’observent comme un limaçon chinois, méfiant et jaune. Je leurs hurle dessus et ils ne disent rien, ils ne comprennent pas ou par bribes, le poème que je leur sers en soupe. Des chiens. Des chiens à leur maman debout derrière leurs télévisions qui passent comme des mégots dans le vent et je les ignore moi aussi, qui puis-je s’ils sont bêtes qui puis-je s’ils vachettent dans la croupissante médiocrité de leurs alinéas, leurs crédits, leurs assurances, leurs plans retraite, comme si la retraite n’avait pas déjà sonné pour eux depuis l’enfance ! Taïaut de nos rêves faisons des maisons ! Des télés, des émissions… Ils adorent ça les émissions, se regarder parler…. Regarder les autres, pour se dire, nous on n’est pas pareil mais on aimerait bien. On aimerait bien être comme Lolita Panpancucul la princesse reality chaudasse, avoir des gros seins et aller partout avec ses gros seins comme deux ambassadeurs spéciale porno. Mais on n’est pas comme Madame Michu, oh non ! Qui vient raconter sa petite vie de misère à la télévision, ah non ! Nous on est mieux ! Oui mais je m’en fous moi qui les garde leur plastique savant à leur maman, tatouage ethnique et tout le toutim, qu’ils se le caroufaillent où je pense leur Apollon spongiforme bovin, les problèmes spicologiques de Madame Bidule, et toute leur modernitude ! Qu’est-ce que tu veux que ça me fasse à moi que leur siècle il calanche dans les toupies, que ça roule en rond à ras, de les voir clapoter comme des rongeurs sur leurs claviers partout où ils sont comme s’ils étaient tous ministres de quelque chose. Comment veux-tu que ça m’intéresse moi leur litté-rature à gros pied qui raconte jamais rien mais qui le raconte rondement. Leurs philosophes du sophisme et de la litote en collier. Il y a rien. Il n’y a plus rien, ou presque et ce qui reste ça s’en va par petit bout et tout ce qu’on peut espérer c’est que ça va pas partir trop vite en couille. Mais le veau il comprend pas, il continue, on lui a dit de continuer alors il continue. Et il me regarde lui aboyer dessus et il a peur, je la lis sa peur dans ses petits yeux éteints d’aveuglé-sourd. Il a peur de quoi ? De ce que je lui renvoie évidemment, suis-je fou ? Comment ? Je l’insulte lui ! Oui toi ! Non toi ! Alors il prend son petit portable rassurant, son organe en plastique, il appelle les gentils flics rassurants dans leur tenue de ninja de la mort qui vont m’embarquer c’est sûr. Ils me feront taire, c’est sûr, on entendra plus le son de ma voix, mais dans la tête je ne me tairais plus jamais, et chaque fois qu’ils me demanderont je leur dirais. Je leur dirais ma fièvre gigantesque, ma fureur rocambolesque, ma colère faramineuse contre leur monde de ras de terre, leurs absences, leur néant, leur océan de néant sur lequel ils naviguent à vue, mais sous l’œil attentif des caméras ! dis-je en pointant théâtralement la caméra au-dessus de la galerie. Oui ! Et qui donc est derrière cette caméra ? Quel lambda est en train de me regarder là ? OUI ! Un veau lève la tête, il sourit je l’intéresse, oh mon frère, oui toi aussi regarde sainte caméra, elle nous observe c’est pour notre bien. Le veau sourit, je l’amuse… Et voilà les pandores qui m’assaillent, vos papiers s’il vous plaît, à qui vous parlez ainsi monsieur, mais à vous monsieur, à vous lui dis-je, et à lui aussi, s’il veut bien, à n’importe qui qu’est-ce que vous voulez que ça me foute ! Ils s’exaspèrent, ils sont en bande, ils aiment ça être en bande c’est grégaire chez eux. Taisez-vous monsieur, voyez ce que je vous avais dit ? Ils veulent tous qu’on se taise toujours, ils ne veulent pas entendre, surtout si ça les nomme qu’ils soient civils ou poulets, taisez-vous ou on vous embarque et pourquoi donc ? Pour outrage, pour rébellion non même pas pour désordre sur la voie publique, exactement ! La vérité ils appellent ça le désordre. Contrevenant de la parole assassinée par l’administrative précision du verbe, échappée de la diction dans une envolée subite de mots je rap et dérape sur le sens textuel de cette engueulade mystique, j’explose comme une bonbonne de boulons terroristes, je glisse sur leur sens et échappe à leur entendement cafouilleux. L’œil glauque d’incompréhension marabouté le veau nous contemple moi et mes nouveaux amis qui font allo papa tango Pancho Villa il faut qu’on y aille quoi ! Le touriste sourit il n’y entend rien, on le traite de con et il brebis c’est sa nouvelle théorie à lui, il est positif, et tous les jours il remet ça ici ou ailleurs, en se levant le matin, oui dès le levé je vous dis ! Touriste dans l’âme même chez lui entre sa cuisine et ses chiottes, qu’il allume sa radio pour entendre je ne sais quel amuseur l’amuser, et pendant que ça cramera il continuera de rigoler parce que qu’est-ce qu’on y peut hein si tout nous dépasse ? Ah je hais les touristes, je les exècre, je préfère ne jamais voyager plutôt que d’en croiser… Mais on en croise toujours n’est-ce-pas ?… Il n’y a que ça des touristes dans la rue n’est-ce-pas… des touristes qui se glissent sous les écrans de télé anonymes sous l’œil d’autres touristes, et des caméras, des caméras partout, des gens qui parlent partout mais qui ne disent jamais rien. Qui n’entendent jamais rien. Qui ne voient jamais rien et les pandores qui me disent encore de me taire, bien entendu, alors je me tais, dans mon silence je hurle, mais je me tais, ils sont satisfaits, je respire, ils respirent, et les veaux passent. Le silence est d’or et la parole d’argent disent-ils alors qu’il s’agit moins de valeur que de poids, mon silence est écrasant, c’est un silence avant le bombardement, ou après, c’est selon, mon silence est une tombe dans laquelle ils sombreront tous, mon silence est une faille temporelle qui n’a d’importance que pour le monde, je peux rester silencieux jusqu’à la fin des temps si je veux, devenir un autiste faramineux pour leur cracher mon mépris. Mon silence est une bombe à retardement. AH VOILA MON CAROSSE ! je hurle sous les yeux esbaudis du spectateur, mesdames, messieurs le spectacle est fini, le locuteur est infirmé par la loi et l’ordre même s’il n’y a de désordre que dans vos têtes. Je me carapate au fond du fourgon, je porte de ces ravissants bracelets qu’affectionnent les repris de justesse, en route cocher, les poulets rigolent dis donc ! Ça va monsieur qu’ils me disent ces bougres, voilà qu’ils pactisent, ils ont fait leur devoir les satanés, sont contents, alors maintenant donc, on pactise. Mais queue nenni messieurs, pas de ça avec moi, pas de ça entre nous ! Je revendique ma position de contrevenant, j’exige qu’on me traite comme un prisonnier de la loi, outrage-à-la-voie-publique que sais-je, et non pas comme un singe des rues, punk à chien, d’ailleurs j’ai même pas de chien ! Et je ne suis pas punk, que toutes les divinités de l’Himalaya m’en préservent. Je vous l’outre bien votre voie publique, je la conchie par tous mes trous même ! Je lui ordonne de s’effacer devant moi, se plier, disparaître, je suis debout moi, ô homme en bois de la loi si j’y suis, je suis vertical, je me dresse, je disperse, j’esbaudis, j’éclate, j’esclandre le passant qui passe, le veau heureux. Taisez-vous qu’ils me disent encore, on entend que vous, je parle au-devant moi-même, d’une voix basse comme un roulis, et ce roulis est un grondement qui va et vient comme un orage lointain. Que celui-ci plus jamais il ne se taise, j’ai trop attendu, trop espérer d’eux, en vain, pour éteindre l’incendie qui me dévore. J’enrage, j’empeste la colère d’un coloris incompris, je me fonds dans la masse du silence et je gronde comme un savant fou pris d’injonction mathématique, j’explore mes tréfonds à la recherche d’une pensée subjective, la gloire au doré de mes idées fabuleuses, la viande pour seul remerciement je range mes habitudes dans le ciment, je sculpte la canopée d’un sentiment et je caracole sur mes idées, vois le flic qui me gribouille d’arrêter encore, qu’est-ce que je marmonne encore, mais rien monsieur le poulet, rien, comment vous expliquerais-je le sémaphore vous qui n’entendez rien sinon le romain des vulgaires, des caméras en glaire, et du glaive cartographié. Du quoi ? Du rien, ce n’est pas grave si ça glisse ce n’est pas fait pour être retenu par les instances, je ne discours pas moi, je vole, je beugle, on me crois là et je suis déjà ailleurs, je passerais à la télé que j’imprimerais pas la rétine, je l’exploserais moi le spectateur, il en ferait dans son calcif ! Ça flasherait du bénard ! Ça cramerait son pneu dans le fond du canapé Ikéa mon colon ! Voilà ce qui se passerait si moi j’y gagnais à leur loto du pauvre ! Mais ça n’arrivera pas, pourquoi que j’irais ? Pour leur faire du spectacle ? Encore un autre ? Encore une nouvelle petite friandise, un nouveau divertissement pour leurs oreilles endormies ? Leurs yeux chiasseux, leur liberté d’entreprendre… Que foutre je ne suis pas une banque ! Je me produis où je veux et parfaitement oui, même, dans le silence supposé de mon esprit car ma fureur est infinie et plus jamais je ne cesserais de vous gueuler mon dégoût. Mon dégoût des femmes, des hommes, mon dégoût de l’amour, mon dégoût des chiens, ces fidèles suiveurs de la bêtise humaine, mon dégoût lunaire de la vitupérance des gastronomes, des imbéciles, des touristes, oui encore des toutristes, chinois désespérés, cannibales de mon sommeil, folâtres imbéciles en camaïeux écossais dans les jupes incendiaires de leurs mères. Ah, ah ça vous n’y comprenez rien amis de la maréchaussée ! Voyez que vous n’y comprenez rien voilà que vous m’emmenez chez les fous, on va vous faire examiner monsieur qu’ils me disent, vous n’êtes pas saoul monsieur ? Lampiste va ! Non je ne suis pas saoul monsieur ! Je ne suis jamais saoul monsieur et c’est bien le problème, votre monde m’attriste, c’est un flanc qui s’écroule sans un bruit, c’est une chasse d’eau en noir et blanc dans un film tchèque de 1968, c’est un détail à peine perceptible qui s’étiole dans le firmament comme une vieille étoile fatiguée. Mais qui gueule, il gueule de toute ses forces son néant faramineux. Il gueule ses hurlements et que ça redonde ça le gène pas, il gueule et ça fait écho à ce qu’il se dit, c’est-à-dire rien. Et voilà qu’ils me font souffler dans leur machin, voyez que je leur dis, jamais saoul le garçon, c’est pas possible, plus possible, jamais plus je me laisserais convaincre d’ivresse dans ce monde approximatif de putain tatouée, de Barbie bafouée, de chien enragé, ce monde au firmament de son rien qui se regarde les pieds et se dit que c’est bien, oh quel pied ! Je suis électronique, je suis automatique, j’ai internet ! Partout où je vais je peux regarder mon présentateur préféré, il me parle, c’est mon ami, il m’invite à sa table, je le regarde manger en l’écoutant évoquer sa réussite. J’écoute ses invités qui sont aussi comme des amis pour moi, parler d’eux, et je suis avec eux, je suis heureux d’écouter des gens qui réussissent, ça me change de moi, Marcel, Maurice, dieu sait les noms que les gens se donnent de nos jours. Et maintenant moi je vais être au spectacle car voilà le psychiatre. Bonjour qu’il me dit, Monsieur à qui parlez-vous ? Je répète que je dis, c’est rien que j’explique, c’est pas pour vous c’est pour la galerie, quelle galerie ? La galerie imaginaire cette question, celle qu’on a tous dans la tête mon ami, ah oui mais encore me fait le docteur, vous entendez des voix c’est ça ? Et vous ? J’ai presque envie de lui demander mais soudain je me tais, je tais ma gorge mais pas le hurlement qui vrombit dans mon cerveau comme un essaim de bombardiers sauvages et rouges, pas cette poésie subtile et assassine qui me dévore depuis que j’ai dit non. Il me scrute, me demande à nouveau si j’entends des gens dans ma tête, je n’en peux plus, ça déborde. Je voulais faire silence, mais la canonnade a vaincu mes dents. Bullet time ! Non crétin des Alpes Suez je n’entends pas des gens me parler secrètement dans ma tête, non je ne suis pas fou au point de ne pas croire que ce sont mes propres pensées qui m’assaillent, que ce torrent ne vient pas de quelque part et non pas des entrelacs complexes de votre médecine de charlatan, que ce chatoiement je ne le doit à personne d’autre qu’à moi-même et que ce moi-même est d’infini autre moi-même, de rencontres, de voyages, d’univers auxquels je n’ai jamais eu accès que par la formidable abondance de mon imagination flamboyante. C’est le petit bateau qui te fait aller sur la Mer de Chine si tu veux, vois-tu, l’imagination, ô vil pandore de la tête ! ô cafard médical ! C’est l’avion des départs improbables, c’est la poésie de la géométrie variable, c’est la conjuration, disons-le, des imbéciles l’imagination, et voilà ce à quoi derrière tes alinéas mon régal tu n’auras jamais droit. Toi et tous tes cafouillis à base de maux savants, m-a-u-x mon salaud et de mots aussi si tu veux, peu m’importe ta coercition après tout, peu me chaud ton analyse à mon sujet ou à celui des autres, tu me trouves bien agité dis-tu du haut de ta sommité, tu vas me prescrire, une nuit ou deux au calme me fera le plus grand bien. Mais moi je veux pas être calme ! Je veux du bruit, de la fureur, je ne veux plus renoncer, plus jamais ! Et je sais pourtant que c’est toi qui va gagner, que mon combat est perdu d’avance car tu n’entends rien, tu es sourd, ton esprit borné à quelques définitions, limité par les gazouillis morbides de quelques spécialistes lointains, tu as appris la folie, tu ne l’as jamais vécue. D’elle tu n’en connais que les contours flous, elle te fait signe comme tu dis dans ton vocable précieux mais jamais sens car elle n’en a aucun dis-tu. C’est sa définition n’est-ce pas….sombre enluminure d’un codex mal foutu, décorum, spécialiste en rien ou en cachet, éteins-moi si tu veux le crachoir mais tu ne tueras point le feu en moi. Tu ne peux plus rien contre lui. Quel incendie ? Me demandes-tu, mais celui qui me dévore l’âme sombre crétin à crédit, vers de terre sous sédatif, limace assermentée ! Cette même fièvre qui t’es interdite par ce que tu appelles ta raison ! Mais moi je ne me tairais plus jamais ! Même sous cachet bleu, rose, jaune ! Plus jamais je laisserais de côté mon courroux de ce monde de présentateur vedette, de chemise bariolée, de faux et d’usage de faux à toutes heures ! Ce monde où on rote son Mac Do en prenant des nouvelles de la dernière boucherie en vogue sur son Nie-Phone ! Contre le monde ? me coupe le réducteur de crâne, oui contre le monde ! Et qu’est-ce qu’il vous a fait s’enquit le docte. Il me laisse en tête à tête avec des ahuris de votre espèce pour commencer le monde. Il m’oblige à converser avec le vulgaire et l’incomprenant. Vous êtes donc un incompris, croit saisir la blouse blanche, mais nous sommes tous des incompris mon vieux, le monde entier, m’assure-t-il avec un sourire de voleur de voitures. Mais de quoi il me parle l’acrobate !? Mais comment ose-t-il se comparer lui, l’encarté médical, la putain des laboratoires et des plans santé, à moi qui suis magnifique en tout et n’ai jamais fait de compromis en rien ! Comment peut-il affirmer qu’il ne comprend pas ce monde et qu’il en est incompris alors que tout dans son être, dans sa présence respire l’être auto suffisant, assuré d’être bien ancré les deux pieds dans sa bonne société qu’il chérit, là où moi je la traine plus bas que terre. Je n’en veux pas de votre monde virtuel, de votre technologie fallacieuse, de vos escroqueries en HD, je n’en veux pas de vos réducteurs de têtes de la psychologie pour les nuls brevetée cachets, vos caméras à chaque coin de rue au cas où Ben Laden aurait appris la natation, de tout ce satané vent dont vous remplissez vos âmes étriquées ! Et ça rentre pas bien quand même tellement vous êtes tout petits alors ça siffle ! Ça couine, ça hurle que vous êtes pas bien quand même, que ça vous remplit pas tous ces trucs que vous vous payer avec les sous-sous du bon salaire, toutes ces petites histoires formidables qu’on vous raconte à la télé, toutes celles que vous lisez dans vos magazines en papier glacé que ça serait du papier bible ça serait la même ! Il n’y a que ça des histoires de nos jours, plein les rues, pleins les télévisions, plein les magazines, et des gens qui donnent leur avis sur tout. Des spécialistes on appelle ça… des experts. Dûment répertoriés au Grand Livre des experts, tout comme le benêt en face de moi, un expert aussi, avec la médaille et tout du meilleur apprenant, le diplôme, parfois même des diplômes ! Délivrez un diplôme à un imbécile et vous en ferez un expert. Et maintenant voilà les infirmiers, c’est quoi un infirmier ? C’est un mec qui a tout raté alors il a décidé de s’occuper des autres. Des flics en blanc. Ils rigolent, mais non que dit un autre, on n’est pas des flics, on est là pour vous aider. M’aider ! Moi ! Eux ! Eux alors que rien qu’à les regarder je vois que toute la bêtise du monde les a déjà contaminés, des flics je vous dis, avec à la place du bâton un cachet, et une cellule plus propre aussi, je peux en témoigner. Vous avez déjà été en cellule me demande le pandore de la pensée, évidemment que j’y ai été lui hurle je, il rigole, il est au spectacle lui aussi. C’est que je gueule plus d’hier moi monsieur, c’est terminé depuis un moment le silence, oui monsieur, et ils ont pas toujours pensé que j’étais dingue voyez-vous ! C’est que ça fait peur un mec qui gueule autre chose que je veux des sous ou à bas machin. Moi je m’en fous de machin ou de truc, je me suis absout de votre monde, je m’en écarte dès qu’il veut faire la paix ou m’intéresser, je le méprise, c’est tout ce qu’il mérite. Et voilà le cachet, j’en veux, j’en veux pas ? On ne me demande pas mon avis, et si je résiste on me le collera de force ! C’est la médecine moderne on vous dit ! C’est pour votre bien on vous dit ! On vous demande pas si vous avez des allergies contre ça, s’il y a des contre-indications, hop, de force, pour votre bien puisque on vous le dit, même si on ignore complètement quel peut être votre mal. D’ailleurs on s’en fiche. Vous gueulez c’est que vous êtes mal, que vous êtes exalté, qu’il n’y a aucune raison voyons de gueuler comme ça, que ce n’est pas un comportement d’avoir des emportements fantastiques comme ça, c’est pas un scandale mais c’est tout presque et si ça va trop vite on vous le dit hein ! Bande de cons ! Ça va allez mieux après ça qu’ils m’assurent en me laissant seul dans la pièce. Ça raisonne bien là-dedans ça va être un opéra de gueuler là-dedans, on va m’entendre jusqu’en Chine je vous le dis, et si on m’entend pas on devrait ! C’est que j’ai des choses à dire moi, des échappées lyriques, des envolées cosmiques, c’est que ma colère elle est pas ras de terre elle, c’est pas juste votre connerie qui m’afflige, encore ça votre connerie c’est presque du spectacle, c’est la manifestation, pas la cause… La cause profonde de cette bêtise incommensurable de mes contemporains ! Leur médiocrité, la voilà la cause ! Leur fabuleuse médiocrité, leur complète absence de curiosité, leur suffisance, la singularité époustouflante de leur ahurissement devant tout, et cette capacité non moins ahurissante à faire un scandale d’un rien, de se faire des procès aussi, c’est la nouvelle mode ça, se faire des procès parce que totor a dit du mal des bidules ou des machins. Qu’il ne faut plus rien dire de nos jours ou sinon cacheton, police, bâton, caméra, ou alors tu le gueules sur internet, ouais mille cinq cent connards m’ont vu, quel pied, mais moi qu’est-ce que tu veux que ça me foute de passer sur Youtube qu’ils m’entendent gueuler, qu’est-ce qu’ils y comprennent à ce genre d’engueulade ? Encore un autre gazouillis, encore une sucrerie, oh oui ! oh oui ! Alors je préfère beugler chez les fous moi, j’en ai rien à foutre de qui m’écoute ou pas tellement vous me dégoutez tous ! Oui tous, je n’en rétrocède aucun de mon décompte, ni ceux qui m’ont mis au monde, ces pauvres perdus, ni ceux que je connais, pour mon malheur, tous les inconnus qui cessent brièvement de l’être et croisent un jour votre vie pour rien sinon y déposer leur petite misère, et tous les autres, les touristes, les nains, les sans colonne vertébrale, il y en a tellement ! Tellement qui se plient à ce qu’on leur a défini comme la norme, qui ne se posent plus de question s’ils s’en n’ont jamais posé. Tellement de vers de terre qui s’imaginent debout et qui s’étonnent qu’un seul coup de talon les sabre en deux ! A la première erreur ils tombent, se ramassent et on les retrouve ici ou ailleurs à geindre que ce n’est pas juste ! Qu’ils ne sont pas comme ça ! Qu’ils sont normaux eux que c’est une erreur, de la justice, de la médecine, que sais je ! Mais pas moi ! Ah non ! Je revendique mon statut de repris de justice, outrage à qui tu veux, je clame haut et fort que je suis fou, j’assume tout, si ça peut vous faire plaisir. Si ça peut complaire votre société dans la satisfaction qu’elle a d’elle-même, mieux, si ça peut vous rassurer l’intime que vous vous ne l’êtes pas tous. Oui tous ! Tous aliénés par vos écrans, vos médications recommandés dans les magazines, vos discutassions interminables par claviers interposés, votre positivisme, vos stars, votre besoin affamé de bonheur comme une sucrerie acide qui vous ronge les lèvres, et même pas son besoin direct d’ailleurs. Vous ne cherchez jamais à vous rendre heureux en plus, non ! Ô monde de désespoir, c’est la poursuite du bonheur qui vous passionne, c’est qu’on vous le promette encore et encore, exactement comme une drogue. Exactement comme vos cachets, vos emballages savants, votre CAC40, vos marchés, vos bananes, vos voitures, vos femmes, vos livres, votre culture en général, vos films, n’importe quoi que propose cette société c’est du bonheur en boite, pour demain, à garder dans sa cave sans doute, quand ça ira pire. Quand ça ira pire on regardera des magazines d’en temps et on dira à ce qu’elle avait la belle vie Lolita Panpancucul sur son yacht de 300 mètres de long. Quand ça ira pire nos enfants croiront que les pingouins savaient danser et chanter parce qu’on aura retrouvé un vieux Disney. Quand ça ira pire, parce que c’est ce qu’ils font toujours, on les paye pour ça, les journalistes, ces courbettes ambulantes, nous dirons que ça peut aller encore plus pire. Et le pire, c’est que quand ça ira pire, la seule chose que vous vous direz c’est, demain peut-être, demain on sera heureux peut-être, le bonheur avec la voiture et la télé, le pavillon… quelqu’un va trouver quelque chose, un sauveur va venir, et n’importe quel connard pourra le faire vous voterez pour lui à deux mains. Si vous avez encore deux mains… si le vote existe toujours, si toute cette société existe toujours quand le pire va se pointer. Mais peu importe qu’il se pointe ou pas, je m’en tape après tout, je ne suis pas prophète, tout à une fin j’imagine. Je m’étiole, je m’absente, c’est le cachet qu’ils m’ont donné ces gougnafiers, je dérape sur le fil de mes idées et la colère qui ne s’évapore pas, je la sens incandescente couver au cœur de mon ventre. La rage reste elle, tant pis pour mes pensées, tant pis pour mes paroles, je sais la suite, j’ai déjà vécu hélas, la colère est saine mais elle est mal vécu, le peureux est nombreux, il est masse même. Je vais m’éteindre peu à peu en moi, même ma colère va s’engourdir. Mais demain ça ira mieux. Demain ça ira mieux….

L’Enfer (extrait 2)

Colère

La détestation unilatérale des infrastructures chimiques de la langue démolit d’un coup de point, pas d’exclamation, la foule molle des vendredi soirs qui m’observe comme un limaçon chinois, méfiant et jaune. Je leurs hurle dessus et ils ne disent rien, ils ne comprennent pas ou par bribes, le poème que je leur sers en soupe. Des chiens. Des chiens à leur maman debout derrière leurs télévisions qui passent comme des mégots dans le vent et je les ignore moi aussi, qui puis-je s’ils sont bêtes qui puis-je s’ils vachettent dans la croupissante médiocrité de leurs alinéas, leurs crédits, leurs assurances, leurs plans retraite, comme si la retraite n’avait pas déjà sonné pour eux depuis l’enfance ! Taïaut de nos rêves faisons des maisons ! Des télés, des émissions… Ils adorent ça les émissions, se regarder parler…. Regarder les autres, pour se dire, nous on n’est pas pareil mais on aimerait bien. On aimerait bien être comme Lolita Panpancucul la princesse reality chaudasse, avoir des gros seins et aller partout avec ses gros seins comme deux ambassadeurs spéciale porno. Mais on n’est pas comme Madame Michu, oh non ! Qui vient raconter sa petite vie de misère à la télévision, ah non ! Nous on est mieux ! Oui mais je m’en fous moi qui les garde leur plastique savant à leur maman, tatouage ethnique et tout le toutim, qu’ils se le caroufaillent où je pense leur Apollon spongiforme bovin, les problèmes spicologiques de Madame Bidule, et toute leur modernitude ! Qu’est-ce que tu veux que ça me fasse à moi que leur siècle il calanche dans les toupies, que ça roule en rond à ras, de les voir clapoter comme des rongeurs sur leurs claviers partout où ils sont comme s’ils étaient tous ministres de quelque chose. Comment veux-tu que ça m’intéresse moi leur litté-rature à gros pied qui raconte jamais rien mais qui le raconte rondement. Leurs philosophes du sophisme et de la litote en collier. Il y a rien. Il n’y a plus rien, ou presque et ce qui reste ça s’en va par petit bout et tout ce qu’on peut espérer c’est que ça va pas partir trop vite en couille. Mais le veau il comprend pas, il continue, on lui a dit de continuer alors il continue. Et il me regarde lui aboyer dessus et il a peur, je la lis sa peur dans ses petits yeux éteints d’aveuglé-sourd. Il a peur de quoi ? De ce que je lui renvoie évidemment, suis-je fou ? Comment ? Je l’insulte lui ! Oui toi ! Non toi ! Alors il prend son petit portable rassurant, son organe en plastique, il appelle les gentils flics rassurants dans leur tenue de ninja de la mort qui vont m’embarquer c’est sûr. Ils me feront taire, c’est sûr, on entendra plus le son de ma voix, mais dans la tête je ne me tairais plus jamais, et chaque fois qu’ils me demanderont je leur dirais. Je leur dirais ma fièvre gigantesque, ma fureur rocambolesque, ma colère faramineuse contre leur monde de ras de terre, leurs absences, leur néant, leur océan de néant sur lequel ils naviguent à vue, mais sous l’œil attentif des caméras ! dis-je en pointant théâtralement la caméra au-dessus de la galerie. Oui ! Et qui donc est derrière cette caméra ? Quel lambda est en train de me regarder là ? OUI ! Un veau lève la tête, il sourit je l’intéresse, oh mon frère, oui toi aussi regarde sainte caméra, elle nous observe c’est pour notre bien. Le veau sourit, je l’amuse… Et voilà les pandores qui m’assaillent, vos papiers s’il vous plaît, à qui vous parlez ainsi monsieur, mais à vous monsieur, à vous lui dis-je, et à lui aussi, s’il veut bien, à n’importe qui qu’est-ce que vous voulez que ça me foute ! Ils s’exaspèrent, ils sont en bande, ils aiment ça être en bande c’est grégaire chez eux. Taisez-vous monsieur, voyez ce que je vous avais dit ? Ils veulent tous qu’on se taise toujours, ils ne veulent pas entendre, surtout si ça les nomme qu’ils soient civils ou poulets, taisez-vous ou on vous embarque et pourquoi donc ? Pour outrage, pour rébellion non même pas pour désordre sur la voie publique, exactement ! La vérité ils appellent ça le désordre.