la violence du désespoir

Ils ont cru à leur chance, ils l’espèrent toujours, ils partent en vacance ou en boite faire la fête avec leur maitresse, c’était fait, plié, les Gilets Jaunes ne mobilisaient plus rien, on allait pouvoir repartir comme en 40, ah non pas 40, En marche en 40 ça avait une autre couleur, faudrait surtout pas qu’on confonde. Alors comme en 2017, avec le super président qui parade avec ses « intellectuels » après avoir fait sauter le fusible préfet de Paris, lui qui prétendait dans l’affaire Benalla que ce n’était pas la présidence des fusibles justement, c’est ballot. Moralité Benalla est mieux protégé qu’un préfet, lui que Macron voulait justement comme préfet. C’est fou cet aveuglement. Cette cécité constante du pouvoir actuel quel que soit le sujet, l’affaire d’été s’est transformée en affaire d’état, la colère d’une poignée s’est transformée en raz de marée. Ils n’ont pas compris qu’ils avaient laissé s’ouvrir une boite de Pandore avec les Gilets Jaunes et que ce n’était pas quelques froncements de sourcils qui allaient y changer quoi que ce soit. Ni les gaz, ni les mains arrachées, les yeux crevés, ni les morts. Rien ne retient cette volonté qu’ils ne comprennent pas et qu’aucune de leurs foutues écoles ne leur a jamais appris à connaitre. Comment le pourraient-ils, pas un des conseillers, ministres ou président n’a jamais crevé de faim à la mi mois, à bouffer des pâtes à la margarine et à quémander du tabac dans la rue faute d’avoir des sous pour son cancer. Ni ressenti la rage et l’abnégation que cela force. Quant à la rue n’en parlons même pas, c’est tout au plus un lieu où les riens se regroupent devant les soupes populaires, et comme il y en a toujours eut, que le libéralisme thatchérien de Macron accepte les inégalités comme on accepte les dégâts collatéraux, ça risque pas de changer. Pas un, en dehors de la sphère stricte de leur communication, n’a jamais trainé dans un rade d’ouvriers à taper le carton ou picoler, n’a parlé à une caissière, n’a mis les mains dans le cambouis comme une infirmière dans une maison de vieux. Ils ont les mains blanches ces gens-là, lisses, des mains pour palper, serrer d’autres mains, et rien de plus. Alors qu’est-ce qu’ils peuvent comprendre capitonnés derrière leur morgue ? Hélas pas grand-chose, et hélas en face on s’obstine. Pire maintenant on casse sans complexe, on casse des symboles, on brûle un restau chic, des boutiques de marque, et le résident anone qu’on s’attaque là à la République. Propos d’acculé si j’ose dire, la République a bon dos mais elle n’a strictement rien à voir avec Hugo Boss. Ni surtout avec la Macronie et à son régime yaourt à la merde.

La République n’est pas une start-up, ce n’est pas non plus une entreprise et un peuple n’est pas une bande d’employés. La République c’est un projet commun, une cause qui est censé faire cohésion puisqu’elle concerne tout le monde cette chose publique. La République surtout c’est un machin fragile qu’il ne faut pas user de mots au risque de l’affadir aux yeux de tous.

L’ennui là-dedans c’est que la même cécité occupe les Gilets Jaunes à leur façon. La même illusion sur le fait qu’ils vont gagner le match, la même obstination en dépit de tout, et les invariables même revendications depuis 18 semaines pendant que les médias, aussi aveugles que les autres, tous les autres, le nez sur la corde de leur donneur d’ordre, diluent le message au grès des images de casse et des discours superlatifs d’éditocrates à la médiocrités de plus en plus riante à mesure des semaines. Tout le monde est aveugle, les borgnes sont rois, et on s’aboie dessus sur les plateaux au point de l’écœurement. Les sondages ne valent rien alors ne parlons pas d’eux mais la fabrique à opinion tourne plein pot sur le Fouquet’s cramé alors qui sait ce que pensent les 67 millions de silencieux qui voient chaque semaines des centaines de milliers de gilets fluo défiler dans les rues. Et je dis bien des centaines de millier puisque selon le syndicat France Police-Policier en colère ça se chiffre à près de trois cent mille sur toute la France rien que pour le dernier acte. En attendant les foulards rouges ne font pas des masses recette. Alors oui qui sait de quel côté le cœur de la France balance, mais ce n’est c’est certainement pas du côté de la Macronie qui en plus d’ajouter à la morgue et au mépris a le toupet d’être incompétente à résoudre une crise qu’ils croient sans importance. Mais fort compétent à rouler dans la farine leurs opposants en revanche. Et de vendre, Engie, la Française des Jeux et les Aéroports de Paris dans le catimini d’une poignée de député, de libéraliser le prix du gaz, d’imposer des augmentations à la grande distribution soit disant pour soutenir l’agriculture, de prolonger l’autorisation d’usage de certain pesticides et pendant ce temps le prix du diesel remonte à la hausse lui qui avait initié la colère des Gilets Jaunes. La roue patine dans le vide et nous n’allons nulle part sinon vers plus de tension, plus de haine de part et d’autres et de moins en moins de pacifisme, les Blacks Blocs eux ne demandent que ça, le chaos est leur profit puisque c’est toute cette société libérale qu’ils veulent voir rasée. Or le danger pour le pouvoir c’est qu’il y ait finalement confluence d’intérêt, sommes les Gilets Jaunes et les Black Blocs ont un ennemi commun : l’oligarchie et c’est à ses symboles que l’acte 18 comme l’acte 3 se sont attaqué. Et pourquoi pas, c’est après l’acte 3 que notre bon roi a émietté un peu de baguette pour le pigeon citoyen. Pourquoi pas puisque Jupiter ne comprends que la confrontation, la violence des propos et des actes, puisque son mépris ne lui indique aucune nouvelle direction pour prendre le phénomène à bras le corps au lieu de tenter de le nier ou le minimiser comme il l’a fait jusqu’ici. Emmanuel Macron n’a pas compris que les Gilets Jaunes sont devenus un état dans l’état, une micro société avec ses mots d’ordre, ses ahous ! Ses lives fleuves sur Facebook durant lesquels les uns et les autres s’initient à la permaculture, à la politique ou à la stratégie de communication, avec ses AG, son réseau d’entre-aide, ses cagnottes, et pas juste ses lieux de rendez-vous du samedi. Une micro société comparé au 67 millions d’habitants de ce pays mais qui depuis 18 semaines donne le la de l’actualité française, en dépit de tout, même des attentats ou des hijabs Decathlon. A en désespérer un éditorialiste macaroné BFM. Mais le pire pour ce régime d’aveugles et de branquignols c’est qu’il n’y a pas que les Gilets Jaunes, les étudiants se mobilisent pour le climat, les profs veulent faire grève et dans la foulée chacun y va de sa revendication sentant bien que la Macronie est dos au mur. Elle peut brader la France ses réformes sont au point mort, Jupiter peut faire les gros yeux et virer un préfet, aucune interdiction, aucune loi n’arrêtera la vague de révolte qui agite ce pays de tous les côtés. Une révolte qui ne va que dans un seul sens, n’a qu’une seule cible, celui qui avait la morgue de demander à ce qu’on vienne le chercher. Car oui on cherche un responsable à tout ça et il est apparent que tout le monde l’a trouvé. La personnalité même du roitelet a cristallisé toutes les colères, il en est le confluant et il faut qu’il en prenne conscience avant qu’il ne soit trop tard.

Trop tard pour une réélection c’est sans doute déjà plié et le danger c’est bien que l’enjeu ne soit plus là. Un danger physique dont apparemment l’intéressé a conscience puisqu’il craint déjà de prendre une balle. A-t-il tort ? Non il en fait trop bien entendu car auquel cas il ne braverait pas le danger sur les pistes, il ne se pavanerait pas de réunion en réunion à faire le beau en bras de chemise s’il craignait vraiment la violence des Gilets Jaunes à son endroit. Il changerait d’attitude, jouerait profil bas et remettrait son titre en jeu. Mais Emmanuel Macron est beaucoup trop orgueilleux et narcissique pour se remettre de la sorte en question, et insuffisamment intelligent probablement comme ne cesse de le souligner Juan Branco. Sans compter l’aéropage de courtisan qui l’entoure probablement et lui soupirent leurs conseils usés.

Oui c’est un vieux monde usé que nous proposent en réalité la Macronie et ses contempteurs là où les jeunes de la marche pour le climat ou les gilets définissent le cri que pousse un présent qui ne se voit plus aucun avenir. Et les Black Blocs en sont le poing. Alors tant pis pour les vitrines, tant pis pour les dégâts collatéraux, ceux-là ne doivent pas plus être pris en compte que le libéralisme ne compte tous ceux qu’il laisse de côté. Pour autant la violence ne mène nulle part en réalité, si elle est nécessaire, elle doit être calculée, utilisée avec discernement et sinon abandonnée, car il suffira d’un rien, d’un flic qui tire sur la foule par exemple pour que ça dégénère totalement. C’est ici que la stratégie des Blacks Blocs doit être mesuré avant d’être assimilé à des terroristes, c’est ici que les Gilets Jaunes doivent bien mesurer de quel côté du manche ils feront sonner leur désespoir. Car il s’agira bien de la violence du désespoir qui naitra finalement de tout ça si jamais ce gouvernement d’imposteurs ne se réveille pas très vite et continue de s’obstiner dans la rigidité. Car le risque général ce n’est pas une balle pour ce pathétique gouvernement c’est une lente destruction de la société française dans son ensemble. Une libanisation avec toutes les conséquences qu’on imagine. Eric Drouet s’est fait vandaliser sa maison et sa voiture ce n’est pas forcément un signe à prendre à la légère d’autant que l’exemple vient d’en haut et qu’en haut justement c’est tout un substrat social qu’on n’hésite pas à vandaliser, mépriser, éborgner, gazer tout en légiférant sur le droit de manifester comme un vulgaire régime autoritaire.

Je l’ai écrit en 2016 et 2017, il y a en France tout ce qu’il faut en terme de lois pour qu’un régime bascule dans le tout autoritaire, ne doutons d’ailleurs pas que la Marine s’en servirait généreusement si d’aventure la colère ambiante finissait par lui donner le pouvoir. Mais en attendant Macron a besoin d’une illusion de démocratie pour que le monopole qu’exerce actuellement impunément l’oligarchie soit efficace. Il ne peut couper les ponts avec l’essence même de cette république sans risquer de révéler à tous la supercherie que représentent les limites de son pouvoir dans ce qu’il faut bien appeler une lobbyistocratie et qu’on appelle vulgairement l’Europe ou la Macronie, c’est selon. Mais c’est un peu la même chose au fond, une escroquerie de financier, un coup d’état d’oligarque visant à supprimer aux peuples leur souveraineté. Puisque l’état-nation doit se diluer tôt ou tard dans le délire européen selon les vœux de cette boursouflure libérale qui dirige en réalité le pays. Les éditocrates à écharpe rouge ou sans nous le répètent en boucle, sans l’Europe point de salut, sans l’Europe c’est la guerre comme brame BHL à qui veut l’entendre, et pourtant la guerre l’Europe l’a eu à ses portes en Serbie, en Crimée, Ukraine, Kosovo sans faire grand-chose d’autres que demander au grand frère Otan de nettoyer la merde à sa place. Pourtant l’ivrogne à la tête de l’Europe l’a dit, il ne peut y avoir de choix démocratique face aux traités européens. Alors quoi ? Où se trouve le salut quand cette même Europe nous enchaine à une dette colossale ? Quand nous ne sommes pas foutu de défendre nos intérêts géopolitiques seul ? Quand finalement cela revient à nous séparer de tous nos biens au profit exclusif du privé ? Où est le bénéfice réel pour les peuples là-dedans ? Comment même croire que des groupes d’influence comme le groupe Bildberger, au cœur même de la machine européenne, ont à l’esprit le bien des peuples alors qu’ils protègent ceux des 1% ? Avec cette même énergie naïve qui les anime depuis le début, certain Gilets Jaunes en viennent à demander le Frexit. Au vu de ce qui se passe au Royaume (dés)Uni on peut se demander si on en serait capable et surtout à quel prix. Et cela bien entendu dans l’hypothèse fort improbable que les Gilets Jaunes prennent finalement un pouvoir dont en réalité ils ne veulent pas. Du moins pas dans les termes de la Vème République. Car c’est bien l’originalité de ce mouvement, il ne veut pas faire la révolution, revenir au même point, remplacer une tyrannie par une autre comme en 1789, il veut une évolution du pouvoir actuel ce qui est un contre sens hélas considérant la rigidité narcissique du dit pouvoir. Aujourd’hui on en est au marqueur chimique sur les manifestants, la bave aux lèvres Yves Calvi réclame qu’on tire sur la foule et qu’on enferme dans des stades, le pouvoir perd peu à peu tout sens de la mesure tout en réaffirmant stupidement qu’il n’y aura aucune mise à plat fiscale, aucun RIC, que bref les Gilets Jaunes rêvent debout.

C’est bien le cas en effet, malheureusement. Rendez-vous sur une page Gilet Jaune et vous verrez à quel point les gens rêvent haut d’un pouvoir qu’ils n’ont en réalité que peu, qu’ils ne réalisent pas qu’en comparant la sécurité des Etats-Unis et de la France, les médias tentent de conditionner les spectateurs au fait que la police tire à balle réelle. Que c’est maintenant que ça va vraiment devenir dangereux d’aller manifester parce que le pouvoir refusera toujours de céder d’un pouce et préférera s’abimer dans la violence en rejetant la faute sur le camp d’en face plutôt que de plier. Ce que ne comprennent en réalité pas les Gilets Jaunes c’est le degré de compromission qu’il a fallu à Emmanuel Macron pour en arriver là où il est. Aujourd’hui il n’est pas juste président, il est l’obligé des oligarques qui l’ont fait élire, les fameux neuf milliardaires français qui détiennent 95% des médias et 80% des organes de sondage. C’est à eux qu’en réalité ont à faire les gilets, à eux et au Medef dans son ensemble qui depuis le début de la crise parle fort curieusement peu ou prou, sans doute pour ne pas ajouter de l’huile sur le feu et réveiller les vieux démons syndicaux. Ce dont s’abstient brillamment Jupiter depuis la tour d’ivoire de sa morgue avec les conséquences qu’on connait.

Quoiqu’il en soit rien de bon ne peut ressortir de cette certitude réciproque d’avoir raison sur l’autre. Rien d’intelligent ne peut surgir de ce dialogue de sourd vers lequel nous conduit un amateur arrivé au pouvoir par la volonté de quelques-uns. Un pays ne se conduit pas à coup de menton et de petites phrases pétries de mépris. Ne se conduit pas non plus en laissant les médias virer hystérique ou à coup de marqueur chimique et de loi liberticide. Du moins pas une république démocratique comme la France. Mais peut-être que la Macronie est réellement nostalgique du En Marche du maréchal Pétain, qu’elle a décidé de faire des Gilets Jaunes ses nouveaux juifs –pas le moindre des paradoxes- auquel cas il faut s’attendre à ce que les prochains mois nous fasse flirter dangereusement avec la guerre civile tant craint. Espérons ne jamais en arriver là mais si jamais, il n’y aura qu’un seul responsable à aller chercher et il ne s’appelle ni Drouet, ni Nicolle, ni Ludosky.

Publicités