Psychiatrie, changement d’air

Il y a quatre ans de ça j’étais hospitalisé au Vinatier le plus grands asile d’aliéné de France, aujourd’hui tristement célèbre à cause d’un tueur d’enfant qui y a été bouclé. J’y avais été jeté pèle mêle avec des malades et des repris de justice, dans des conditions d’usage que je connaissais depuis que je suis tombé dans cette maladie il y a dix-huit ans aujourd’hui. Des conditions faites pour écraser et nier, heureusement depuis l’asile est devenu hôpital et on y assure de véritable soin et plus cette logique de l’isolement et de la sédation dont je parlais dans mon premier article à ce sujet. C’est une décompensation, qui m’y a fait retourner. Je ne vais pas m’étendre sur la raison qui m’y a mené mais disons que le schéma qui consiste à croire qu’une allocation adulte handicapé suffit à un adulte relativement isolé est dans mon cas dramatiquement fausse. C’est la théorie de la feignasse si cher à Macron et à ses prédateurs, à toute la classe politique qui à vrai dire en matière de cossardise et de privilèges de robe s’y entendent mieux que personne. En réalité je rêve de retrouver un travail, de me sortir de cette logique du malade à tout prix et qui doit le rester. Je ne suis pas malade, je suis un patient désormais stabilisé qui voudrait être autre chose qu’uniquement ça. Bref, j’ai décompensé et me voilà de retour dans ce qu’il ne faut plus appeler un asile mais un véritable hôpital. Terminé les locaux crasseux et anxiogènes, les zombies en mode bruit de pantoufle au son de « t’as pas une cigarette ? » Les malades toujours en crise mais jamais pris en compte, shootés comme des coureurs cyclistes à deux de tension. Aujourd’hui nous avons des locaux neufs qui ressemblent à un hôpital et pas en mode mouroir, et surtout un personnel et des psys attentifs aux besoins des malades. Sont également proscrits les ménages à deux par chambre, la longue file indienne devant le réfectoire pour la prise de médoc publique avec prise de tête éventuelle. Aujourd’hui les choses se font au calme en tête à tête dans l’intimité d’une chambre individuelle. C’est bien simple on se croirait dans le privé. Et pour cause, selon le syndicat FO, le principe de la loi Tournier est de peu à peu solder l’hôpital public au privé, comme on le fait déjà des barrages hydroélectriques, dans la plus grande passivité de ce pays fatigué et fatiguant.

Évidemment avec la logique propre à nos gouvernants de privilégiés et de cost killer cela a été fait au détriment autant des patients, pas suffisamment de lit, et du personnel soignant qui s’est vu privé de droits élémentaires pendant qu’on rénovait le machin. Privation sur lequel ils restent naturellement discrets mais les syndicats sont là et à fond, d’où une mobilisation le 7 mars de 28,51% du personnel soignant en grève. Aujourd’hui la place est à l’initiative et à une envie toute particulière non seulement de soigner mais également de s’améliorer d’année en année puisque nous sommes même invités en fin de séjour à noter nos soignants et le cadre général. C’est vrai que ce n’est pas tous les jours que vous pouvez dire à un soignant, et j’insiste sur le terme, qu’il vous a réveillé et qu’il soit plus embêté qu’autre chose comme je viens de le faire, à l’heure où j’écris ces lignes, à sept heures moins dix du matin. A une autre époque on m’aurait renvoyé dans mes quarts en m’expliquant que hein ho en gros je faisais chier. Maintenant j’ignore si cette donne est valable dans tous les hôpitaux psy et dans le cadre de se que rapportait François Ruffin, je ne pense pas que ça soit hélas le cas. Mais en ce qui me concerne je dois à nouveau renouveler ma surprise et mon « plaisir » à me savoir prit en main par une équipe qui cherche réellement le bien être bien difficile de malades en dérive. Du coup au lieu de passer un séjour triste à pleurer je peux exister sans me morfondre entre un assassin et un schizophrène paranoïaque  comme ce fut le cas lors de mon premier séjour.

Mais il y aurait et il y a encore tant à faire, et pour commencer sortir de cette logique toute française du diplômé qui sait mieux que l’infirmière ou que le patient. On pourrait presque les lister et les chiffrer tant cela ne coûterait presque rien ni en temps, ni en effectif ou argent. Par exemple l’achat de sac de frappe qui permettrait d’éviter certain passage à l’acte mais également de compenser. Les psys qui n’envisagent le monde en binaire imaginent que la violence ne se traite pas avec de la violence alors que la violence n’a rien à voir là-dedans. D’abord frapper dans un sac ça s’apprend, c’est une discipline, ensuite pour une personne qui a subi la violence physique et/ou moral c’est un excellent moyen de se réapproprier tant du point de vue physique que psychique, au même titre qu’un psy vous encourage à porter plainte même si vous avez subi un viol dans votre enfance. Les groupes de parole qui sont totalement absent et qui pourtant sont un bon moyen d’avancer dans la compréhension de son mal. Côté cuisine également vu que nombre de patient on fait de la restauration ou de l’hôtellerie, encadrés, les encourager à cuisiner pour le service ou les patients dans le cadre du goûté (car oui désormais on a droit à une collation l’après-midi et le soir une verveine) ou encore, comme l’hôpital de jour qui cultive son propre potager qui pourrait être consommé par les patients et faire faire des économies au lieu de nous fourguer des poires hors saisons et des tomates de conserve. Mais il y a sans doute encore mieux à faire comme par exemple ne pas mélanger des pathologies qui n’ont strictement rien à faire ensemble et considérer qu’un handicapé incontinent a sa place dans un service classique ou qu’un toxicomane ou un alcoolique doivent être mélangés avec des schizophrènes et des bipolaires. Ou encore ce phénomène qu’on rencontre chez tous les patients qui est la perte de la notion du temps et contre lequel rien n’est fait, au détriment de notre propre mémoire. La psychiatrie française a encore cette tendance à considérer la maladie mentale comme un fourre-tout où le traumatisme que représente objectivement une première ou une seconde hospitalisation ne représente rien dans le recouvrement d’une stabilité mentale. Alors qu’en tant que « routier » de ce genre de phénomène je peux largement témoigner que c’est exactement le contraire. Les premières hospitalisations sont totalement anxiogènes notamment si on passe par la contention ou la chambre d’isolement. A ce propos quel profit espère-t-on tirer d’un malade qu’on laisse deux mois en isolement sinon aggraver au final son cas ? Au fait pas plus que je ne comprendrais jamais pourquoi on sépare par une grille deux services du même secteur alors que par ailleurs on peut y alterner les patients ? Depuis les années 60 les malades psys sont systématiquement enfermés parce que la psy française a peur de ses « fous » et que cette peur régresse à la vitesse d’une tortue alors qu’une aide soignante témoignait voir des patients circuler en pyjama d’unité dans le marché de sa ville et qu’à dire vrai on peut sortir du Vinatier comme d’un moulin, n’en déplaise au préfet qui m’a récemment supprimé une permission. Et là je vais en venir à la petite senteur de paranoïa et de pétainisme que nous a laissé ce brave cinglé cocaïné de Nicolas Sarkozy, l’omnipotence des préfets (invention de Pétain, tout s’explique….) en France sur la psychiatrie.

Hôpital ou prison psychiatrique ?

Concrètement j’ai été arrêté en train de faire l’andouille dans les rues de ma ville avec un push dagger, un couteau, autour du cou. Je n’ai agressé personne à commencé par les flics qui sont passés chez moi plus tard, ont constaté ma collection de couteau sans rien ne voir à redire à ça, ma passion personnelle et sans danger sauf pour les imbéciles et les cinglés, ce que en aucune façon je ne suis, n’en déplaise. Pour ce fait j’ai été placé en ce qu’on appelait avant Hospitalisation d’Office et ce qu’on nomme aujourd’hui Soin Psychiatrique à la Demande d’un Représentant de l’Etat…. L’administration quoi, ce que l’on perd en simplicité on le gagne en stupidité, vu qu’à titre de « représentant de l’état » je n’ai croisé que des pandores ahuris qui ne m’ont pas posé de question. Donc en gros actuellement peu importe l’avis médical, peu importe l’équipe soignante, on considère sans m’avoir vu ou consulté que j’étais inapte à une permission. Concrètement cela revient à dire que je subis un délit de démocratie, ne suis plus à l’hôpital mais en prison. Et ça peut durer, croyez moi. J’ai déjà fait trois mois inutiles à cause d’un préfet, trois interminables mois dont je suis ressorti rincé et absolument pas plus soigné, alors que présentement je suis parfaitement stabilisé et que je ronge mon frein de sortir sans devenir le dingue que je n’ai jamais été. C’est le pouvoir absolu que le mis en examen Nicolas Sarkozy a donné en 2012 sur la base d’un fait divers sinistre au préfet déjà fort garni en terme d’omnipotence et de retraite somptuaire. Bref, la France… En attendant moi je pense à mes chats qui n’ont rien demandé à personne. Ils me manquent, je leur manque, la prochaine fois j’enverrais une toph à l’imbécile qui m’a sucré ma perm, faute de l’attendrir ça lui fera un souvenir.

Publicités