L’Enfer (extrait 2)

Colère

La détestation unilatérale des infrastructures chimiques de la langue démolit d’un coup de point, pas d’exclamation, la foule molle des vendredi soirs qui m’observe comme un limaçon chinois, méfiant et jaune. Je leurs hurle dessus et ils ne disent rien, ils ne comprennent pas ou par bribes, le poème que je leur sers en soupe. Des chiens. Des chiens à leur maman debout derrière leurs télévisions qui passent comme des mégots dans le vent et je les ignore moi aussi, qui puis-je s’ils sont bêtes qui puis-je s’ils vachettent dans la croupissante médiocrité de leurs alinéas, leurs crédits, leurs assurances, leurs plans retraite, comme si la retraite n’avait pas déjà sonné pour eux depuis l’enfance ! Taïaut de nos rêves faisons des maisons ! Des télés, des émissions… Ils adorent ça les émissions, se regarder parler…. Regarder les autres, pour se dire, nous on n’est pas pareil mais on aimerait bien. On aimerait bien être comme Lolita Panpancucul la princesse reality chaudasse, avoir des gros seins et aller partout avec ses gros seins comme deux ambassadeurs spéciale porno. Mais on n’est pas comme Madame Michu, oh non ! Qui vient raconter sa petite vie de misère à la télévision, ah non ! Nous on est mieux ! Oui mais je m’en fous moi qui les garde leur plastique savant à leur maman, tatouage ethnique et tout le toutim, qu’ils se le caroufaillent où je pense leur Apollon spongiforme bovin, les problèmes spicologiques de Madame Bidule, et toute leur modernitude ! Qu’est-ce que tu veux que ça me fasse à moi que leur siècle il calanche dans les toupies, que ça roule en rond à ras, de les voir clapoter comme des rongeurs sur leurs claviers partout où ils sont comme s’ils étaient tous ministres de quelque chose. Comment veux-tu que ça m’intéresse moi leur litté-rature à gros pied qui raconte jamais rien mais qui le raconte rondement. Leurs philosophes du sophisme et de la litote en collier. Il y a rien. Il n’y a plus rien, ou presque et ce qui reste ça s’en va par petit bout et tout ce qu’on peut espérer c’est que ça va pas partir trop vite en couille. Mais le veau il comprend pas, il continue, on lui a dit de continuer alors il continue. Et il me regarde lui aboyer dessus et il a peur, je la lis sa peur dans ses petits yeux éteints d’aveuglé-sourd. Il a peur de quoi ? De ce que je lui renvoie évidemment, suis-je fou ? Comment ? Je l’insulte lui ! Oui toi ! Non toi ! Alors il prend son petit portable rassurant, son organe en plastique, il appelle les gentils flics rassurants dans leur tenue de ninja de la mort qui vont m’embarquer c’est sûr. Ils me feront taire, c’est sûr, on entendra plus le son de ma voix, mais dans la tête je ne me tairais plus jamais, et chaque fois qu’ils me demanderont je leur dirais. Je leur dirais ma fièvre gigantesque, ma fureur rocambolesque, ma colère faramineuse contre leur monde de ras de terre, leurs absences, leur néant, leur océan de néant sur lequel ils naviguent à vue, mais sous l’œil attentif des caméras ! dis-je en pointant théâtralement la caméra au-dessus de la galerie. Oui ! Et qui donc est derrière cette caméra ? Quel lambda est en train de me regarder là ? OUI ! Un veau lève la tête, il sourit je l’intéresse, oh mon frère, oui toi aussi regarde sainte caméra, elle nous observe c’est pour notre bien. Le veau sourit, je l’amuse… Et voilà les pandores qui m’assaillent, vos papiers s’il vous plaît, à qui vous parlez ainsi monsieur, mais à vous monsieur, à vous lui dis-je, et à lui aussi, s’il veut bien, à n’importe qui qu’est-ce que vous voulez que ça me foute ! Ils s’exaspèrent, ils sont en bande, ils aiment ça être en bande c’est grégaire chez eux. Taisez-vous monsieur, voyez ce que je vous avais dit ? Ils veulent tous qu’on se taise toujours, ils ne veulent pas entendre, surtout si ça les nomme qu’ils soient civils ou poulets, taisez-vous ou on vous embarque et pourquoi donc ? Pour outrage, pour rébellion non même pas pour désordre sur la voie publique, exactement ! La vérité ils appellent ça le désordre.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s